salaires

Bastien

Un pays limitrophe de la France propose des salaires de 6000 euros pour des emplois en déficit

À la recherche de perspectives économiques plus favorables, nombreux sont les travailleurs belges qui franchissent la frontière pour saisir des opportunités d’emploi plus rémunératrices. Le Luxembourg, malgré sa taille modeste et une population de juste au-dessus de 600 000 habitants, se démarque particulièrement dans ce contexte.

En janvier 2024, le Grand-Duché comptait approximativement 7 000 postes vacants, selon les chiffres publiés par l’Agence pour le développement de l’emploi (Adem). Ces opportunités, rémunérées généreusement avec un salaire moyen mensuel dépassant les 6 000 euros, attirent indubitablement les travailleurs étrangers. Cette estimation de la rémunération moyenne, basée sur les données de l’année précédente, situe le Luxembourg bien au-dessus de nombreux voisins européens en termes de salaire.

Les secteurs en manque criant de main-d’œuvre

En début d’année, l’Adem a enregistré 2 990 postes non pourvus, représentant une baisse significative de 29,9 % par rapport à la même période en 2023. Les domaines les plus touchés par cette pénurie incluent les technologies de l’information et de la communication, la comptabilité, la gestion, ainsi que la production culinaire et divers autres secteurs allant du soutien administratif aux travaux de construction.

Au 29 février 2024, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits auprès de l’Adem s’élevait à 18 166, marquant une augmentation de 16,1 % sur un an. Cette hausse est observable chez tous les profils de travailleurs, y compris les jeunes diplômés et les travailleurs qualifiés.

Comparaison avec le marché du travail belge

Bien que le Luxembourg offre des rémunérations nettement supérieures, le marché du travail en Belgique reste robuste. D’après des données récentes, le taux d’emploi en Belgique atteignait 72,2 % en décembre 2023. La Flandre affichait un taux d’activité de 76,5 %, tandis que Bruxelles et la Wallonie enregistraient respectivement 68,2 % et 65,9 %. Le gouvernement belge vise un objectif de 80 % de taux d’emploi d’ici 2030. Le salaire net moyen en Belgique s’élevait à environ 2 300 euros par mois, marquant une différence notable avec les niveaux de rémunération luxembourgeois.

Cette dynamique transfrontalière entre le Luxembourg et la Belgique illustre clairement l’importance de la mobilité de la main-d’œuvre en Europe, et les défis que cela pose tant sur le plan individuel que politique. Les travailleurs sont incités à traverser les frontières en quête de meilleures rémunérations, mais cette migration a également des répercussions sur les marchés du travail locaux et les politiques d’emploi nationales.

Laisser un commentaire

deux × trois =