MEPs vote on legislation in 2023

Milos Schmidt

Qui dominera les plus grands blocs du Parlement européen ?

L’Allemagne et l’Italie semblent probablement en tête des groupes politiques les plus influents de l’UE – mais où est la France ?

La structure du nouveau Parlement européen n’est pas encore finalisée – mais il devient déjà clair quelles délégations domineront les principaux blocs politiques.

L’analyse d’L’Observatoire de l’Europe montre que la délégation allemande est l’acteur le plus important au sein du plus grand groupement du bloc, le Parti populaire européen (PPE) d’Ursula von der Leyen, et qu’elle domine également le parti des Verts, beaucoup plus petit.

L’Italie détiendra une influence significative sur les socialistes de centre-gauche et le mouvement de droite des Conservateurs et Réformistes (ECR), après une solide performance électorale du Parti démocrate et des Frères d’Italie au pouvoir de Giorgia Meloni.

Mais la France brille par son absence des grandes coalitions paneuropéennes qui déterminent la manière dont les fonds et le pouvoir circulent au Parlement européen.

Les groupes les plus importants – et les plus grandes délégations nationales en leur sein – peuvent s’attendre à obtenir le premier choix dans des postes prestigieux, tels que la présidence des commissions et le droit de rédiger les textes législatifs majeurs.

Dans l’ensemble, l’analyse d’L’Observatoire de l’Europe classe tous les grands partis, à l’exception de quelques dizaines des 720 députés européens, dans l’un des sept principaux groupes politiques susceptibles d’émerger des négociations qui auront lieu dans les semaines à venir.

Le parti Les Républicains français ne compte que six députés européens au sein du PPE. Le parti de centre droit de Charles de Gaulle et Nicolas Sarkozy est actuellement en train d’imploser après que sa direction ait cherché à conclure un accord avec l’extrême droite lors des élections parlementaires nationales.

Mercredi, le président des Républicains, Eric Ciotti, s’est bloqué au siège parisien et a refusé les demandes de démission de plusieurs personnalités du parti.

La liste centriste du président Emmanuel Macron a rassemblé 13 députés européens, ce qui la rend dominante au sein du groupe libéral Renew – mais Macron a été battu par le Rassemblement national d’extrême droite de Marine Le Pen, le forçant à convoquer des élections anticipées.

En revanche, les résultats sont une bonne nouvelle pour la Pologne, qui peut se targuer d’avoir une solide cohorte de 23 députés européens au sein du PPE et 20 au sein du groupe ECR.

Après de nombreuses années de recul démocratique perçu, le gouvernement de centre-droit de Donald Tusk a pris ses fonctions l’année dernière, sous les acclamations de Bruxelles.

Ces résultats prometteurs devraient donner un élan supplémentaire à l’influence de Varsovie sur l’UE, tandis que les dirigeants de Berlin et de Paris pansent leurs blessures suite à une défaite électorale.

Pas encore finalisé

Alors que les bureaux de vote pour les élections européennes se sont clôturés dimanche, beaucoup reste à régler.

Les groupes européens n’ont pas encore officiellement décidé de leur composition, ce qui pourrait signifier que de nouvelles alliances seront encore forgées ou que des partenaires problématiques seront abandonnés.

Renew devrait décider s’il conservera ou non les quatre députés européens du parti VVD de Mark Rutte, entré de manière controversée dans une coalition avec l’extrême droite néerlandaise.

Les cinq députés néerlandais et allemands du parti paneuropéen Volt pourraient choisir de continuer à siéger avec les Verts ou d’opter pour Renew. (Ils ne sont pas affichés comme dans les graphiques ci-dessus).

Incertitude

Et il existe une incertitude particulière quant à la façon dont les extrêmes pourraient fusionner.

Les 30 députés du Rassemblement national constituent le plus grand parti au Parlement européen, et il pourrait encore s’agrandir s’il était rejoint par une poignée de Reconquête, un autre parti français actuellement en conflit avec son propre chef.

Ils domineraient probablement n’importe quel groupe d’extrême droite – et certains espèrent également pouvoir rafler le Fidesz en Hongrie, le parti au pouvoir de plus en plus autoritaire de Viktor Orban, ou le parti Droit et Justice en Pologne.

Même si numériquement la droite radicale peut se vanter de compter plus de 100 députés européens, il n’est pas clair si cela se traduira par un supergroupe extrémiste ou si elle aura accès à des postes influents au sein de l’administration parlementaire.

Il existe des divergences d’opinion significatives entre Varsovie et Budapest sur des questions politiques clés comme l’Ukraine.

L’AfD allemande a été exclue du groupe d’extrême droite de l’UE après que son principal candidat Maximilian Krah ait tenu des propos perçus comme sympathiques aux paramilitaires SS de l’ère nazie.

De même, la soixantaine de députés européens de gauche du Parlement doivent encore décider comment se réunir.

D’importantes délégations de gauche sont à la recherche d’un foyer – notamment une alliance dirigée par l’Allemande Sahra Wagenknecht, l’Italien Mouvement Cinq Étoiles et le parti Smer du Premier ministre slovaque Robert Fico, récemment suspendu du groupe socialiste.

Laisser un commentaire

3 × 3 =