FILE - A group of people thought to be migrants arrive in an inflatable boat at Kingsdown beach after crossing the English Channel, near Dover, Kent, England, 2020.

Jean Delaunay

Un projet de loi britannique controversé sur le Rwanda « incompatible avec les obligations en matière de droits de l’homme »

Le projet de Downing Street d’expulser les demandeurs d’asile vers ce pays d’Afrique centrale viole le droit international, selon un rapport parlementaire.

La dernière législation du gouvernement britannique visant à relancer son projet controversé d’envoyer des migrants au Rwanda n’est « pas compatible » avec les obligations du pays en matière de droits, selon un rapport accablant publié lundi.

La commission mixte des droits de l’homme du Parlement a statué dans son rapport que si le Royaume-Uni allait de l’avant avec son plan, cela risquerait de « causer des dommages incalculables à la réputation du Royaume-Uni en tant que défenseur des droits de l’homme au niveau international ».

« Arrêter les bateaux » est l’une des politiques phares du Premier ministre britannique Rishi Sunak. Il s’agit d’envoyer des migrants traverser la Manche à bord de petites embarcations pour être expulsés vers le Rwanda, en Afrique.

Mais le projet de loi a été entaché de controverses, de retards et de rébellions au sein du parti conservateur du Premier ministre.

En novembre dernier, la Cour suprême du Royaume-Uni a estimé que le Rwanda n’était pas un pays sûr vers lequel les demandeurs d’asile britanniques pouvaient être expulsés de force.

La Cour suprême a déclaré qu’elle avait été informée par des organismes internationaux que les demandeurs d’asile et les réfugiés expulsés là-bas seraient confrontés à un risque réel de violations des droits de l’homme.

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak s'exprime lors d'une conférence de presse, le 7 mars 2023.
Le Premier ministre britannique Rishi Sunak s’exprime lors d’une conférence de presse, le 7 mars 2023.

La version actuelle du projet de loi stipule que le Rwanda est en fait un pays sûr et que toute personne envoyée là-bas par le gouvernement britannique ne sera pas expulsée de force vers un pays dangereux. Il n’est pas clair si cela peut être garanti dans la pratique, selon le rapport.

Un autre problème concernait la limitation des recours prévue par le projet de loi, les auteurs du rapport affirmant qu’il violait l’article 13 de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) – le droit à un recours effectif.

Ce droit consacre le droit de faire appel si les droits humains et les libertés d’une personne sont violés, et stipule que les voies de recours doivent être facilement accessibles.

Le rapport s’en prend également au fait de permettre aux ministres de décider d’adhérer ou non aux décisions de la CEDH concernant les expulsions, affirmant que la mesure « invite ouvertement la possibilité que le Royaume-Uni viole le droit international ».

« Ce projet de loi vise à supprimer des garanties vitales contre la persécution et les violations des droits de la personne, y compris le droit fondamental d’accéder à un tribunal », a déclaré la présidente du Comité mixte des droits de la personne, la députée Joanna Cherry QC.

« L’hostilité envers les droits de l’homme est au cœur de ce problème et aucun amendement ne peut la sauver.

« Il ne s’agit pas seulement du bien et du mal de la politique rwandaise elle-même. En adoptant cette approche, le projet de loi risque de nuire indiciblement à la réputation du Royaume-Uni en tant que défenseur des droits de l’homme au niveau international », a-t-elle poursuivi.

« Les droits de l’homme ne sont pas des obstacles gênants qui doivent être surmontés pour atteindre les objectifs politiques, ce sont des protections fondamentales qui garantissent que les individus ne soient pas lésés par l’action du gouvernement. Si une politique est judicieuse, elle doit pouvoir résister à un examen judiciaire, et non s’enfuir. .»

Le comité des droits de la personne lui-même compte cinq législateurs conservateurs parmi ses 12 membres. Cette décision est un nouveau coup dur pour Sunak, dont la position politique est instable au cours des derniers mois.

Sunak s’est engagé à aller de l’avant. Il fait face à une bataille difficile pour remporter les élections générales plus tard cette année, à la suite de sondages qui ont révélé que les électeurs étaient ambivalents quant à son parti conservateur et à l’opposition travailliste qui prendrait la tête du prochain gouvernement.

Laisser un commentaire

18 − 11 =