Ylva Johansson says Europe

Jean Delaunay

Pour Ylva Johansson, le nouveau pacte européen sur la migration est « une immense réussite »

Ylva Johansson, la commissaire européenne aux Affaires intérieures, discute du nouveau pacte polarisant de l’UE sur la migration et l’asile dans le cadre de la conversation mondiale.

Le 10 avril, le Parlement européen a donné son feu vert au Pacte sur la migration et l’asile, un ensemble complet de règles établissant un système d’asile commun qui s’appuie sur les réformes précédentes.

Les mesures approuvées de justesse visent à améliorer la protection des frontières, à renforcer la coopération en matière d’asile et à surveiller l’accueil des migrants et leur relocalisation.

Alors que la Commission européenne a salué cet accord historique comme étant un accord équitable fondé sur les valeurs de l’UE, certains États membres et députés européens de tous bords politiques ont critiqué l’accord.

Les législateurs qui l’ont approuvé l’ont décrit comme une mesure nécessaire, mais certains ont soutenu que les textes sont loin d’être parfaits. À l’inverse, de nombreux députés verts et de gauche ont déclaré que le paquet flattait les populistes de droite.

La réforme exige une « solidarité obligatoire » pour garantir que tous les pays, quelle que soit leur taille et leur emplacement, contribuent à atténuer la pression que les arrivées illégales de migrants exercent sur le sud de l’Europe, ce qui inclut la réinstallation et la rationalisation de la bureaucratie aux frontières nationales.

La Pologne, la Hongrie et le Rassemblement national français ont exprimé leur mécontentement à l’égard de l’accord, tandis que les ONG et les militants ont déclaré qu’il ne va pas assez loin pour protéger la vie des citoyens et les droits humains.

L’approbation du pacte intervient quelques semaines seulement avant les élections européennes du 6 au 9 juin, où il devrait jouer un rôle clé, mais les États membres doivent d’abord voter sur la proposition le 29 avril. Si une majorité qualifiée est atteinte, il sera adopté.

Le correspondant d’L’Observatoire de l’Europe, Vincenzo Genovese, s’est entretenu avec la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, pour discuter de ces préoccupations et des raisons pour lesquelles Bruxelles maintient que l’accord renforcera la capacité de l’UE à répondre plus efficacement aux défis migratoires.

Vincenzo Genovese, L’Observatoire de l’Europe : Le Parlement européen vient d’approuver le pacte sur la migration et l’asile. Qu’est-ce que cela signifie pour la politique migratoire de l’UE ?

Ylva Johansson, commissaire européenne aux Affaires intérieures : Cela signifie beaucoup. C’est une réussite immense : c’est la première fois que nous parvenons à une approche européenne commune et globale en matière de migration et d’asile. Cela signifie donc également que nous avons rétabli la confiance entre les États membres mais aussi entre le Conseil et le Parlement.

Nous sommes donc bien plus forts en matière de migration et d’asile, à la fois pour protéger nos frontières et pour mieux protéger les droits fondamentaux des demandeurs d’asile et des personnes vulnérables.

Vincenzo Genovese, L’Observatoire de l’Europe : Pouvez-vous garantir que les droits de l’homme ne seront pas violés, par exemple par des détentions injustifiées ou des renvois de migrants vers des pays tiers peu sûrs ?

Ylva Johansson, commissaire européenne aux Affaires intérieures : Oui, je peux, car il est très clair dans la législation que nous renforçons en fait la protection des droits fondamentaux des demandeurs d’asile, le droit de demander l’asile et les garanties spécifiques pour le les plus vulnérables.

Vincenzo Genovese, L’Observatoire de l’Europe : L’un des éléments est le mécanisme de solidarité. Cependant, les premiers ministres polonais et hongrois ont réagi en suggérant qu’ils n’appliqueraient pas le mécanisme de solidarité dans leur pays. Que se passe-t-il s’ils ne le font pas ?

