Syrie et Turquie : les efforts de reconstruction se poursuivent cinq mois après le séisme

Jean Delaunay

Syrie et Turquie : les efforts de reconstruction se poursuivent cinq mois après le séisme

Cinq mois après le tremblement de terre dévastateur qui a frappé la Turquie et certaines parties de la Syrie, les organisations humanitaires travaillent toujours pour aider des millions de personnes dans le besoin

En février, des tremblements de terre dévastateurs ont frappé le sud de la Turquie et le nord-ouest de la Syrie, affectant considérablement la vie de quelque 15 millions de personnes.

Cinq mois plus tard, il reste encore beaucoup à faire dans les zones touchées, mais des progrès sont lentement réalisés.

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance estime qu’environ quatre millions d’enfants ont encore besoin d’aide humanitaire et que 1,6 million vivent dans des tentes ou d’autres abris temporaires, certains sans accès à l’eau.

Le représentant de l’UNICEF en Turquie, Paolo Manci, a déclaré : « Nous sommes passés du drame – des images catastrophiques que tout le monde a probablement vues – à la reconstruction.

Les besoins sont encore plus grands pour ceux qui vivent en dehors des villes où les gens sont traumatisés et où les médecins et les psychologues sont très demandés.

« Nous avons de très bons partenaires », a expliqué Manci, « ainsi que des personnes spécialisées dans les blessures causées par les tremblements de terre. Heureusement, il y a des opportunités ici qui ne sont pas toujours disponibles dans d’autres pays.

C’est une image similaire dans le nord-ouest de la Syrie tenu par les rebelles. Les gens qui vivaient dans des camps avant les tremblements de terre sont toujours là et certains des blessés attendent toujours d’être soignés.

Les volontaires du groupe humanitaire syrien, les « Casques blancs », également connu sous le nom de « Défense civile syrienne », ont travaillé pour aider les communautés dans le besoin.

Ismail Abdullah est l’un de leurs bénévoles.

« Nous n’avons pas le type de soutien dont chaque famille peut avoir besoin pour surmonter ce traumatisme. Elles ont besoin de personnes plus spécialisées pour les aider. »

Les bénévoles de l’organisation non gouvernementale « Casques blancs » travaillent au déblayage des décombres, à l’évacuation des populations, à l’équipement des camps et à la construction de routes pour faciliter l’accès des véhicules aux camps.

Mais ils disent que les bombardements entravent les efforts de secours et que seuls 10 à 20 % des besoins de la population sont satisfaits.

« Si nous pouvons les aider à retourner dans leurs maisons, en les aidant à ne pas rester dans les camps… c’est le besoin urgent », a déclaré Abdullah.

Laisser un commentaire

six + 8 =