Pour votre réévaluation : The Libertines - 'The Babyshambles Sessions'

Jean Delaunay

Pour votre réévaluation : The Libertines – ‘The Babyshambles Sessions’

Dans cette série, nos journalistes partagent leur appréciation pour un album sous-estimé qui mérite plus d’amour. Cette semaine : The Libertines – ‘The Babyshambles Sessions’.

Je venais de sortir de l’université et j’occupais mon premier emploi à la radio quand j’ai été attiré par des groupes de « garage rock revival » comme The Strokes et les Kings of Leon.

J’avais peu de choix ; c’était la passion de mon petit-ami d’alors et j’ai été entraîné dans des tas de concerts à Londres et dans le Kent, y compris une boîte en sueur dans la ville, où le leader Pete Doherty a joué un concert de guérilla alors que les Libertines commençaient à imploser.

Nous étions en retard et n’avons entendu que les dernières chansons, mais Pete a amené sur scène un autre musicien, Pete Wolfe. C’était la première fois que j’entendais le morceau ‘For Lovers’, qui reste l’un de mes préférés.

J’ai adoré les Libertines, en particulier leur premier album ‘Up the Bracket’ et j’ai suivi de près le chemin tortueux de Pete de « rock star » à « junkie rock star » à « Kate Moss’s junkie boyfriend ».

Membre du groupe, Carl Barât venait de former Dirty Pretty Things, et bien sûr, je m’étais faufilé dans les coulisses du Get Loaded in the Park Festival de 2007 à Clapham Common, insistant sur le fait que j’étais un journaliste musical très important.

J’ai réussi à prendre un selfie avec Carl, mais malheureusement, les preuves photographiques de cela n’existent plus.

Pendant ce temps, en plus de Kate Moss, Pete était occupé à former son nouveau groupe, Babyshambles, et j’avais déjà mis la main sur « The Babyshambles Sessions ».

Les sessions étaient un ensemble de chansons enregistrées par The Libertines à New York, en mai 2003. Carl avait quitté le groupe avant l’achèvement des bandes, qui étaient destinées à leur deuxième album éponyme.

Les pistes ont été mises à disposition sur Internet à la demande de Pete (un fait qu’il a nié plus tard).

Plusieurs des morceaux des sessions avortées forment le modèle d’une grande partie de ce que Pete et Carl allaient créer au cours des prochaines années, et ont finalement réapparu sur le deuxième album studio de The Libertines et sur l’album « Down in Albion » de Babyshambles.

Ce que j’ai adoré dans la session, c’est le sentiment d’être en prise directe avec le groupe. Il y a des discussions, des erreurs et les pistes ont une sensation détendue et facile à vivre.

« The Babyshambles Sessions » propose de nombreuses reprises rares qui n’ont plus jamais été enregistrées, telles que « Dreaming of You » de The Coral ou « Everyday is Like Sunday » de Morrissey. Vous pouvez même les entendre travailler sur « Babyshambles » et « Don’t Look Back Into The Sun », et il y a des invités comme Adam Green des Moldy Peaches qui reprennent « What a Waster ».

La setlist de ‘The Babyshambles Sessions’ contient toujours des morceaux nommés simplement ‘304’ ou ‘Untitled 108’ car personne ne savait comment les appeler à l’époque. Mais si vous les jouez, vous pouvez entendre qu’il s’agit des premières versions de ‘Killamangiro’ et ‘Side of the Road’.

Écoutez attentivement et vous pouvez également entendre des signes de tension. La couverture de « Who’s Got the Crack » de The Moldy Peaches se termine avec Carl disant à Pete : « Pas toi, merci Seigneur ! » Il y a aussi Pete qui se plaint de ne pas jouer des chansons plus anciennes comme « You’re My Waterloo » pendant les medleys.

Écouter les Libertines / Babyshambles me ramène toujours à ces jours post-universitaires, où j’allais fréquemment à des festivals de musique et à des concerts. Mais j’ai pu voir Pete depuis, au Montreux Jazz Festival 2017 en Suisse, et j’ai été ravi de voir qu’il a toujours son air fanfaron « Artful Dodger ».

Laisser un commentaire

quatre × 4 =