Ylva Johansson, commissaire européenne aux Affaires intérieures : Je dois dire que je suis assez convaincue que les États membres mettront en œuvre le pacte maintenant, assez rapidement. Ils semblent très désireux de procéder à la mise en œuvre et je suis convaincu qu’ils l’appliqueront également.

Ylva Johansson, commissaire européenne aux Affaires intérieures et correspondant d'Euronews Vincenzo Genovese
Ylva Johansson, commissaire européenne aux Affaires intérieures et correspondant d’L’Observatoire de l’Europe Vincenzo Genovese

Vincenzo Genovese, L’Observatoire de l’Europe : Mais concrètement, que se passera-t-il s’ils ne le font pas en termes d’outils dont dispose la Commission pour empêcher cela ?

Ylva Johansson, commissaire européenne aux Affaires intérieures : Eh bien, la Commission dispose des outils dont elle dispose dans tous les processus législatifs et nous pouvons recourir aux infractions. Mais je dois dire encore une fois que je ne pense pas que cela se produira. Donc ceux qui disent « Nous ne ferons pas de relocalisation obligatoire » parlent d’autre chose, car ce n’est pas ce qui est prévu dans le pacte.

Vincenzo Genovese, L’Observatoire de l’Europe : Le « pool de solidarité » prévoit 30 000 relocalisations migratoires par an (ceux qui entrent irrégulièrement dans l’UE). L’année dernière, Frontex a signalé plus de 380 000 passages irréguliers. Alors n’avez-vous pas peur que ce soit une goutte d’eau dans le seau ?

Ylva Johansson, commissaire européenne aux Affaires intérieures : Non, c’est énorme. Je veux dire, lorsque nous avons, par exemple, procédé à une relocalisation après l’incendie de Moria, si vous vous en souvenez, il y a quelques années, il y a eu un énorme exercice de relocalisation, notamment pour les mineurs non accompagnés, pendant de nombreuses années. Nous en avons déplacé 5 000. Donc 30 000 chaque année, c’est vraiment énorme.

Vincenzo Genovese, L’Observatoire de l’Europe : 2023 a été l’année la plus meurtrière en Méditerranée depuis 2017. Plus de 3 000 migrants sont morts. Comment le pacte peut-il changer cela, étant donné qu’il ne contient aucune mission européenne de recherche et de sauvetage ?

Ylva Johansson, commissaire européenne aux Affaires intérieures : Lutter contre les passeurs est la partie la plus importante pour garantir que nous ne soyons pas témoins de ces pertes tragiques de vies humaines. Et c’est pourquoi j’ai lancé cette alliance mondiale pour lutter contre le trafic de migrants en novembre de l’année dernière. Et c’est pourquoi j’ai présenté une nouvelle législation dans ce domaine.

L’autre chose importante que nous devons faire est d’intensifier la migration légale. Nous sommes une société vieillissante en Europe. Nous avons besoin de migrants, mais ils doivent arriver de manière ordonnée.

Vincenzo Genovese, L’Observatoire de l’Europe : Mais une fois que les migrants sont à bord des bateaux, pourquoi ne pas les secourir ?

Ylva Johansson, commissaire européenne aux Affaires intérieures : Bien entendu, ils doivent être secourus s’ils sont en détresse. Et c’est aussi ce qui se passe. Mais nous savons aussi que même si les opérations de sauvetage se multiplient de plus en plus, nous constatons encore de nombreuses pertes en vies humaines. Parce que quand on est sur un bateau, dans ces conditions météo, il y a un risque énorme, énorme. Et c’est pourquoi nous devons en premier lieu empêcher ces départs.

Vincenzo Genovese, L’Observatoire de l’Europe : Parlant également de la mer Méditerranée, le mémorandum avec la Tunisie et l’accord avec l’Égypte font partie de la dimension extérieure de la politique migratoire de l’UE. Comment pouvons-nous garantir que les droits de l’homme soient respectés dans ces pays ?

