« Tinder pour l'emploi » : Bruxelles dévoile un plan visant à mettre en relation les migrants avec des emplois dans l'UE dans un contexte de pénurie de main-d'œuvre

Jean Delaunay

« Tinder pour l’emploi » : Bruxelles dévoile un plan visant à mettre en relation les migrants avec des emplois dans l’UE dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre

La Commission européenne a présenté des plans pour une nouvelle plateforme permettant de mettre en relation les migrants avec des offres d’emploi dans tout le bloc, alors que les inquiétudes grandissent concernant un marché du travail européen de plus en plus tendu.

Décrit par la chef des affaires intérieures de l’UE, Ylva Johansson, comme « Tinder pour l’emploi », ce que l’on appelle le pool de talents de l’UE mettrait en contact les demandeurs d’emploi migrants avec les offres d’emploi appropriées en fonction de leurs compétences et qualifications, contribuant ainsi à remédier aux pénuries critiques sur le marché du travail intérieur de l’UE.

La participation au vivier de talents est volontaire pour les États membres, mais Bruxelles espère que des incitations telles que le financement de la formation professionnelle et du perfectionnement inciteront les capitales à y participer.

La plateforme sera basée sur la plateforme EURES existante, qui relie les travailleurs européens aux offres d’emploi dans d’autres pays de l’UE.

« Ce vivier de talents n’a pas pour but de remettre en question les compétences nationales pour décider des quotas de migration de main-d’œuvre. Il s’agit de faciliter le recrutement des compétences appropriées, aussi facilement et aussi rapidement que possible », a expliqué Johansson, ajoutant que de nombreux États membres avaient appelé Bruxelles à aider à coordonner l’adéquation des compétences aux pénuries.

Alors que les baby-boomers partent à la retraite et que la population active diminue, de nombreux secteurs du bloc sont confrontés à des pénuries persistantes de main-d’œuvre qualifiée, la construction, la santé et l’informatique étant particulièrement touchées, selon la Commission européenne.

Le bloc aura besoin de sept millions de travailleurs supplémentaires sur son marché du travail d’ici la fin du siècle en raison du changement démographique. L’exécutif européen a déjà tiré la sonnette d’alarme sur les retombées économiques potentielles du bouleversement prévu du marché du travail, mettant en garde contre une pression immense sur les budgets publics, les retraites et le système de santé.

La main d’œuvre nationale « pas assez »

« Nous ne devons pas oublier le potentiel inexploité de la main-d’œuvre nationale de l’UE, mais cela ne suffit pas », a déclaré le vice-président de la Commission européenne, Margaritis Schinas.

« Nous allons vraiment avoir besoin de davantage de migration de main-d’œuvre », a ajouté Johansson, expliquant que sans les 10 millions de ressortissants de pays tiers travaillant dans l’UE, qui représentent environ 5 % de sa main-d’œuvre, l’économie du bloc « s’arrêterait ».

Johansson, responsable des politiques migratoires de l’exécutif européen, a également déclaré que le Talent Pool pourrait aider à décourager les migrants de s’embarquer dans des voyages dangereux vers le bloc en empruntant des itinéraires facilités par les passeurs et ainsi réduire le nombre d’arrivées irrégulières.

« Nous intensifions nos efforts pour prévenir les arrivées irrégulières et les décès en Méditerranée et dans l’Atlantique. Mais pour y parvenir efficacement, nous devons également prévoir des voies légales », a-t-elle expliqué.

Mais alors que la migration de main-d’œuvre est considérée à Bruxelles comme l’une des solutions clés pour lutter contre les arrivées irrégulières tout en comblant les lacunes béantes du marché du travail, certains gouvernements européens adoptent une ligne différente.

Des gouvernements de toutes tendances politiques, dont la France, l’Italie, la Hongrie et la Pologne, expérimentent des politiques natalistes pour augmenter les taux de natalité et combler les pénuries de main-d’œuvre, une approche privilégiée en particulier par les gouvernements d’extrême droite.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán et la Première ministre italienne Giorgia Meloni ont notamment introduit des incitations telles que des allègements fiscaux et des allocations pour inverser le déclin rapide de la population de leur pays.

Mais Schinas a mis en garde contre le fait de se laisser prendre aux « solutions miracles » proposées par les démagogues et les populistes.

« Nous sommes désormais habitués à la toxicité que certaines forces politiques veulent introduire dans le débat public sur la migration. Elles promettent que la solution magique est de fermer les frontières, de revenir au nationalisme, de refuser toutes sortes de négociations avec les voisins, avec Bruxelles. » il a dit.

« Nous n’empruntons pas cette voie (…) Et nous continuerons à nous opposer à ce discours populiste », a-t-il ajouté.

Une course mondiale aux talents

Schinas a présenté le plan comme un « outil de politique étrangère » autant que comme un outil de politique sociale, dans la mesure où il vise à renforcer l’avantage concurrentiel industriel de l’Europe sur la scène mondiale, avec une demande croissante pour les compétences nécessaires à la décarbonation et à la numérisation de certaines parties de l’économie.

« L’Europe est engagée dans une course mondiale aux talents. De la même manière que nous menons une course mondiale aux matières premières et à l’énergie, nous menons également une course mondiale aux talents contre des concurrents très puissants qui disposent de voies simples pour accéder à la troisième place. -ressortissants de pays : les États-Unis, le Canada, la Nouvelle-Zélande et l’Australie », a-t-il expliqué.

La plateforme est conçue pour lutter contre les pénuries dans les secteurs peu, moyennement et hautement qualifiés, avec un accent particulier sur les secteurs stratégiques « liés à la transition verte et numérique ».

Le bloc a également appelé les États membres à simplifier leurs processus de reconnaissance des compétences et qualifications étrangères, affirmant que les formalités administratives décourageaient les travailleurs qualifiés d’immigrer, un phénomène appelé « gaspillage de cerveaux ».

Le racisme entache également la réputation du bloc dans le monde et risque d’empêcher les travailleurs qualifiés de pays tiers de postuler à un emploi, selon Johansson.

« Nous devons également lutter contre le racisme, car celui-ci constitue également un obstacle pour les personnes qualifiées qui choisissent de venir dans l’Union européenne », a déclaré Johansson.

Laisser un commentaire

2 + neuf =