Premier ministre tchèque : « Je peux aider von der Leyen à obtenir un deuxième mandat à la Commission »

Martin Goujon

Premier ministre tchèque : « Je peux aider von der Leyen à obtenir un deuxième mandat à la Commission »

PRAGUE — Si Ursula von der Leyen a besoin des voix du groupe de droite des Conservateurs et Réformistes européens (ECR) pour obtenir un second mandat à la tête de la Commission, elle peut compter sur l’aide du Premier ministre tchèque Petr Fiala.

« Je soutiens Ursula von der Leyen et j’essaierai aussi de recueillir des voix du CRE. Si c’est possible, nous la soutiendrons », a déclaré Fiala à L’Observatoire de l’Europe dans son bureau à Prague.

« C’est une bonne présidente de la Commission européenne, elle a compris les problèmes de l’Europe centrale, elle a été très claire dès le début de l’agression russe », a déclaré Fiala, chef du Parti démocrate civique (ODS), qui fait partie de l’ECR et compte trois députés européens. En République tchèque, l’ODS fait partie d’un gouvernement de coalition avec le centre-droit et le Parti pirate tchèque de gauche.

Ursula von der Leyen, membre du Parti populaire européen (PPE) de centre-droit, a besoin de 361 voix au Parlement européen pour obtenir un second mandat à la tête de la Commission (sur 720 députés). En 2019, elle avait franchi le même obstacle avec seulement neuf voix d’avance.

Le mois dernier, la Première ministre italienne Giorgia Meloni, dont le parti Frères d’Italie fait partie de l’ECR, s’est abstenue lorsque les dirigeants nationaux ont voté pour un second mandat de von der Leyen. Meloni a voté contre la nomination de la Première ministre estonienne Kaja Kallas au poste de chef de la diplomatie de l’UE et contre la nomination de l’ancien dirigeant portugais António Costa à la tête du Conseil européen. Fiala a voté en faveur de ces trois candidats.

Meloni, qui préside le parti ECR, s’est plainte d’avoir été tenue à l’écart des nominations à des postes clés. On ne sait pas encore si les députés de son parti soutiendront von der Leyen.

Fiala a convenu que l’ECR devrait jouer un rôle plus important dans la décision de savoir qui dirigera les principales institutions de l’UE.

« Je l’ai dit aussi à mes collègues, je pense qu’il serait plus raisonnable que la discussion ne se fasse pas seulement entre les socialistes, le PPE et Renew mais aussi avec l’ECR », a-t-il déclaré. « Je n’ai pas le sentiment d’être en dehors, car mes collègues m’ont sollicité et m’ont parlé (en tant que Premier ministre tchèque), mais je pense qu’il serait préférable que (l’implication) se fasse aussi au niveau de l’ECR. »

Fiala a refusé de donner son avis sur le nom du prochain commissaire tchèque. Trois noms ont été évoqués : Jozef Síkela, un banquier aujourd’hui ministre de l’Industrie ; Danuše Nerudová, une économiste qui s’est présentée à la dernière élection présidentielle (tous deux sont indépendants) ; et Marcel Kolaja, ancien vice-président du Parlement européen, issu du Parti pirate.

« Nous prendrons une décision d’ici la fin du mois d’août », a déclaré Fiala. « Je veux avoir un portefeuille solide. Je préfère le portefeuille économique. »

Le moteur franco-allemand qui a traditionnellement fait tourner l’UE est en panne en raison des troubles qui secouent le pays et des élections européennes qui opposent Olaf Scholz en Allemagne et Emmanuel Macron en France. Mais Fiala ne s’en inquiète pas.

« Je ne crois pas au moteur franco-allemand de l’UE. Je pense que cela n’a pas toujours été une bonne chose », a-t-il affirmé. « Pour l’UE, il est préférable que la voix des pays de taille moyenne et des petits pays soit également entendue. »

Laisser un commentaire

huit + 16 =