Axel Voss, Member of the European Parliament and rapporteur of the copyright bill, stands at the European Parliament in Strasbourg, France, Tuesday March 26, 2019.

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Suite des élections : impact du Parlement sur la technologie

La plupart des principaux législateurs technologiques reviennent, mais il y a quelques nouveaux arrivants surprenants.

L’Europe s’est réveillée cette semaine avec un Parlement européen tourné vers la droite, même si la soi-disant « grande coalition » entre le Parti populaire européen (PPE) de centre-droit, les Socialistes et Démocrates (S&D) de centre-gauche et le groupe libéral Renew Europe est toujours présente. se tient, avec un peu plus de 400 législateurs à eux deux.

La plupart des rapporteurs – les législateurs chargés de piloter un dossier au Parlement – ​​sur les dossiers technologiques clés au cours du dernier mandat sont issus des groupes PPE, S&D et Renew. Mais Renew, ainsi que les Verts, ont perdu de manière significative aux élections européennes. Certains partis marginaux qui avaient auparavant un impact sur les questions de confidentialité et de protection des données, comme le Parti pirate allemand et tchèque – qui fait partie du groupe des Verts/Alliance libre européenne (ALE) – ont également perdu du terrain.

Nous évaluons ce que cette nouvelle composition du Parlement signifie pour la politique technologique.

La droite est renforcée, mais désunifiée

Même si la grande coalition reste inchangée, le virage vers la droite pourrait affecter la politique numérique de l’UE et la mise en œuvre de la législation antérieure. Le PPE de centre droit, le parti d’extrême droite des Conservateurs et Réformistes européens (ECR) et le parti d’extrême droite Identité et Démocratie (ID) sont tous deux largement favorables aux politiques destinées à stimuler les investissements plutôt qu’aux tentatives de réglementation. Cependant, leurs approches varient considérablement.

Selon Alexandre de Streel, directeur académique du programme de recherche numérique du think tank CERRE, les groupes PPE, ECR et ID s’accordent tous sur la nécessité de disposer d’un cadre juridique adéquat pour mettre en œuvre les lois technologiques, tout en protégeant les petites entreprises.

Mais tandis qu’ECR et ID plaident pour une politique industrielle européenne forte qui soutient les champions nationaux, le PPE est favorable à « l’innovation d’où qu’elle vienne, de préférence d’Europe mais aussi de partout ailleurs », a déclaré De Streel.

Questions de confidentialité

À titre d’exemple : le Parlement et les États membres de l’UE tentent actuellement de trouver un accord sur les règles visant à lutter contre les contenus pédopornographiques en ligne (CSAM).

Le PPE a indiqué qu’il était prêt à aller jusqu’à mettre fin au chiffrement de bout en bout sur CSAM. « Nous avons besoin de règles européennes permanentes et contraignantes pour prévenir et combattre les abus sexuels sur les enfants. Nous voulons utiliser tous les instruments nécessaires pour protéger les enfants et renforcer davantage les actions de l’UE en matière de droits des enfants », selon le manifeste du parti.

En revanche, l’ECR s’oppose à toute « proposition visant à désanonymiser Internet et à exiger l’identification des utilisateurs », indique son propre manifeste. Au lieu de cela, il appelle à « un Internet sûr basé sur l’autonomisation des parents et non sur le contrôle du gouvernement ».

Et lorsqu’il s’agit d’extrême droite, le groupe ID s’oppose à toute forme de régulation numérique décidée au niveau européen. L’un des enjeux clés du groupe est la lutte contre la censure en ligne, car il prétend défendre la liberté d’expression.

Cependant, comme l’a déclaré De Streel à L’Observatoire de l’Europe, l’extrême droite et l’extrême droite sont également divisées au sein de leurs groupes politiques. « Ils sont divisés sur de nombreuses questions, y compris la technologie, mais aussi sur d’autres. En fait, il y a peu de choses qui les unissent, à part l’opposition à l’Europe et l’opposition aux immigrés », a-t-il déclaré.

Quels députés/rapporteurs clés reviennent ?

En ce qui concerne les nouveaux législateurs, la majorité des candidats précédemment répertoriés par L’Observatoire de l’Europe comme acteurs de la technologie reviendront à Bruxelles, avec la réserve que tous les pays n’ont pas encore confirmé leurs listes.

