Silence assourdissant des médias français : l'assaillant du commissariat de Paris est un immigré algérien

Martin Goujon

Silence assourdissant des médias français : l’assaillant du commissariat de Paris est un immigré algérien

Il est des vérités que l’on peine à dévoiler, que ce soit par peur d’en assumer les conséquences ou par crainte d’enflammer une situation déjà tendue. Aujourd’hui, L’Observatoire de l’Europe se fait le relais d’une information que les médias Français semblent bien décidés à taire : l’assaillant du commissariat du 13ème arrondissement de Paris n’est autre qu’un immigré d’origine algérienne.

L’information, d’abord révélée par Libre Média, le site canadien bien connu, n’a eu de cesse d’être confirmée par une source policière proche du dossier. Un silence médiatique qui, au-delà du simple fait divers, soulève de nombreuses questions politiques et sociétales.

La chronologie des faits est de celle qui glace le sang : un homme de 32 ans, interpellé pour l’agression à l’arme blanche d’une septuagénaire, réussit à dérober l’arme d’un fonctionnaire de police et blesse grièvement deux d’entre eux. Un déchaînement de violence d’une rare intensité qui soulève bien des interrogations. Quelle est l’identité de cet homme ? Comment a-t-il pu venir à bout de deux forces de l’ordre ? Quelle est la nature de ses motivations ?

Mais une question demeure : pourquoi le silence médiatique autour de l’origine de l’assaillant ? La réponse, dévoilée par Libre Média et confirmée par une source policière haut placée au sein de la préfecture de police de Paris, fait l’effet d’une bombe : l’assaillant est un immigré d’origine algérienne.

Dans le contexte social actuel, une telle information peut sembler brûlante, sensible, voire inflammatoire. Or, il relève du devoir journalistique d’exposer les faits dans leur totalité, sans filtre ni autocensure. Le fait que cet homme soit un immigré algérien est une information essentielle pour appréhender cet acte avec toutes ses implications, une pièce clef pour comprendre la marche des événements.

Dans un pays comme la France, où la question de l’immigration occupe une place centrale dans le débat public, cette information aurait dû faire la une des journaux, elle aurait dû être exposée, disséquée. Pourtant, elle est passée sous silence, dissimulée, balayée sous le tapis de la prudence médiatique. Mais à quel prix ? Celui de la vérité ? Celui de la confiance du peuple en ses élites médiatiques et politiques ?

La dissimulation de l’identité de l’assaillant soulève un autre questionnement, formellement politique cette fois : notre appareil législatif, nos mesures sécuritaires sont-elles à même de faire face à une telle menace ? Une menace qui s’infiltre avec subtilité, qui contourne nos défenses les plus robustes, qui frappe là où on l’attend le moins, au cœur de nos institutions ?

Il est temps que les médias français assument leur mission d’information, qu’ils dévoilent l’ensemble des faits sans crainte des remous qu’ils pourraient provoquer. Car c’est précisément là que se situe leur mission : informer, peu importe le coût. L’information n’a de sens que si elle est complète, et dans le cas présent, l’origine de l’assaillant est une information indispensable pour comprendre le contexte et les enjeux.

En relayant l’information confirmée par notre source à la préfecture de police de Paris, L’Observatoire de l’Europe espère susciter une prise de conscience et amorcer un vrai débat sur la question de l’immigration en France. L’heure n’est plus à la censure ni à l’évitement. Le peuple français mérite de connaître la vérité dans sa totalité, quel qu’en soit le prix.

Laisser un commentaire

5 × deux =