Ylva Johansson, commissaire européenne aux Affaires intérieures : Eh bien, nous pouvons le faire, bien sûr, et nous veillons à ce que l’argent de l’UE et les activités dans lesquelles nous nous engageons ne violent jamais les droits de l’homme. Et nous y prêtons une attention particulière. Nous ne pouvons pas être sûrs que ce qui se passe en dehors de ce dans quoi nous sommes engagés puisse se produire dans le pays.

Nous savons que nous avons des voisins et que nous devons travailler avec eux pour essayer d’améliorer les choses. Et nous ne pouvons pas attendre que tous les problèmes soient résolus dans un pays, car nous devons également travailler avec eux pour les aider à résoudre les défis auxquels ils sont confrontés.

L’argent de l’UE et les projets dans lesquels nous sommes impliqués font l’objet d’un contrôle très strict sur la manière dont nous utilisons notre argent et sur le type de projets dans lesquels nous sommes impliqués.

Vincenzo Genovese, L’Observatoire de l’Europe : Depuis 2017, l’UE a dépensé 59 millions d’euros pour financer la gestion des frontières et des migrations en Libye. Mais les garde-côtes libyens ont un historique de violations des droits de l’homme : la semaine dernière, ils ont tiré sur une ONG européenne qui menait une opération de sauvetage et ce n’était pas la première fois. Alors, considérez-vous ou non la coopération avec la Libye comme un échec ?

Ylva Johansson, commissaire européenne aux Affaires intérieures : La coopération avec la Libye est difficile. Nous devons le dire. Et nous avons des opinions bien arrêtées, par exemple, sur ces centres de détention qui sont horribles. Certains d’entre eux se trouvent vraiment dans des conditions inacceptables.

Ainsi, lorsque nous sauvons des réfugiés hors de Libye, en les emmenant dans ce mécanisme de transit d’urgence vers des pays plus sûrs, où ils peuvent être réinstallés vers des États membres ou d’autres pays tiers, ou lorsque nous soutenons également, via l’OIM, le retour volontaire des migrants hors de Libye. de la Libye. Nous devons également les aider à effectuer des opérations de recherche et de sauvetage, afin que personne ne perde la vie en Méditerranée.

Vincenzo Genovese, L’Observatoire de l’Europe : Voulez-vous parler de recherche et de sauvetage effectués par les garde-côtes libyens ?

Ylva Johansson, commissaire européenne aux Affaires intérieures : Eh bien, oui. Ce sont aussi eux qui ont dû effectuer les recherches ou les sauvetages. Mais nous critiquons ensuite ce qui est arrivé aux gens par la suite, car dans ces centres où ils sont habituellement amenés, nous savons que les conditions sont très désastreuses.

Et j’ai juste dit inacceptable. C’est pourquoi nous appelons les Libyens à changer cela, à fermer ces centres et à mettre fin à la détention arbitraire de migrants dans ces centres.

Vincenzo Genovese, L’Observatoire de l’Europe : Un État membre de l’UE, l’Italie, externalise le traitement de certaines demandes d’asile vers l’Albanie, qui est un pays tiers. Est-ce la bonne voie à suivre ?

Ylva Johansson, commissaire européenne aux Affaires intérieures : Le plan est d’emmener les personnes secourues dans les eaux internationales, et non dans les eaux italiennes, et de les débarquer dans le centre en Albanie, où leurs demandes d’asile, s’ils demandent l’asile, seront déposées. traitées par les autorités italiennes conformément à la loi italienne.

Et s’ils ont le droit d’asile, ils seront amenés en Italie. Voilà donc le plan. Voyons donc comment cela fonctionnera. Mais je pense que c’est une voie très spécifique pour l’Italie.

S’il est soutenu par le Conseil européen, l’accord entrera en vigueur en 2026.

Laisser un commentaire

seize + 7 =