French President Emmanuel Macron on June 18, 2024.

Milos Schmidt

Pourquoi Emmanuel Macron est-il si détesté par les électeurs français ?

Les analystes estiment que la décision de Macron de dissoudre le Parlement n’a pas été comprise par les électeurs français.

L’opinion des électeurs français à l’égard d’Emmanuel Macron n’a fait que baisser depuis qu’il a appelé à des élections anticipées ce mois-ci, certains le qualifiant de narcissique et déconnecté.

« Le rejet du président de la République n’a jamais été aussi important », estime Alain Duhamel, journaliste et essayiste politique. Il est également l’auteur d’un ouvrage récent sur le président français.

La décision de Macron de dissoudre l’Assemblée nationale et de convoquer des élections législatives les 30 juin et 7 juillet « symbolise et renforce ce rejet », a déclaré Duhamel.

La discorde des électeurs avec Macron a été encore soulignée par le faible score du parti Renaissance du président aux élections européennes.

Le parti présidentiel n’a obtenu que 14,6% des suffrages, derrière les partis d’extrême droite qui ont obtenu près de 40% des suffrages, dont 31% pour le Rassemblement national (RN).

Sa cote de popularité n’a fait que baisser depuis, perdant entre cinq et sept points pour atteindre un total de 26-28% selon les sondages.

« Normal » d’être impopulaire pour un président français

Il est typique qu’un regain de popularité suite à une élection présidentielle laisse place au désenchantement de la population.

« Tous les présidents ont été impopulaires, même (Charles) De Gaulle », a déclaré Duhamel à L’Observatoire de l’Europe.

Le prédécesseur d’Emmanuel Macron, François Hollande, a vu sa cote de popularité chuter en dessous de 20% au cours de son mandat présidentiel.

Le chancelier allemand Olaf Scholz a également perdu en popularité dans son pays avec sa cote de popularité autour de 27%, selon un sondage Ipsos pour L’Observatoire de l’Europe réalisé en mars 2024.

Parmi les électeurs qui l’ont soutenu au premier tour de l’élection présidentielle de mai 2022, la popularité de Macron a chuté de 11 points.

« C’est parmi son électorat que l’incompréhension face à sa décision de dissoudre l’Assemblée est la plus forte. Elle a été perçue comme une trahison », a déclaré M. Duhamel.

« Haine personnelle envers Macron »

Le rejet de Macron par la France va au-delà de sa fonction, de la politique ou de l’usure d’un second mandat et a une « dimension personnelle », a déclaré Duhamel.

Son personnage irrite également les Français, les candidats de son parti n’affichant plus son visage sur leurs affiches de campagne.

La décision de Macron de dissoudre le Parlement est considérée comme « une réaction d’orgueil blessé, une leçon pour les gens qui ont mal voté », a déclaré l’essayiste.

Cette idée de donner une leçon au peuple se poursuit lorsque Macron affirme qu’il est de sa responsabilité de voter contre les extrêmes de droite et de gauche lors des élections.

Pour certains, cela renforce l’image d’un dirigeant autoritaire et arrogant qui a fait passer des réformes impopulaires au Parlement.

Macron a été critiqué pour avoir évité les consultations et pour avoir été éloigné des préoccupations de ses concitoyens, certains citant son passé de banquier d’investissement.

Le président a déclaré qu’il voulait laisser le Premier ministre Gabriel Attal mener la campagne législative et pourtant le président est omniprésent.

Sa décision de convoquer des élections a été décrite par beaucoup comme une entreprise risquée et sa présentation de celles-ci comme un choix entre lui-même ou le chaos suscite l’inquiétude des électeurs français ainsi que « l’animosité et le ressentiment », selon Duhamel.

Leader populaire en Europe jusqu’à présent

Emmanuel Macron est néanmoins bien vu des Européens et se classe au deuxième rang des personnalités les plus appréciées avec 41%, juste derrière l’Ukrainien Volodymyr Zelenskyy à 47%, selon un sondage Ipsos pour L’Observatoire de l’Europe réalisé en mars 2024 dans 18 pays de l’Union européenne.

Mais cette popularité pourrait diminuer si sa décision affaiblissait l’Europe en permettant à un gouvernement d’extrême droite de prendre le pouvoir à Paris.

La presse internationale a décrit sa décision comme risquée et dangereuse pour l’UE.

Mais c’est peut-être la faute aux Français, estime un chroniqueur italien dans le quotidien libéral Il Foglio.

Il dit que les Français détestent Macron car « ils ont élu un réformiste même s’ils détestent le changement ».

Laisser un commentaire

cinq − un =