Rencontrez le créateur derrière ces poupées hyperréalistes et ces créatures de science-fiction

Jean Delaunay

Rencontrez le créateur derrière ces poupées hyperréalistes et ces créatures de science-fiction

D’Avatar aux bébés hyperréalistes, l’artiste espagnole Cristina Jobs sculpte des œuvres d’art qui imitent parfaitement, et parfois même dépassent la réalité.

Le diable n’est pas toujours dans les détails.

Même si vous regardez attentivement l’un des bébés de Cristina Jobs, vous aurez du mal à dire qu’il est fait de silicone.

Il pleure et veut une tétine, a besoin d’un changement de couche après avoir été nourri et a une poitrine qui se soulève et s’abaisse à chaque respiration.

« Ce sont ces détails que l’œil peine à percevoir, comme les capillaires, les veines, qui nous disent que c’est quelque chose qui a de la vie », explique la sculptrice hyperréaliste espagnole et créatrice de la marque Babyclon lorsqu’elle accueille L’Observatoire de l’Europe Culture dans son studio de Deltebre. , nord-est de l’Espagne.

Quand Cristina a commencé, elle travaillait seule, mais maintenant elle a un groupe de personnes talentueuses qui travaillent dans son studio. Leur équipe de sept peut faire environ 20 à 25 bébés par mois.

« Tout est entièrement fait à la main et personnalisable », explique Cristina.

La valeur moyenne d’un de ses bébés est de 2 000 €, mais les commandes vont de 1 500 € à 8 000 € selon la demande.

Emplois de Christine
Un bébé hyperréaliste réalisé par Cristina Jobs

Au-delà du réalisme

Le monde du maquillage artistique et des effets spéciaux a été un tremplin pour Cristina dans le monde de l’hyperréalisme mais elle ne s’attendait pas au départ à entrer dans le monde des poupées en silicone.

« Bébés? En silicone ? Qui achète ça ? a été la première réaction de Cristina lorsqu’un collectionneur lui a conseillé d’orienter son talent vers la fabrication de bébés.

« Je viens d’un milieu des effets spéciaux », ajoute Cristina, « qui est censé être des gens bizarres qui fabriquent des monstres zombies. Mais cette chose (des bébés hyperréalistes) m’a semblé franchir cette ligne… Mais ce que j’ai découvert quand j’ai commencé dans ce secteur, c’est que, derrière, il y avait un très beau secteur. »

Cristina a remarqué un manque de technique professionnelle sur le marché de la fabrication de bébés et a décidé d’utiliser son expérience des effets spéciaux pour faire passer ses produits au niveau supérieur.

Ses créations « devinrent quelque chose qui dépassait l’hyperréalisme connu à l’époque » et Cristina veut pousser ses modèles encore plus loin.

« Nous nous dirigeons vers l’intelligence artificielle », explique Cristina, évoquant un projet à venir. « Les objets physiques incapables de créer une interaction avec une personne finissent par devenir ennuyeux et monotones. C’est pourquoi j’ai décidé d’implémenter l’IA chez les bébés.

Au-delà des bébés : effets spéciaux et film

Les créations incroyables de Cristina ne se limitent pas aux bébés en silicone, elle travaille également sur les effets spéciaux pour les films via sa société ClonFactory.

« Ce qui est bien avec les effets spéciaux, c’est qu’à chaque fois que vous faites un nouveau film, c’est quelque chose que vous n’avez jamais fait auparavant parce que même si vous avez fait, par exemple, beaucoup de blessures à la jambe, ce n’est pas le même acteur, l’acteur n’est pas Je ne vais pas le gérer de la même manière, ça ne va pas être dans le même contexte », explique Cristina.

En plus du maquillage de blessures, de blessures et d’effets spéciaux, elle réalise également des modèles et des sculptures pour le cinéma et les médias. Une pièce en particulier lui a valu beaucoup d’attention internationale :

« Avatar était une conception clé. Il est devenu viral dans le monde entier. Nous avons même fait l’actualité en Inde. C’était comme, du jour au lendemain, avoir dix mille e-mails dans ma boîte de réception. C’était formidable. Je vivais sur un nuage », raconte-t-elle.

Voir ce post sur Instagram

Une publication partagée par Babyclon (@babyclon_oficial)

Malgré son emploi du temps chargé en tant qu’entrepreneure, Cristina consacre également du temps à des projets artistiques personnels, car elle pense qu’ils constituent un débouché important.

« Entrer dans le secteur de l’art en tant que sculpteur hyperréaliste était quelque chose dont j’avais vraiment besoin, car je travaillais depuis de nombreuses années, depuis que j’ai commencé par les effets spéciaux, travaillant toujours sur des commandes… J’ai ressenti ce besoin de créer ce que je voulais parce que Je voulais, et avec le message que je voulais. »

Sous le nom artistique de Cristina Jobs, son travail artistique aborde des sujets liés à la maternité, au féminisme et à l’éducation.

« J’ai un passé assez rebelle et les situations injustes dans la société m’émeuvent… J’ai besoin de les extérioriser. »

Dans un projet, à l’extérieur du musée Reina Sofia à Madrid, se trouve l’une des œuvres d’art de Cristina : un bébé géant et réaliste qui pleure, appelant à la nécessité d’une nouvelle loi qui protège les mères qui allaitent en public.

« Et le bébé n’arrêtera pas de pleurer jusqu’à ce qu’il l’attrape », conclut-elle.

Laisser un commentaire

7 + 16 =