The Stellantis sign is seen outside the Chrysler Technology Center on July 19, 2021, in Auburn Hills, Michigan.

Milos Schmidt

Stellantis menace de freiner la production automobile britannique en raison des quotas de véhicules électriques

Un employé de haut rang affirme que les règles gouvernementales équivaut à une « punition » car la demande de véhicules électriques ne parvient pas à reprendre.

Le constructeur automobile multinational Stellantis, propriétaire de marques telles que Vauxhall, Citroën et Peugeot, pourrait arrêter la production de voitures au Royaume-Uni à moins que l’État ne modifie ses quotas actuels de véhicules électriques.

« Stellantis UK ne s’arrête pas. La production de Stellantis au Royaume-Uni pourrait s’arrêter », a déclaré Maria Grazia Davino, directrice générale de la société au Royaume-Uni.

S’exprimant lors du sommet annuel de la Society of Motor Manufacturers and Traders à Londres en début de semaine, Davino a déclaré qu’une décision serait prise dans « moins d’un an ».

Les objectifs d’émissions du Royaume-Uni exigent que les constructeurs automobiles britanniques vendent un pourcentage minimum de voitures entièrement électriques, représentant cette année au moins 22 % des ventes totales.

Tout véhicule vendu non conforme entraîne une amende de 15 000 £ (17 760 €).

À l’avenir, le gouvernement britannique prévoit d’interdire la vente de voitures neuves à essence et diesel d’ici 2035, un assouplissement d’un objectif initial – qui fixait 2030 comme date limite.

Selon Davino, les règles actuelles sont trop strictes si on les compare aux habitudes des consommateurs.

« C’est le manque de demande par rapport à la réglementation et sa punition si vous n’y parvenez pas », a-t-elle déclaré.

À la fin de l’année dernière, Ernst & Young a classé le Royaume-Uni au 5e rang des pays les mieux préparés à la transition vers les véhicules électriques parmi les 20 principaux marchés mondiaux, prévoyant une croissance de 36 % des ventes de véhicules électriques d’une année sur l’autre.

Néanmoins, Davino a déclaré que la demande n’est pas encore suffisamment forte pour respecter les quotas gouvernementaux.

Elle a fait valoir que ce problème pourrait être résolu en développant les infrastructures de recharge et en introduisant des subventions à la consommation.

Stellantis fabrique actuellement des fourgonnettes électriques dans le nord-ouest de l’Angleterre, dans son usine d’Ellesmere Port, et a précédemment annoncé qu’elle lancerait une ligne de production de fourgonnettes électriques dans sa base de Luton, dans le sud de l’Angleterre, en 2025.

La viabilité de ces projets pourrait désormais dépendre des prochaines mesures du gouvernement et donc des prochaines élections britanniques du 4 juillet.

Laisser un commentaire

2 × trois =