Rishi Sunak s'excuse pour le traitement "horrible" des personnes LGBT dans l'armée

Jean Delaunay

Rishi Sunak s’excuse pour le traitement « horrible » des personnes LGBT dans l’armée

Il était illégal d’être gay dans l’armée britannique jusqu’en 2000 et Rishi Sunak a dit pardon à ceux qui ont été limogés ou expulsés.

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a présenté mercredi ses excuses au nom du gouvernement pour le traitement « horrible » des personnes LGBT dans l’armée jusqu’à ce qu’elles soient autorisées à servir en l’an 2000.

« L’interdiction faite aux personnes LGBT de servir dans nos forces armées jusqu’en l’an 2000 a été un échec effroyable de l’État britannique », a déclaré le chef conservateur au Parlement.

« Pendant cette période, beaucoup ont subi les abus et les violences sexuels les plus horribles, le harcèlement homophobe, tout en servant courageusement ce pays », a-t-il poursuivi.

« Aujourd’hui, au nom de l’Etat britannique, je m’excuse », a déclaré Rishi Sunak.

Jusqu’à une modification de la loi en 2000, les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles ou transgenres n’étaient pas autorisées à servir dans l’armée britannique.

« Aujourd’hui, nous voulons dire à chacun des anciens soldats, marins et aviateurs, dont beaucoup sont aujourd’hui à la retraite, que vous êtes l’un des nôtres », a déclaré le secrétaire d’État à la Défense Ben Wallace.

« La tolérance, les valeurs des démocraties occidentales pour lesquelles nous vous demandions de vous battre vous ont été refusées. C’était une grave erreur », a ajouté le ministre.

Le ministre des Anciens combattants, Johnny Mercer, a déclaré que c’était une « journée mémorable ».

Le ministre fantôme de la Défense, John Healey, du Parti travailliste d’opposition, a également salué les excuses « comme une reconnaissance de leurs mauvais traitements ».

Les excuses surviennent le jour de la publication d’un rapport commandé par le gouvernement sur l’expérience d’anciens militaires LGBT qui ont servi entre 1967 et 2000.

Le rapport recommande, entre autres, qu’une « compensation financière appropriée » soit accordée aux anciens combattants touchés par l’interdiction faite aux personnes LGBT de servir dans les forces armées avant l’an 2000.

Plusieurs personnes LGBT témoignent dans le rapport, de manière anonyme. « J’ai été victime d’insultes, d’agressions physiques, de harcèlement, j’avais peur de perdre mon travail. Tout ça parce qu’on me soupçonnait d’être gay », raconte une personne. « Je ne l’étais pas, je suis transgenre. Mais c’était considéré comme pire. »

Catherine Dixon, ex-soldat et aujourd’hui vice-présidente de l’association LGBT Stonewall, a salué les excuses du gouvernement. « Il s’agit d’une étape importante pour les personnes LGBTQ+ qui ont servi dans les forces armées et qui, comme moi, ont connu la honte, l’humiliation et une carrière militaire gâchée à cause de leur sexualité », a-t-elle déclaré.

Début 2021, le ministère de la Défense a annoncé que les militaires renvoyés de l’armée en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre pourraient récupérer leurs médailles perdues.

Ce changement est intervenu après la bataille judiciaire menée par un vétéran de la guerre des Malouines, Joe Ousalice, qui avait réussi en 2020 à obtenir la restitution de sa médaille confisquée alors qu’il avait été contraint de quitter la Royal Navy en raison de son orientation sexuelle.

L’homme de 70 ans originaire de Southampton, ancien opérateur radio qui a également servi au Moyen-Orient et en Irlande du Nord au cours de ses 18 ans de carrière, a été déchu de sa médaille d’ancienneté et de bonne conduite après avoir été condamné par une cour martiale en 1993 pour sa bisexualité.

Laisser un commentaire

3 + huit =