Uber et Deliveroo pourraient bientôt coûter plus cher : êtes-vous prêt à payer ?

Milos Schmidt

Uber et Deliveroo pourraient bientôt coûter plus cher : êtes-vous prêt à payer ?

L’enquête d’L’Observatoire de l’Europe Business met en lumière ce que ressentent les Européens après qu’un responsable européen a déclaré que les citoyens seraient prêts à payer plus pour améliorer les conditions des travailleurs à la demande.

Les Européens devront peut-être payer des prix plus élevés pour les services de livraison et de covoiturage comme Uber et Deliveroo une fois qu’une nouvelle directive européenne sera approuvée et mise en œuvre pour garantir de meilleurs droits aux travailleurs des plateformes.

Un haut responsable politique de l’UE a récemment exprimé son point de vue selon lequel les Européens sont prêts à payer davantage pour de tels services afin de payer pour l’amélioration des conditions de travail, même si la hausse estimée des prix pourrait atteindre 40 %.

Nicolas Schmit, le commissaire européen chargé de l’emploi et des droits sociaux, a fait ces commentaires dans une interview accordée au Financial Times (FT) la semaine dernière au sujet du projet de loi qui, s’il était adopté sous sa forme actuelle, transformerait les travailleurs à la demande en employés de facto et obliger les entreprises de covoiturage et de livraison à leur offrir davantage de protections sociales.

L’interview a eu lieu après que le géant du covoiturage Uber a averti que la proposition entraînerait la fermeture de son service de covoiturage dans des centaines de villes européennes.

« Les gens sont prêts à en supporter le prix », a déclaré Schmit, selon le FT. « Il y a cette idée qu’on peut corriger un prix bas en donnant un pourboire. Ce n’est pas normal. S’il y a un coût, il faut le payer. »

Ce que pensent vraiment les gens

Schmit a-t-il raison ? Les Européens sont-ils « prêts à supporter le coût » et à payer davantage pour améliorer les conditions des travailleurs à la demande ?

L’Observatoire de l’Europe Business a mené une enquête sur diverses plateformes de médias sociaux, dont Instagram et X (anciennement Twitter), pour savoir ce que les gens pensent réellement.

Enquête dans la story Instagram d'Euronews
Enquête dans la story Instagram d’L’Observatoire de l’Europe

Un petit avertissement : il ne s’agit pas d’une étude de marché représentative. Nous avons reçu 1 242 réponses provenant de toute l’Europe, sans les sélectionner par sexe, âge ou lieu.

Certains répondants ont laissé des commentaires et voté dans notre enquête, et la majorité d’entre eux ont déclaré que ce devraient être les entreprises elles-mêmes qui devraient en supporter les coûts.

« Cela ne devrait pas avoir de coût pour les consommateurs ! Nous ne parlons pas d’une petite entreprise familiale. Ni d’un magasin de proximité. Même cas qu’Amazon. Juste de la cupidité… », a déclaré un diplômé en journalisme sur LinkedIn.

Une autre personne a commenté X en partageant quelques idées sur la façon dont elle s’attaquerait au coût supplémentaire : « Réduire le salaire des PDG, collecter les impôts équitablement et payer des salaires équitables. Le coût devrait être supporté par les entreprises. »

Une troisième personne a déclaré : « Je veux payer moins et (avoir) de meilleures conditions sociales pour les travailleurs et les usagers ».

Les personnes interrogées sur Instagram ont tendance à être plus généreuses, le pourcentage le plus élevé (44 %) ayant répondu qu’ils étaient prêts à payer 10 à 15 % de plus pour de tels services s’ils apportaient de meilleures conditions aux travailleurs.

Sur LinkedIn, 45 % des personnes interrogées ont refusé l’idée, mais certaines ont suggéré qu’elles envisageraient d’assumer une partie des coûts si plus de détails étaient donnés.

Le résultat global est « oui » : les Européens seraient en moyenne disposés à payer entre 10 et 50 % de plus pour améliorer leurs conditions de travail, la plupart se situant dans la fourchette de 10 à 15 %.

L’enquête montre qu’une légère majorité de clients sont prêts à payer un peu plus et que les plateformes doivent également payer leur part.

Nicolas Schmit

Commissaire européen à l’emploi et aux droits sociaux

Plus précisément, près de 500 personnes interrogées se sont déclarées prêtes à payer 10 à 15 % de plus. Cependant, si les calculs de Bruxelles sont corrects, il faudrait environ 40 % de plus pour améliorer les conditions.

