Rétrospective culturelle : le jour où Jesse Owens a ruiné les Jeux olympiques d'Hitler

Jean Delaunay

Rétrospective culturelle : le jour où Jesse Owens a ruiné les Jeux olympiques d’Hitler

3 août 1936 : Jesse Owens remporte une médaille olympique et ruine la journée d’Hitler.

Jesse Owens est né à Oakville, Alabama en 1913. Aux Jeux olympiques de 1936, il était déjà l’un des athlètes les plus impressionnants des États-Unis. Il avait remporté quatre médailles d’or sans précédent en deux ans aux championnats de la NCAA et avait établi quatre records du monde différents en athlétisme en 45 minutes le 25 mai 1935.

Mais c’est aux Jeux olympiques de 1936 qu’Owens s’inscrit à jamais dans les livres d’histoire.

Si vous ne le saviez pas déjà, les Jeux de 1936 ont eu lieu à Berlin sous le régime nazi.

Adolf Hitler voulait utiliser les jeux comme une opportunité pour promouvoir l’idéologie nazie à travers le monde. Les athlètes juifs allemands ont été interdits d’accès aux jeux. Hitler espérait que l’Allemagne présenterait un spectacle de prouesses aryennes, prouvant au monde la force de la race blanche.

En tant que Noir américain, Owens ne correspondait clairement pas à l’image d’Hitler d’un Troisième Reich qui régnerait sur le monde pendant mille ans. Il s’était même demandé si les États-Unis devaient participer à des Jeux Olympiques dans un pays où les minorités étaient discriminées.

Owens est quand même allé aux Jeux olympiques et a été accueilli par des masses de fans allemands. De toute évidence, le message de haine raciale n’avait pas entièrement imprégné l’Allemagne.

Si Hitler voulait voir tous les athlètes non blancs et non allemands battus, il était sur le point de se réveiller brutalement quand vint le moment pour Owens de prendre la piste. Déjà un phénomène, la plus grande performance d’Owens a été aux Jeux olympiques.

Premier ce jour-là en 1936, Owens a remporté l’or au 100 m avec un temps de 10,3 secondes. Le lendemain, il remporte le saut en longueur. Le lendemain, il remporte le sprint de 200 m. Quatre jours plus tard, Owens a remporté sa quatrième et dernière médaille d’or dans l’équipe de relais sprint 4x100m. À l’époque, quatre médailles d’or dans un match était un record en soi.

Hitler n’était pas très content.

Il avait déjà refusé de serrer la main de tout athlète qui n’était pas allemand.

Après que le président du Comité olympique Henri de Baillet-Latour ait insisté pour qu’Hitler serre la main des vainqueurs de tous les pays ou d’aucun, Hitler s’est opposé à serrer la main de qui que ce soit.

Il a été largement rapporté qu’Hitler avait snobé Owens. Cependant, selon le propre récit d’Owens, Hitler a fait signe à Owens de reconnaître sa réussite. Pourtant, l’image la plus frappante de l’ensemble des Jeux olympiques est qu’Owens se tenait au sommet du podium des vainqueurs, sa main à la tête saluant le drapeau américain alors que ceux qui l’entouraient tendaient les bras en hommage à Hitler.

non crédité/AP
Jesse Owens, deuxième à partir de la droite, salue lors de la présentation de sa médaille d’or pour le saut en longueur, après avoir battu l’Allemagne nazie Lutz Long, droite

L’héritage d’Owens est celui de la destruction de ce qui était censé être le couronnement de la machine de propagande d’Hitler. Dans des Jeux olympiques entièrement consacrés à la célébration de la capacité de la race aryenne, un homme noir d’Amérique a présenté tous les Allemands blancs d’Hitler.

Pour Owens cependant, la puissance de sa réussite a été gâchée par le pays dans lequel il est retourné. Les États-Unis étaient un pays isolé. Pendant son séjour en Europe, il avait été autorisé à séjourner dans des hôtels avec des athlètes blancs, un niveau d’égalité qui ne lui était pas accessible chez lui.

Owens a continué à faire face au racisme tout au long de sa vie. Malgré ses réalisations, le président Franklin D. Roosevelt ne l’a jamais invité à la Maison Blanche.

« Hitler ne m’a pas snobé, c’est notre président qui m’a snobé. Le président ne m’a même pas envoyé de télégramme », a dit un jour Owens à une foule.

Laisser un commentaire

cinq − 5 =