FILE - A Russian serviceman guards an area of the Zaporizhzhia Nuclear Power Station in territory under Russian military control, southeastern Ukraine, on May 1, 2022.

Jean Delaunay

« Provocation dangereuse » : le Kremlin dénonce l’attaque de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia

Les attaques contre la centrale nucléaire ukrainienne ont considérablement accru le risque d’accident, a prévenu l’Agence internationale de l’énergie atomique.

Moscou a condamné lundi une frappe de drone contre la centrale nucléaire de Zaporizhzhia, en Ukraine.

« C’est une provocation très dangereuse », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. « Il s’agit d’une pratique très dangereuse avec de très graves conséquences négatives. »

« Le régime de Kiev poursuit ses activités terroristes », a-t-il ajouté.

Dimanche, une frappe de drone a touché l’un des six réacteurs nucléaires de la centrale sous contrôle russe dans le sud-est de l’Ukraine.

L’organisme de surveillance atomique de l’ONU a également dénoncé l’attaque, affirmant qu’elle « augmente considérablement le risque d’un accident nucléaire majeur ».

Les responsables de la centrale ont déclaré : « Le site a été attaqué dimanche par des drones militaires ukrainiens, notamment une frappe sur le dôme de la sixième centrale électrique de la centrale ».

Kyiv nie fermement toute implication.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a confirmé que les principales structures de confinement du réacteur de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia (ZNPP) avaient été touchées par au moins trois impacts directs.

Le directeur de l’AIEA, Rafael Grossi, a déclaré qu’il s’agissait de la première attaque de ce type depuis novembre 2022, lorsqu’il avait énoncé cinq principes de base pour éviter un accident nucléaire grave ayant des conséquences radiologiques.

« Cela ne peut pas arriver », a écrit Grossi dimanche sur son compte X.

Il a lancé un appel fort aux décideurs militaires, les exhortant à s’abstenir de toute action violant les principes fondamentaux de sauvegarde des installations nucléaires.

Selon les autorités de l’usine, il n’y a eu aucun dommage critique ni victime. Les niveaux de rayonnement dans l’usine étaient également normaux après les grèves.

Cependant, plus tard dimanche, l’agence nucléaire russe Rosatom a déclaré que trois personnes avaient été blessées dans une « série d’attaques de drones sans précédent », en particulier lorsqu’un drone a touché une zone proche de la cantine du site.

Les services de renseignement ukrainiens ont déclaré que « l’Ukraine n’est impliquée dans aucune provocation armée sur le territoire de la station illégalement occupée », affirmant qu’il pourrait s’agir d’une frappe « simulée » de la part de la Russie.

L’AIEA a confirmé l’impact physique des attaques de drones sur la centrale, notamment sur l’un de ses six réacteurs. Une victime a été signalée, selon le communiqué.

« Les dommages survenus sur l’unité 6 n’ont pas compromis la sûreté nucléaire, mais il s’agit d’un incident grave susceptible de porter atteinte à l’intégrité du système de confinement du réacteur », ajoute le communiqué.

La centrale électrique est prise entre deux feux depuis que Moscou a envoyé des troupes en Ukraine en 2022 et s’est emparée de l’installation peu de temps après. L’AIEA a exprimé à plusieurs reprises son inquiétude au sujet de la centrale nucléaire, la plus grande d’Europe, au milieu des craintes d’une potentielle catastrophe nucléaire.

L’Ukraine et la Russie s’accusent régulièrement d’avoir attaqué l’usine, toujours proche des lignes de front.

Les six réacteurs de la centrale sont à l’arrêt depuis des mois, mais elle a encore besoin d’énergie et de personnel qualifié pour faire fonctionner des systèmes de refroidissement cruciaux et d’autres dispositifs de sécurité.

Laisser un commentaire

dix-huit + sept =