Le commissaire européen Nicolas Schmit a commenté les conclusions d’L’Observatoire de l’Europe Business en déclarant : « Il faut un rééquilibrage. Pour le moment, c’est le travailleur de la plateforme qui en fait les frais. les plateformes doivent elles aussi payer leur part. »

Résultat global de l’enquête d’L’Observatoire de l’Europe

Que faut-il exactement améliorer pour les travailleurs à la demande ?

Le travail sur plateforme (travail via une plateforme en ligne) est devenu de plus en plus populaire ces dernières années en raison de ses faibles conditions d’entrée et de ses horaires flexibles.

L’industrie couvre les chauffeurs de taxi, les livreurs de nourriture, les soignants et bien d’autres encore, qui utilisent des applications pour fournir leurs services.

En 2020, plus de 28 millions de personnes travaillaient sur des plateformes, selon la Commission européenne. Ce nombre devrait atteindre 43 millions d’ici 2025.

Pendant ce temps, des millions d’entre eux exercent leur travail sans droit à un salaire minimum, à une protection de la santé et au droit aux congés payés, ni à un accès amélioré à la protection sociale contre les accidents du travail, le chômage, la maladie et la vieillesse.

Selon la Commission européenne, 55 % des travailleurs des plateformes gagnent moins que le salaire horaire minimum net (s’il existe dans leur pays) et plus de 40 % de leur temps de travail n’est pas rémunéré.

Ils pourraient même être confrontés à une baisse drastique de leurs revenus.

Les livreurs français ont signalé une baisse de leurs salaires en raison d’une nouvelle méthode de calcul des paiements introduite par Uber Eats.

En réponse, les livreurs français ont organisé une grève nationale le premier week-end de décembre.

Le syndicat CGT a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Business que ces grèves étaient les plus importantes depuis trois ans.

« Cela démontre la colère des coureurs qui n’ont pas d’autre choix que de faire grève pour obtenir gain de cause », a déclaré Ludovic Rioux, secrétaire CGT à L’Observatoire de l’Europe Business.

Il a ajouté que le temps d’attente des travailleurs devrait être payé et que les plateformes elles-mêmes devraient contribuer aux cotisations sociales.

Rioux a qualifié de « chantage » les affirmations d’Uber selon lesquelles l’entreprise devrait fermer ses portes dans toute l’Europe si la législation européenne entrait en vigueur.

Les emplois sont-ils en danger ?

La responsable de la division mobilité d’Uber en Europe, Anabel Díaz, a déclaré au FT que les droits de travail complets pour les chauffeurs obligeraient l’entreprise à fermer le service dans des centaines de villes, à augmenter les prix et à employer moins de personnes qui perdraient la flexibilité du travail sur plateforme, ce qui signifie ils doivent se présenter aux quarts de travail et ne travailler pour aucune autre application.

Le commissaire européen Nicolas Schmit a qualifié cette approche d’« alarmiste », selon le FT, ajoutant qu’il était convaincu qu’« il existe un marché fort pour ce type de services » et qu’Uber et toutes les autres plateformes peuvent adapter leur modèle économique.

Cependant, à y regarder de plus près, les prix montrent qu’Uber n’a pas beaucoup de marge de manœuvre dans les grandes capitales comme Paris.

Notre simulation montre qu’il n’y a pas beaucoup de différence entre les tarifs d’Uber et ceux de G7, l’une des plus grandes compagnies de taxi de Paris, pour un trajet des Champs-Élysées à l’aéroport Charles de Gaulle.

Les prix peuvent varier selon la destination et l’heure, mais la simulation actuelle montre qu’une hausse de 40 % des prix d’Uber nuirait à sa compétitivité.

L'offre d'Uber à gauche et les tarifs de la compagnie de taxi G7 à droite.
L’offre d’Uber à gauche et les tarifs de la compagnie de taxi G7 à droite.

À l’heure actuelle, alors que la crise du coût de la vie reste une préoccupation très réelle en Europe et que la menace imminente d’une récession tient les décideurs politiques et les économistes sur leurs gardes, il peut être irréaliste de s’attendre à ce que les gens paient beaucoup plus pour de tels services. .

Mais dans quelques années, la situation pourrait être complètement différente.

Même une fois le projet de loi adopté par le Parlement européen, il faudra encore deux ans aux États membres et aux entreprises pour s’adapter au changement, et qui sait comment les choses auront évolué d’ici là.

Laisser un commentaire

3 − un =