The antiquities, known as the Elgin Marbles, at the British Museum.

Jean Delaunay

Un responsable turc affirme qu’il n’y a aucune trace de vente légitime des marbres du Parthénon

Le British Museum a soutenu que les autorités ottomanes avaient délivré un édit impérial autorisant le retrait des sculptures, mais un responsable turc a mis en doute l’existence de ce document.

Un responsable turc a ajouté de l’huile sur le feu suite au débat sur les marbres du Parthénon, en remettant en question l’existence de preuves longtemps citées par la Grande-Bretagne selon lesquelles elle avait acquis légalement les sculptures vieilles de 2 500 ans extraites de l’Acropole d’Athènes.

Également connues sous le nom de marbres d’Elgin, les sculptures ont été retirées au début du XIXe siècle par Lord Elgin, ambassadeur de Grande-Bretagne auprès de l’Empire ottoman qui dirigeait alors la Grèce. Au grand dam de la Grèce, ils se trouvent actuellement au British Museum de Londres.

Le musée affirme que le retrait des sculptures par Elgin était légal, citant un édit impérial, ou « firman », des autorités ottomanes l’autorisant à le faire.

Zeynep Boz, chef du comité anti-contrebande du ministère turc de la Culture, a toutefois déclaré qu’aucun document de ce type n’avait été trouvé.

En tant que successeur de l’Empire ottoman, « la Turquie est le pays qui disposerait des documents archivés relatifs aux choses qui étaient vendues légalement à cette époque », a déclaré Boz à l’Associated Press mercredi. « Les historiens ont fouillé pendant des années les archives ottomanes et n’ont pas réussi à trouver un ‘firman’ prouvant que la vente était légale, comme on le prétend. »

L'Acropole et son musée sont un endroit populaire auprès des visiteurs d'Athènes, mais la Grèce estime que les marbres du Parthénon devraient également y être exposés.
L’Acropole et son musée sont un endroit populaire auprès des visiteurs d’Athènes, mais la Grèce estime que les marbres du Parthénon devraient également y être exposés.

Boz a ajouté qu’elle s’est sentie obligée d’intervenir lors de la réunion de l’UNESCO après qu’un participant britannique ait déclaré dans son discours que les marbres d’Elgin avaient été achetés légalement à l’époque ottomane.

« Garder le silence équivaudrait à reconnaître la revendication britannique », a-t-elle déclaré. « J’ai dû dire : ‘Nous n’avons pas connaissance d’un tel document’. »

Le seul document existant connu faisant référence à l’édit impérial est une traduction italienne.

Selon Boz, cependant, il ne comporte « ni signature, ni cachet, ni tughra (sceau officiel du sultan). Rien qui puisse l’officialiser. Le document auquel il fait référence est introuvable.»

Malgré des relations souvent tendues entre la Turquie et la Grèce – ce qui rend quelque peu improbable une intervention turque en faveur de la Grèce – les deux pays réclament le retour des objets culturels retirés de leurs territoires et actuellement conservés dans les musées du monde entier.

« Il n’y a jamais eu de ‘firman’ ottoman accordant à Elgin la permission de traiter les sculptures du Parthénon avec la brutalité avec laquelle il l’a fait », a déclaré Mendoni mardi. «Le représentant de la Turquie (à la réunion de l’UNESCO) a confirmé ce que la partie grecque soutient depuis des années. Qu’il n’y avait pas de « firman ».

La ministre grecque de la Culture, Lina Mendoni, a déclaré que les commentaires faits lors d’une réunion de l’UNESCO à Paris la semaine dernière renforçaient l’affirmation de la Grèce selon laquelle les antiquités avaient été retirées illégalement du Parthénon de l’Acropole et devaient être restituées.

Manifestation à Athènes pour le retour des marbres du Parthénon.
Manifestation à Athènes pour le retour des marbres du Parthénon.

Mendoni a déclaré que la Grèce restait « ouverte au dialogue » et poursuivrait ses efforts pour le retour des sculptures, qui ont une place qui leur est réservée au Musée de l’Acropole à Athènes.

Suite à ces commentaires, le British Museum s’est dit intéressé par des « méthodes de travail innovantes » pour résoudre le différend.

« Le British Museum reconnaît le fort désir de la Grèce que les sculptures du Parthénon de Londres soient restituées à Athènes », indique le communiqué. « C’est une question avec une très longue histoire, et nous comprenons et respectons les sentiments forts que suscite ce débat. »

Il a déclaré qu’il était « désireux de développer une nouvelle relation avec la Grèce – un « partenariat avec le Parthénon » – et d’explorer la possibilité de méthodes de travail innovantes (avec nos amis grecs) dans l’espoir que la compréhension des sculptures du Parthénon s’approfondisse et continue d’inspirer. des gens à travers le monde.

Bien que le British Museum ne puisse légalement restituer les sculptures de manière permanente, ses dirigeants ont récemment eu des entretiens avec des responsables grecs sur un éventuel compromis qui pourrait permettre aux sculptures d’être exposées à la fois à Athènes et à Londres.

Laisser un commentaire

5 × quatre =