The logos of the Swiss banks Credit Suisse and UBS in Zurich, Switzerland, on March 19, 2023.

Milos Schmidt

UBS réserve 800 millions d’euros aux investisseurs touchés par l’effondrement de Greensill

Après avoir racheté le Crédit Suisse en 2023, la banque suisse UBS remet désormais de l’ordre dans le gâchis laissé par son ancien rival.

UBS a proposé de rembourser les fonds d’anciens clients du Crédit Suisse investis dans Greensill Capital, une société qui a fait faillite en 2021.

900 millions de dollars (840 millions d’euros) ont été réservés pour l’indemnisation, et les investisseurs pourront récupérer 90 % de la valeur de leurs actifs perdus.

L’offre restera ouverte jusqu’à fin juillet.

L’UBS s’emploie à éponger l’héritage du Crédit Suisse depuis qu’elle a acquis le prêteur il y a un an.

L’effondrement de la banque rivale a été largement provoqué par la faillite de la société de financement de la chaîne d’approvisionnement Greensill Capital, qui représentait des fonds d’une valeur de 10 milliards de dollars (9,3 milliards d’euros).

Avant sa disparition, Greensill proposait des prêts aux entreprises pour leur permettre de payer leurs fournisseurs. Cet argent serait ensuite remboursé avec des intérêts supplémentaires.

En partenariat avec Greensill, le Crédit Suisse a proposé des fonds permettant aux investisseurs d’investir dans ces opérations de financement de la chaîne d’approvisionnement.

L’insolvabilité de Greensill a été précipitée lorsque l’entreprise n’a pas réussi à obtenir à nouveau un accord d’assurance pour les prêts, une décision qui a effrayé les investisseurs.

De nombreux clients du Credit Suisse ayant des investissements liés à Greensill ont ensuite vu leurs fonds piégés.

L’effondrement a également déclenché un important scandale de lobbying au Royaume-Uni.

Lorsque Greensill a commencé à se retrouver en difficulté financière, l’ancien Premier ministre David Cameron – travaillant pour l’entreprise – a cherché à obtenir des prêts gouvernementaux offerts en guise de mesure de soutien face à la pandémie.

Ce faisant, il a été accusé d’utiliser ses relations politiques pour promouvoir les intérêts commerciaux de Greensill.

Dans un communiqué publié lundi, UBS a déclaré que son offre de remboursement « vise à donner aux investisseurs des fonds une certitude, une sortie accélérée de leurs positions et un niveau élevé de redressement financier ».

L’offre ne devrait pas avoir d’effet significatif sur les résultats financiers ou les exigences en fonds propres d’UBS, a ajouté la banque.

Les 900 millions de dollars proviendront d’un pool de 4 milliards de dollars (3,7 milliards d’euros), mis de côté par la banque pour couvrir les frais de litige et de réglementation lors de l’acquisition du Crédit Suisse.

Laisser un commentaire

un × quatre =