The steelworks in Port Talbot, south Wales.

Milos Schmidt

Près de 3 000 emplois seront supprimés alors que la plus grande aciérie du Royaume-Uni passe au vert

L’entreprise indienne Tata Steel prévoit de fermer ses deux hauts fourneaux alimentés au charbon dans le sud du Pays de Galles pour se concentrer sur une production plus respectueuse de l’environnement.

Tata Steel s’apprête à supprimer 2 800 emplois et à fermer ses fourneaux à Port Talbot, dans le sud du Pays de Galles, a annoncé l’entreprise vendredi matin.

La plupart des suppressions d’emplois devraient concerner Port Talbot, mais les détails ne sont pas encore confirmés.

Tata Steel compte actuellement 4 000 employés à Port Talbot, sur les 8 000 que l’entreprise emploie au Royaume-Uni.

La nouvelle « sera dévastatrice pour les métallurgistes et les communautés du Pays de Galles », a déclaré le Premier ministre du pays, Mark Drakeford.

La décision de fermer les deux fours gallois signifie que le Royaume-Uni est en passe de devenir la seule grande économie incapable de fabriquer de l’acier à partir de zéro.

Dans le cadre de ses projets de décarbonation, Tata Steel cherche à remplacer ses fours à charbon du sud du Pays de Galles par un four à arc électrique plus écologique, qui nécessitera moins de personnel.

Les suppressions d’emplois devraient être progressives et certains espèrent que quelques centaines d’emplois pourront être sauvés pendant la période de transition.

Les premiers licenciements sont prévus pour mi-2024, et un autre lot est prévu plus tard dans l’année.

Environ 2 500 emplois seront perdus au cours des 18 prochains mois.

Les syndicats rencontrent aujourd’hui les patrons de Tata Steel, mais les suggestions initiales visant à limiter les pertes d’emplois n’ont pas abouti.

Une proposition rejetée recommandait de maintenir un seul haut fourneau en fonctionnement pendant la période de transition.

L’année dernière, Tata Steel a averti que ses opérations au Royaume-Uni ne seraient pas durables à moins que le gouvernement ne fournisse un financement pour soutenir sa transition écologique.

Une vue de l'aciérie de Port Talbot de Tata Steel, dans le sud du Pays de Galles, le 15 septembre 2023.
Une vue de l’aciérie de Port Talbot de Tata Steel, dans le sud du Pays de Galles, le 15 septembre 2023.

Le parti conservateur au pouvoir a contribué à hauteur de 500 millions de livres sterling (582 millions d’euros) au projet de 1,25 milliard de livres sterling, mais il est désormais critiqué pour ne pas avoir fait davantage pour protéger les emplois.

« Le gouvernement doit maintenant intervenir et intensifier ses efforts », a déclaré Sharon Graham, la secrétaire générale d’Unite, comme le rapporte le Times.

« C’est le moment de défendre les travailleurs et les communautés britanniques, ainsi que notre base industrielle et notre sécurité nationale. »

Le secrétaire d’État fantôme de l’opposition, Jonathan Reynolds, a écrit sur X : « Le gouvernement conservateur a poussé un plan qui utilise des millions de dollars des contribuables uniquement pour licencier des milliers de personnes et nous laisse incapables de produire de l’acier primaire au Royaume-Uni. »

« Ce que le gouvernement a proposé n’a jamais été un plan sérieux à long terme pour notre industrie sidérurgique. »

Le Premier ministre conservateur Rishi Sunak a affirmé que son gouvernement était « absolument engagé en faveur de la production d’acier au Royaume-Uni » et que l’alternative aux pertes d’emplois prévues était une fermeture complète de l’usine.

Tata promet un programme de soutien de 130 millions de livres sterling pour les employés concernés par la transformation, proposant des conditions de licenciement, des programmes communautaires, des formations professionnelles et des initiatives de recherche d’emploi.

Laisser un commentaire

trois × 5 =