FILE - Iranian President Ebrahim Raisi.

Jean Delaunay

Quelle est la prochaine étape pour l’Iran après la mort du président dans un accident d’hélicoptère ?

Les informations selon lesquelles le président iranien Ebrahim Raisi et son ministre des Affaires étrangères Hossein Amirabdollahian sont morts dans un accident d’hélicoptère ont provoqué une onde de choc dans la région.

Ce qui s’est passé?

La télévision d’État iranienne a annoncé lundi que le président iranien Ebrahim Raisi et le ministre des Affaires étrangères Hossein Amirabdollahian avaient été tués dans un accident d’hélicoptère à la suite de recherches de plusieurs heures.

Les circonstances de l’accident, survenu dans la forêt brumeuse de Dizmar, dans la province iranienne de l’Azerbaïdjan oriental, ne sont toujours pas claires.

Les deux hommes étaient sur le chemin du retour vers la ville de Tabriz, dans le nord du pays, après un voyage à la frontière iranienne avec l’Azerbaïdjan pour inaugurer un barrage avec le président du pays voisin, Ilham Aliyev.

Pourquoi les efforts de recherche et de sauvetage ont-ils pris autant de temps ?

Malgré les efforts de recherche commencés dimanche, les deux hommes n’ont été annoncés morts à la télévision d’État iranienne que lundi matin à 8 heures du matin, heure locale (6h30 CEST).

Le président de la Société du Croissant-Rouge iranien, Pir-Hossein Koulivand, a déclaré à l’agence de presse IRNA que les 40 équipes au sol étaient gênées par des « conditions météorologiques difficiles », notamment un terrain montagneux et un épais brouillard.

Koulivand a ajouté que les recherches par drones étaient impossibles en raison du mauvais temps.

Les véhicules des équipes de secours sont aperçus près du lieu de l'incident de l'hélicoptère transportant le président iranien Ebrahim Raisi à Varzaghan, dans le nord-ouest de l'Iran, le 19 mai 2024.
Les véhicules des équipes de secours sont aperçus près du lieu de l’incident de l’hélicoptère transportant le président iranien Ebrahim Raisi à Varzaghan, dans le nord-ouest de l’Iran, le 19 mai 2024.

Qui prendra la relève ?

Selon la constitution iranienne, le premier vice-président du pays – en l’occurrence Mohammad Mokhber – assumera la fonction de président par intérim en cas de décès du président. Une nouvelle élection présidentielle aura lieu dans 50 jours.

Mokhber, 68 ans, est un ancien officier du Corps des Gardiens de la révolution islamique. Comme Raïssi, il est considéré comme proche du guide suprême iranien Ali Khamenei. Il ne changera probablement pas de cap en matière de politique étrangère et intérieure.

Le président iranien est le chef du pouvoir exécutif du pays et est élu tous les quatre ans.

Le poste contrôle le gouvernement et a le potentiel d’exercer un pouvoir important. Cependant, les observateurs soulignent que le véritable pouvoir en Iran réside dans le Corps des Gardiens de la révolution islamique, une branche des forces armées.

Ali Bagheri Kani remplacera le ministre des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian après sa mort dans l’accident, selon les médias officiels iraniens.

Il sera ministre par intérim jusqu’au moment des élections et occupera ce siège pendant un maximum de 50 jours, conformément à la constitution.

Comment réagissent les Iraniens ?

La mort de Raïssi et de son ministre des Affaires étrangères a suscité à la fois le deuil et la célébration de la part des Iraniens du monde entier.

Le guide suprême Khamenei a annoncé cinq jours de deuil pour le pays. Les médias d’État iraniens, quant à eux, ont montré des images de certaines personnes pleurant et priant pour Raïssi.

Cependant, une image différente se dessine sur les réseaux sociaux, où les récits et les images ne sont pas aussi étroitement contrôlés.

Des pèlerins prient pour le président iranien Ebrahim Raisi au sanctuaire de l'Imam Reza, dans la ville de Mashhad, le dimanche 19 mai 2024.
Des pèlerins prient pour le président iranien Ebrahim Raisi au sanctuaire de l’Imam Reza, dans la ville de Mashhad, le dimanche 19 mai 2024.

Les médias iraniens d’autres pays, ainsi que plusieurs militants en Iran, ont exprimé leur joie face à l’accident qui a coûté la vie aux deux hommes, la République islamique étant profondément impopulaire dans de larges pans de la société.

La militante iranienne des droits des femmes Masih Alinejad a publié sur X : « N’exprimez pas vos condoléances aux milliers de victimes d’Ebrahim Raisi. Exprimez plutôt votre soutien au peuple iranien. »

Ailleurs, Alinejad a surnommé cette journée « Journée mondiale de l’hélicoptère ».

Quel sera l’impact ?

Raisi était largement considéré comme l’un des successeurs possibles du guide suprême iranien Ali Khamenei.

Sa mort soulève des questions quant à savoir qui remplacera Khamenei à mesure qu’il vieillit.

Jusqu’à présent, l’establishment politique a indiqué à des sources que Raïssi et le fils de Khamenei, Mojtaba Khamenei, étaient les principaux prétendants à ce poste.

La mort de Raïssi laisse à Mojtaba une voie claire vers le pouvoir politique. Sa nomination laisserait cependant l’establishment politique iranien exposé aux allégations de népotisme de la part des dirigeants de la Révolution islamique de 1979, qui s’opposent à un système politique qui ressemble à la monarchie qu’ils ont renversée.

Le crash survient à un moment politiquement tendu alors que l’Iran se trouve au centre de plusieurs crises géopolitiques, notamment son programme nucléaire controversé et son implication dans la guerre entre Israël et le Hamas.

Un changement de direction pourrait potentiellement modifier la manière dont le président gère ses interactions avec l’Occident et les puissances régionales.

En Iran, la mort de Raïssi pourrait déclencher une nouvelle vague de protestations et exacerber les tensions sociétales existantes.

Cela crée également un vide de pouvoir que les Gardiens de la révolution, une branche puissante des forces armées iraniennes, pourraient chercher à exploiter.

Le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, assiste à une réunion avec un groupe d'enseignants à Téhéran, en Iran, le mercredi 1er mai 2024.
Le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, assiste à une réunion avec un groupe d’enseignants à Téhéran, en Iran, le mercredi 1er mai 2024.

Israël était-il impliqué ?

Jusqu’à présent, la suggestion selon laquelle Israël était directement impliqué dans le mystérieux accident d’hélicoptère qui a tué Raisi et Amirabdollahian n’est que spéculation.

Les responsables israéliens n’ont pas encore commenté l’incident. Cependant, la théorie a gagné du terrain parmi les Iraniens, compte tenu de l’animosité entre les deux pays.

Israël aurait mené diverses attaques contre de hauts responsables militaires iraniens dans le passé.

Les experts ont suggéré qu’il est peu probable qu’Israël attaque un président en exercice, car cela équivaudrait à un acte de guerre direct et entraînerait une réponse intense de la part de l’Iran.

Les cibles d’Israël sont aussi généralement des cibles militaires et nucléaires, et non des assassinats politiques.

Néanmoins, le moment choisi pour le krach peut potentiellement aggraver les tensions régionales existantes.

Laisser un commentaire

20 − 11 =