Un milliardaire tchèque s'apprête à racheter la chaîne de supermarchés française Casino

Jean Delaunay

Un milliardaire tchèque s’apprête à racheter la chaîne de supermarchés française Casino

Cette décision pourrait voir 1,2 milliard d’euros injectés dans le détaillant français chancelant.

Le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky s’apprête à racheter la chaîne de supermarchés française Casino, ouvrant la voie à un sauvetage étranger.

Le conseil d’administration de Casino a approuvé lundi la poursuite des discussions sur la tentative de Kretinsky de reprendre le sixième plus grand détaillant français, qui est criblé de dettes et au bord de la faillite.

Le gouvernement français n’a pas exprimé son opposition à l’offre de l’homme d’affaires étranger, bien qu’il soit apparemment préoccupé par d’éventuelles suppressions d’emplois.

Casino employait quelque 50 000 personnes fin 2022.

Si la cession se concrétise, elle mettrait fin au règne de 30 ans du PDG et actionnaire majoritaire Jean-Charles Naouri, à une époque où les distributeurs traditionnels sont aux prises avec l’essor du e-commerce et des chaînes de supermarchés discount.

Kretinsky a vu une offre concurrente de 3F Holding dirigée par le non-conformiste des télécoms Xavier Niel, qui s’est retiré.

Niel a été rejoint par le banquier d’investissement Matthieu Pigasse et l’homme d’affaires Moez-Alexandre Zouari, bien qu’un autre bailleur de fonds de l’offre – le fonds Attestor Capital – ait changé de camp pour soutenir le milliardaire tchèque de 47 ans.

3F a déclaré dimanche soir qu’il abandonnait son offre, citant un « processus biaisé » et un manque d’informations.

Cela a laissé Kretinsky le seul soumissionnaire pour la société qui serait aux prises avec une dette d’environ 6,4 milliards d’euros.

Il prévoit d’injecter 1,2 milliard d’euros dans le distributeur en difficulté, dans le cadre d’un consortium avec le milliardaire français Marc Ladreit de Lacharrière et Attestor.

Les actions de Casino ont été suspendues lundi, alors qu’elles devaient reprendre leur cotation à Paris mardi matin.

Kretinsky, qui a commencé sa carrière en tant que stagiaire juridique, est le propriétaire du plus grand groupe énergétique d’Europe centrale, Energetický a průmyslový holding (EPH).

Il a récupéré des actifs dans le commerce de détail, les médias et d’autres domaines, alors que la flambée des prix de l’énergie stimule les bénéfices de ses entreprises d’électricité, de gaz et de charbon.

Kretinsky est déjà un actionnaire majeur du club de football anglais West Ham et a acheté des participations dans le journal national français Le Monde, le détaillant Fnac-Darty, la chaîne de supermarchés britannique Sainsbury’s et l’épicier allemand Metro.

Sa valeur nette est de 8,4 milliards d’euros, selon Forbes.

Laisser un commentaire

4 × quatre =