Il s’agit notamment de Kim van Sparrentak (Pays-Bas/Verts), Svenja Hahn (Allemagne/Renew), Brando Benifei (Italie/S&D) et Alex Agius Saliba (Malte/S&D), qui ont tous été très actifs lors des négociations sur la loi sur l’IA.

Svenja Hahn (Allemagne, Renew), Brando Benifei (Italie, S&D), Kim van Sparrentak (Pays-Bas, Verts) et Alex Agius Saliba
Svenja Hahn (Allemagne, Renew), Brando Benifei (Italie, S&D), Kim van Sparrentak (Pays-Bas, Verts) et Alex Agius Saliba

Christel Schaldemose (Danemark/S&D), qui s’est prononcée en faveur de la loi sur les services numériques, ainsi que les Verts allemands Alexandra Geese et Sergey Lagodinsky, feront également entendre leur voix dans l’hémicycle. Pour les négociations en cours sur le CSAM, les rapporteurs Javier Zarzalejos (Espagne/PPE) et Birgit Sippel (Allemagne/S&D) seront également de retour.

Birgit Sippel (Allemagne, S&D) Alexandra Geese (allemande, Verts), Christel Schaldemose (Danemark, S&D), Sergey Lagodinsky (allemand, Verts) et Javier Zarzalejos (Espagne, PPE)
Birgit Sippel (Allemagne, S&D) Alexandra Geese (allemande, Verts), Christel Schaldemose (Danemark, S&D), Sergey Lagodinsky (allemand, Verts) et Javier Zarzalejos (Espagne, PPE)

Axel Voss (Allemagne/PPE) se dirige vers un mandat record au Parlement, qui a déjà piloté des dossiers tels que le règlement général sur la protection des données (RGPD) et la réforme du droit d’auteur. Voss, député européen depuis 2009, a négocié sur la loi sur l’IA et la responsabilité de l’IA au cours du mandat 2019-2024.

Axel Voss, JURI - Vote sur le certificat de parentalité, 11/07/2023
Axel Voss, JURI – Vote sur le certificat de parentalité, 11/07/2023

Meta au Parlement

Parmi les nouveaux arrivants figurent deux anciens salariés de Meta. Aura Salla (Finlande/PPE) n’est pas étrangère à Bruxelles. Elle s’était auparavant présentée sans succès aux élections européennes de 2014 et 2019 et était conseillère du commissaire européen finlandais Jyrki Katainen.

Salla a rejoint la grande entreprise technologique américaine Meta en 2020, où elle est devenue directrice des politiques publiques et responsable des affaires européennes, avant d’être élue au parlement national finlandais début 2023.

Pour la Hongrie, Dóra Dávid, actuellement avocate générale associée chez Meta à Londres, a été élue. Dávid a travaillé auparavant chez eBay au Royaume-Uni. Elle a rejoint le parti d’opposition Tisza de Péter Magyar, qui a obtenu 29,7 %. On ne sait pas encore si elle prendra réellement place.

Commissaires possibles

Deux députés européens associés à la technologie vantés pour d’éventuels rôles de commissaire sont Eva Maydell (Bulgarie/PPE) et Marcel Kolaja (Tchéquie/Verts-ALE).

Maydell, l’une des législatrices les plus connues sur des dossiers technologiques tels que la loi sur les puces, l’IA et les règles relatives aux données, a fait des vagues depuis son entrée au Parlement en 2014. Kolaja, ancienne ingénieure en logiciel et militante des droits numériques, fait partie des trois candidates de sa Tchéquie natale pour le premier rôle.

Eva Maydell, Assemblée politique du PPE, 9 septembre 2019
Eva Maydell, Assemblée politique du PPE, 9 septembre 2019
Marcel Kolaja
Marcel Kolaja

Ceux qui ne reviennent pas

Sophie in ‘t Veld, une eurodéputée néerlandaise qui s’est présentée au nom de Volt Belgique pour conserver son mandat, n’a pas été élue. Cette députée européenne chevronnée, élue pour la première fois en 2004 au nom du D66 néerlandais (qui fait partie de Renew), a réussi à se faire un nom grâce à une position très critique à l’égard de la Commission européenne sur les questions de protection des données et de la vie privée.

On ne verra pas non plus Dragoș Tudorache (Roumanie/Renew) : il ne figurait pas sur la liste de son parti. On s’attendait à ce qu’il occupe un poste au sein du bureau d’IA de la Commission. Le Bureau est toujours à la recherche de conseillers principaux.

Laisser un commentaire

quatre × quatre =