Un parti tchèque se dit prêt à annoncer un nouveau groupe d'extrême droite au Parlement européen

Martin Goujon

Un parti tchèque se dit prêt à annoncer un nouveau groupe d’extrême droite au Parlement européen

Encore un jour, encore un groupe d’extrême droite au Parlement européen !

Le parti tchèque Liberté et démocratie directe (SPD) a annoncé qu’il annoncerait mercredi, avec d’autres partis d’extrême droite, la création d’un nouveau groupe appelé « Europe des nations souveraines » au Parlement européen. On ignore toutefois s’ils disposent à ce stade des chiffres nécessaires.

Le chef de file du SPD, Tomio Okamura, a déclaré lors d’une conférence de presse à Prague mardi que l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) serait la force la plus puissante du groupe. Il n’a nommé aucun des autres membres.

Un nouveau groupe doit comprendre au moins 23 députés issus de 7 pays différents.

« C’est un bon accord pour nous », a déclaré Okamura, ajoutant que le programme du groupe était « contre le Green Deal, contre l’immigration et… aussi contre l’islamisation de l’Europe. Nous voulons que les pouvoirs de Bruxelles reviennent au niveau national ».

Le SPD ne compte plus qu’un seul député européen : Ivan David, qui faisait auparavant partie du groupe Identité et démocratie (ID). Un porte-parole de Zsuzsanna Borvendég, députée hongroise du mouvement Our Home, a confirmé qu’elle rejoindrait le nouveau groupe.

L’Observatoire de l’Europe a précédemment rapporté que d’autres députés étaient en pourparlers pour rejoindre le groupe : le député européen slovaque d’extrême droite Milan Uhrík ; 14 députés européens de l’AfD ; trois députés européens du Renouveau bulgare ; l’eurodéputée de la Reconquête française Sarah Knafo ; un député européen lituanien ; et certains membres du parti de la Confédération polonaise.

« Je ne leur ai pas encore fait part de ma décision », a déclaré Knafo à L’Observatoire de l’Europe, ajoutant qu’une délégation de l’AfD lui avait rendu visite à Paris pour tenter de la convaincre de rejoindre le parti.

« Le parti de la Confédération mène toujours des négociations et envisage divers scénarios concernant l’avenir des députés européens de la Confédération », a déclaré un porte-parole du parti d’extrême droite polonais.

Plus tôt cette semaine, un nouveau groupe a été lancé, Patriotes pour l’Europe, qui regroupe des députés appartenant aux partis de Viktor Orbán et de Marine Le Pen, entre autres. Il s’agit désormais de la troisième force du Parlement, avec 84 députés.

Alors que la majorité des partis du groupe ID ont rejoint Patriotes pour l’Europe, Okamura a refusé de suivre le mouvement, ajoutant qu’il ne voulait pas faire partie du même groupe que les partis qui « ont voté pour le Green Deal et soutenu l’immigration ». Il faisait référence au parti ANO, dirigé par l’ancien Premier ministre tchèque Andrej Babiš et qui était l’un des membres fondateurs de Patriotes pour l’Europe.

L’AfD a été exclue du groupe ID à la suite d’une série de scandales. Le candidat principal de l’AfD aux élections européennes, Maximilian Krah, qui était au centre de nombreux scandales avant d’être expulsé du parti, ne fera pas partie du nouveau groupe, a déclaré Okamura.

Laisser un commentaire

treize + douze =