The Alternative for Germany (AfD) party logo

Jean Delaunay

Super sondage : l’AfD allemande pourrait-elle créer un nouveau groupe d’extrême droite au Parlement européen ?

L’ultranationalisme, l’euroscepticisme et les sympathies pro-russes pourraient constituer un terrain d’entente, et les députés européens de certains pays d’Europe centrale pourraient être tentés par cette expérience, suggère L’Observatoire de l’Europe Super Poll.

Alors que les partis d’extrême droite se préparent à surmonter leur fragmentation politique, l’AfD allemande est de plus en plus consciente qu’elle aura besoin d’une nouvelle famille parlementaire européenne après son expulsion du groupe ultra-conservateur Identité et Démocratie (ID).

Et si l’AfD appelle, d’autres partis pourraient être tentés de rejoindre le nouveau groupe alternatif d’extrême droite, rapporte le Super Sondage d’L’Observatoire de l’Europe.

La droite européenne est clairement divisée par des incompatibilités politiques et des intérêts différents. Steven Van Hecke, professeur de politique européenne à la KU Leuven, a expliqué à L’Observatoire de l’Europe pourquoi il est très peu probable qu’un seul groupe d’extrême droite se forme au sein de la prochaine législature européenne :

« Un certain nombre de partis d’extrême droite sont sur la voie de la radicalisation. Je ne pense pas qu’ils se rassembleront tous après les élections. Nous préférerions voir non pas un, mais trois groupes politiques plutôt que deux. C’est aussi la raison pour laquelle pourquoi Marine Le Pen a récemment fait savoir clairement qu’elle souhaitait avoir une ligne claire, une distance claire vis-à-vis de l’AfD », a expliqué Van Hecke.

Simulation basée sur la projection du prochain Parlement européen avec le groupe de droite alternative (points noirs) et le groupe de gauche souverainiste (points marron clair)

L’AfD a été expulsée au cours de la campagne électorale européenne en cours à l’appel de Marine Le Pen, la leader du groupe ID, après que son ancien principal candidat, Maximilian Krah, ait déclaré ses sympathies pour la célèbre unité allemande nazie, les Waffen SS.

L’AfD a également été accusée d’être impliquée dans des actions d’influence malveillante russes et dans une affaire d’espionnage chinois.

Le Super Sondage d’L’Observatoire de l’Europe prévoit que les sièges nécessaires à la création d’un groupe d’extrême droite pourraient devenir une réalité après le vote.

D’un simple point de vue arithmétique, avec la nécessité d’un minimum de 23 députés européens issus d’au moins sept États membres différents, il n’y a peut-être aucune marge d’erreur malgré le soutien d’un potentiel de 15 sièges de l’AfD en Allemagne. Et les choses sont déjà en marche, selon les analystes.

« Des appels et des demandes de renseignements sont déjà en cours : la Renaissance bulgare a contacté les dirigeants de l’AfD après leur expulsion de l’ID », a indiqué le centre de sondages L’Observatoire de l’Europe.

Outre l’AfD, le nouveau groupe d’extrême droite pourrait inclure des députés européens de Pologne, de Lituanie, de Bulgarie, de Hongrie (et de son parti Notre Patrie) et de Slovaquie.

Le point commun entre ces partis dissidents pourrait être leur position politique pro-russe.

Avec le slogan « Notre pays d'abord », le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne, l'AfD, fait campagne pour des votes sur une affiche électorale pour les élections européennes à Francfort, en Allemagne.
Avec le slogan « Notre pays d’abord », le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne, l’AfD, fait campagne pour des votes sur une affiche électorale pour les élections européennes à Francfort, en Allemagne.

S’il est créé, le nouveau groupe d’extrême droite aura l’opportunité d’être au centre de l’attention politique et médiatique dans les cinq années à venir puisque la question ukrainienne sera inévitablement l’un des sujets les plus pertinents de la prochaine législature européenne.

Un autre groupe potentiel susceptible de sympathiser avec la Russie devrait siéger sur les bancs de l’alt-gauche du Parlement européen : le groupe souverainiste de gauche dirigé par un autre favori allemand, le Rassemblement de Sahra Wagenknecht (BSW).

Prévisions des élections européennes, partis allemands, par le Super Sondage d’L’Observatoire de l’Europe

Sahra Wagenknecht s’est séparée de Die Linke, membre de longue date du groupe parlementaire La Gauche. Sa fraction est sur le point de quitter ce groupe et pourrait trouver suffisamment d’âmes sœurs pour organiser une alternative.

Les souverainistes de gauche à travers l’Europe devraient également disposer de suffisamment de sièges pour se rassembler.

Laisser un commentaire

3 − un =