UK NHS Hospital Trust présente ses excuses pour les erreurs qui ont conduit à la mort de MF DOOM

Jean Delaunay

UK NHS Hospital Trust présente ses excuses pour les erreurs qui ont conduit à la mort de MF DOOM

Une fiducie du NHS s’est excusée d’avoir donné des soins de qualité inférieure à la star du hip-hop MF DOOM : « Les soins qu’il a reçus n’étaient pas à la hauteur de ce à quoi nous nous attendions. »

Le célèbre rappeur masqué MF DOOM, l’un des MC les plus respectés du hip-hop, né Daniel Dumile, est décédé subitement le 31 octobre 2020 alors qu’il était soigné à l’hôpital St. James de Leeds, en Angleterre.

Après qu’il a été rapporté cette semaine que la veuve de Dumile, Jasmine Dumile, avait soulevé de nombreuses préoccupations concernant les soins de Dumile à l’hôpital, le Leeds Teaching Hospitals NHS Trust, qui gère St James’s, a présenté des excuses, trois ans après la mort de l’icône du rap à l’âge de 49 ans.

« Je voudrais présenter nos sincères condoléances à la famille, aux amis et aux fans de Daniel en cette période difficile », a déclaré Hamish McLure, médecin-chef de la fiducie, selon The Guardian. «Je m’excuse que les soins qu’il a reçus n’aient pas été à la hauteur de nos attentes. Suite à sa triste mort, nous avons entrepris une enquête sur un incident grave et le rapport a été partagé avec la famille de Daniel.

« En conséquence, nous avons mis en place un certain nombre d’actions et l’apprentissage plus large de ce qui s’est passé doit être utilisé comme sujet d’enseignement dans un certain nombre de spécialités cliniques différentes », a poursuivi McLure. « Nous appuyons également la recommandation du coroner pour une orientation et une sensibilisation nationales plus claires dans ce domaine. »

Ces excuses sont intervenues après une enquête sur la mort de Dumile, au cours de laquelle la fiducie a reconnu qu’il y avait eu des « opportunités manquées » dans son traitement.

Le rappeur qui souffrait de plusieurs affections, dont une insuffisance rénale, un diabète de type 2, une insuffisance cardiaque et une hépatite B, est décédé d’un œdème de Quincke, un gonflement soudain souvent causé par une réaction allergique.

Au cours de l’enquête, la coroner adjointe Janine Wolstenholme a confirmé que le plan de soins de Dumile n’était pas complet et que les médecins avaient reçu une « fausse assurance » sur son état. Wolstenholme, qui a décrit le décès comme un « événement rare », a déclaré que lorsque Dumile s’est plaint que l’enflure s’aggravait, cela aurait dû déclencher une demande d’examen à l’hôpital.

Wolstenholme a également présenté ses excuses à Jasmine Dumile pour le temps qu’il a fallu pour terminer l’enquête.

Laisser un commentaire

12 + dix-neuf =