Jordan Bardella

Milos Schmidt

Qui est vraiment Jordan Bardella, homme politique français d’extrême droite de 28 ans ?

Le parcours de Bardella, depuis l’abandon universitaire jusqu’au potentiel Premier ministre, en a surpris plus d’un, soulignant son ascension fulgurante en quelques années seulement. En misant sur une histoire fascinante de la misère à la richesse, la réalité est bien plus nuancée.

Avec Jordan Bardella comme figure de proue, le parti d’extrême droite français du Rassemblement national (RN) a infligé une défaite écrasante à l’alliance centriste du président Emmanuel Macron, obtenant deux fois plus de voix aux élections européennes du mois de juin.

Cette perte importante a conduit Macron à prendre une décision surprenante en convoquant des élections législatives anticipées, prévues les 30 juin et 7 juillet.

Le parcours de Bardella, d’abandon universitaire à potentiel Premier ministre, en a surpris plus d’un, témoignant d’une campagne de narration politique réussie orchestrée par l’extrême droite.

Née en 1995 à Saint-Denis, en banlieue parisienne, dans une HLM (dite « citer » en français)* de mère célibataire, le jeune prodige politique se présente comme un survivant d’une banlieue difficile en proie à la drogue et à l’islam radical.

« Comme beaucoup de familles qui vivent dans ces quartiers, j’ai été confronté à la violence, voyant ma mère incapable de joindre les deux bouts », a-t-il déclaré lors d’un entretien à la chaîne de télévision française France 2 en avril.

La réalité est cependant bien plus nuancée.

Le récit du « self-made-man » est-il faux ?

L’enfance de Jordan Bardella a été partagée entre l’appartement de sa mère et la maison de son père dans la ville beaucoup plus aisée de Montmorency, dans la banlieue nord de Paris.

Son père, qui dirigeait une entreprise de distribution de boissons et était relativement aisé, a été effacé du récit de Bardella, a déclaré Pierre-Stéphane Fort, journaliste d’investigation qui a récemment publié une biographie critique et non autorisée du jeune homme politique.

« Bardella a fréquenté principalement des écoles privées catholiques. Quand il était adolescent, son père l’a emmené faire un long voyage aux États-Unis. À 19 ans, son père lui a acheté une Smart. À 20 ans, il a offert à son fils un appartement dans une banlieue parisienne aisée du Val d’Oise. Mais tout cela ne collait pas avec le récit politique. Donc tout a été effacé », a déclaré Fort à L’Observatoire de l’Europe.

Une récente enquête du Monde a tenté de retrouver des traces du jeune Bardella dans le quartier de Saint-Denis, devenu central dans son récit de « self-made-man », mais n’a pas trouvé grand-chose.

Peu d’habitants se souvenaient d’avoir vu Bardella dans le quartier, et les rares qui l’avaient vu ne se souvenaient pas s’il s’intéressait particulièrement à la politique ou à l’extrême droite.

L’engagement politique de Bardella a commencé à 16 ans lorsque le jeune homme a rejoint le Rassemblement national (à l’époque connu sous le nom de Front national).

À cette époque déjà, Bardella arborait son look épuré caractéristique.

Il arrivait aux réunions politiques en costume, ses cheveux emblématiques lissés en arrière, cherchant à incarner la dé-diabolisation initiée par la chef du parti Marine Le Pen pour se débarrasser du passé xénophobe et antisémite du RN.

Jordan Bardella, à gauche, et Marine Le Pen saluent la foule lors d'un rassemblement du Rassemblement national à Fréjus, en France
Jordan Bardella, à gauche, et Marine Le Pen saluent la foule lors d’un rassemblement du Rassemblement national à Fréjus, en France

« Très tôt, M. Bardella a compris que pour gravir les échelons, il devait être irréprochable », a déclaré le biographe, faisant référence à des entretiens avec d’autres membres du parti qui ont connu Bardella au début de sa carrière.

Quelques années plus tard, Bardella abandonne ses études à l’université pour rejoindre le parti à plein temps.

Il a été successivement conseiller régional, porte-parole et vice-président du parti avant de mener la liste du Rassemblement national aux élections européennes de 2019, à seulement 23 ans.

En novembre 2022, il est élu successeur de Marine Le Pen à la présidence du parti d’extrême droite.

Il est actuellement député européen et est favori pour devenir Premier ministre français si son parti remporte la majorité absolue aux prochaines élections législatives.

Selon Fort, l’ascension fulgurante de Bardella a beaucoup à voir avec sa relation amoureuse avec la fille d’un ancien conseiller du RN, Frédéric Châtillon, ancien président du Groupe Union Défense (GUD), une organisation étudiante d’extrême droite dissoute par le gouvernement. mercredi.

L’image publique, priorité numéro un

Bardella est la première personne à diriger le parti anti-immigration du Rassemblement national qui n’est pas membre de la famille Le Pen.

Marine Le Pen a succédé à son père à la direction du parti en 2011 avant de l’exclure du parti en 2015 dans le but de l’éloigner de sa frange la plus radicale, l’extrême droite.

Mais son jeune successeur s’avère être un attrait majeur, attirant une population plus jeune à voter pour le parti.

Bardella a cultivé sa personnalité dans les médias, avec des apparitions à la télévision, et s’est montré adroit sur les plateformes de médias sociaux – où il déploie des tropes tels que la musique tendance, les effets sonores et les clips vidéo ad hoc, qui se sont avérés un terrain fertile pour attirer les jeunes électeurs.

Selon ses propres mots, il utilise TikTok – où il compte plus d’un million de followers – comme un moyen « d’atteindre les jeunes qui sont dépolitisés et qui se politisent à travers les médias sociaux ».

Jordan Bardella, président du Rassemblement national français, au Parlement européen, le mardi 16 janvier 2024 à Strasbourg
Jordan Bardella, président du Rassemblement national français, au Parlement européen, le mardi 16 janvier 2024 à Strasbourg

Mais ses critiques l’accusent de passer trop de temps à soigner son image publique au détriment de l’approfondissement de questions politiques cruciales.

La députée européenne de gauche Manon Aubry l’a qualifié de « parlementaire fantôme », citant ses fréquentes absences de la Chambre européenne au cours des cinq dernières années.

Cela fait écho aux observations de Fort, décrivant Bardella comme un caméléon.

« Il change très souvent d’avis et est capable de dire à droite mais d’aller à gauche », a expliqué le journaliste.

« Lorsqu’il parle aux jeunes, il est en quelque sorte un champion des droits des femmes, voulant lutter contre le réchauffement climatique. Il comprend que ce sont des questions importantes pour les jeunes. Mais quand on regarde ses votes au Parlement européen, on se rend compte qu’il fait le contraire de ce qu’il dit sur les réseaux sociaux. Il a par exemple refusé à plusieurs reprises de condamner l’interdiction de l’avortement en Pologne », explique le journaliste.

Mais au bout du compte, « le vrai patron reste Marine Le Pen, pas Jordan Bardella », rappelle Pierre-Stéphane Fort.

« Ils travaillent en duo, mais si Bardella devenait Premier ministre, elle serait consultée sur toutes les décisions politiques importantes du quotidien », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

4 + 13 =