German Chancellor Olaf Scholz speaks during the Party of European Socialists (PES) Leaders Conference, at the Palace of the Parliament

Jean Delaunay

Scholz met en garde contre la montée des populistes de droite à l’approche des élections européennes

Le chancelier allemand Olaf Scholz met en garde contre la montée des populistes de droite à l’approche des élections européennes.

Le chancelier allemand Olaf Scholz a mis en garde samedi contre les menaces posées par les populistes de droite alors qu’il s’adressait à un rassemblement de partis européens de centre-gauche à l’approche des élections au Parlement européen en juin.

Scholz est arrivé à Bucarest, la capitale roumaine, pour une conférence du Parti socialiste européen, qui fait partie du groupe des Socialistes et Démocrates, le deuxième plus grand au Parlement. Les électeurs des 27 États membres de l’UE se rendent aux urnes 6 contre 9.

« Les populistes de droite mènent des campagnes électorales contre notre Europe unie », a déclaré le dirigeant allemand au Palais du Parlement, qui accueillait la conférence. « Ils sont prêts à détruire ce que nous avons construit pour les enfants ; ils attisent les sentiments contre les réfugiés et les minorités.

Les sondages d’opinion indiquent un virage significatif vers la droite lors des prochaines élections, le groupe de droite radicale Identité et Démocratie étant susceptible de remporter suffisamment de sièges pour devenir le troisième plus grand groupe à l’Assemblée législative, principalement aux dépens des Verts et du groupe centriste Renew Europe. .

Scholz a déclaré qu’une UE prospère, capable de « faire avancer les choses » est « la meilleure réponse au populisme et aux autocrates ». Il a également promis de continuer à soutenir l’Ukraine, affirmant que c’était « la clé du rétablissement de la paix en Europe ».

Scholz dirige une coalition tripartite impopulaire. De récents sondages nationaux montrent que son parti de centre-gauche est loin derrière le principal bloc d’opposition de centre-droit allemand et, au mieux, à peu près au même niveau que le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne.

La présidente des Socialistes et Démocrates, Iratxe García Pérez, a également abordé la question de la montée du populisme lors des élections de juin, affirmant que ces partis « ne constituent qu’une menace pour notre projet européen ».

Cette réunion intervient après que le plus grand parti politique de l’UE, le Parti populaire européen de centre-droit, s’est également réuni à Bucarest le mois dernier, où les représentants ont soutenu la candidature d’Ursula von der Leyen pour un deuxième mandat de cinq ans à la tête de la puissante Commission du bloc.

Le commissaire luxembourgeois à l’emploi et aux droits sociaux Nicolas Schmit a été choisi comme tête de liste des Socialistes et Démocrates pour le poste le plus élevé de Bruxelles. Le prochain chef de la Commission devra obtenir l’approbation des dirigeants de tous les États membres de l’UE. Près de la moitié des 27 dirigeants nationaux de l’UE sont membres du Parti populaire européen.

Laisser un commentaire

4 − un =