Steven Spielberg hugs Holocaust survivor Daisy Miller, of Studio City, as they attend a University of Southern California Medallion event

Jean Delaunay

Steven Spielberg : « Les échos de l’histoire sont indubitables dans notre climat actuel »

Le triple lauréat d’un Oscar et réalisateur de « La Liste de Schindler » a fait ses premiers commentaires sur Gaza et dénonce l’antisémitisme croissant.

« Les échos de l’histoire sont indubitables dans notre climat actuel. »

Le cinéaste légendaire Steven Spielberg a prononcé ces mots lors d’une cérémonie en l’honneur de la Fondation USC Shoah, une organisation à but non lucratif qu’il a fondée il y a 30 ans, qui documente des entretiens avec des survivants et des témoins de l’Holocauste.

Le directeur de 77 ans de la liste de Schindler a accepté le médaillon de l’USC lundi 25 mars, la plus haute distinction de l’Université de Californie du Sud.

Au cours de son discours, il a souligné l’importance de mettre un terme à la montée de l’antisémitisme et des opinions extrémistes dans le contexte de la guerre entre Israël et le Hamas qui a débuté en octobre.

Il a également pointé du doigt les jeunes étudiants victimes de préjugés sur les campus universitaires : « 50 % des étudiants déclarent avoir été victimes d’une certaine discrimination parce qu’ils sont juifs. Cela se produit également parallèlement à la discrimination anti-musulmane, arabe et sikh.

Abordant directement le conflit à Gaza, il a déclaré : « Je suis de plus en plus inquiet à l’idée que nous puissions être condamnés à répéter l’histoire, à devoir lutter une fois de plus pour le droit même d’être juif. Face à la brutalité et à la persécution, nous avons toujours été un peuple résilient et compatissant qui comprend tous le pouvoir de l’empathie. »

De gauche à droite : Joel Citron, Carol Folt, présidente de l'Université de Californie du Sud, Steven Spielberg et Celina Biniaz, survivante de l'Holocauste, posent avec le médaillon de l'USC.
De gauche à droite : Joel Citron, Carol Folt, présidente de l’Université de Californie du Sud, Steven Spielberg et Celina Biniaz, survivante de l’Holocauste, posent avec le médaillon de l’USC.

« Nous pouvons nous irriter contre les actes odieux commis par les terroristes du 7 octobre et également dénoncer le meurtre de femmes et d’enfants innocents à Gaza », a déclaré Spielberg. « Cela fait de nous une force unique pour le bien dans le monde et c’est la raison pour laquelle nous sommes ici. aujourd’hui pour célébrer le travail de la Fondation Shoah, qui est plus crucial aujourd’hui qu’il ne l’était même en 1994. »

Il a poursuivi : « C’est crucial à la suite de l’horrible massacre du 7 octobre. C’est crucial pour mettre fin à la violence politique causée par la désinformation, les théories du complot et l’ignorance. essentiel à la santé de notre république démocratique et à l’avenir de la démocratie dans le monde civilisé. »

Prenez le temps de lire son discours complet, ci-dessous :

Laisser un commentaire

trois × quatre =