Protestors in Slovakia

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Slovaquie : des milliers de manifestants défilent contre les amendements prévus au code pénal

Les manifestations de jeudi ont eu lieu dans une vingtaine de villes et villages. Des manifestants se sont également rassemblés à Prague et Brno en République tchèque, à Cracovie en Pologne et à Paris.

Des manifestants sont descendus dans les rues de Slovaquie jeudi contre le projet du Premier ministre populiste Robert Fico de modifier le code pénal et de supprimer le parquet national, chargé de traiter les infractions graves telles que la corruption, le crime organisé et les actes d’extrémisme.

Le plan approuvé par le gouvernement de coalition de Fico réaffectera les affaires habituellement traitées par le parquet spécial aux procureurs des bureaux régionaux, qui n’ont pas traité de tels crimes depuis 20 ans.

Les changements proposés ont fait l’objet de vives critiques dans le pays et à l’étranger.

Cette mesure comprend également une réduction des sanctions pour corruption et un éventuel raccourcissement des peines avec sursis et des délais de prescription.

« Nous ne sommes pas prêts à abandonner », a déclaré Michal Šimečka, chef du plus grand parti d’opposition slovaque, la Slovaquie progressiste.

« Nous allons intensifier la pression », a déclaré Šimečka. « Nous défendrons la justice et la liberté dans notre pays », a-t-il déclaré.

« Mafia, mafia » et « Fico gangster », scandaient les gens.

Plus tôt jeudi, la coalition au pouvoir a voté en faveur d’une procédure parlementaire accélérée pour approuver les changements. Cela signifie que le projet de loi ne sera pas examiné par des experts et d’autres personnes habituellement impliquées dans les procédures législatives communes.

La coalition a également voté pour limiter le débat lors de la première des trois lectures parlementaires. L’opposition a condamné cette décision.

« Ils ont décidé de nous faire taire au Parlement, mais ils ne vous feront pas tous taire », a déclaré Šimečka.

La deuxième lecture, au cours de laquelle des modifications pourraient être apportées au projet de loi, devrait avoir lieu mercredi prochain tandis que le vote final est possible d’ici la fin de la semaine prochaine.

La présidente Zuzana Čaputová a déclaré que les changements proposés compromettent l’État de droit et pourraient causer des dommages « imprévisibles » à la société.

Le Parlement européen a également remis en question la capacité de la Slovaquie à lutter contre la corruption si les changements étaient adoptés. Le Parquet européen a déclaré que les projets de la Slovaquie menacent la protection des intérêts financiers de l’UE et son cadre anti-corruption.

Čaputová s’est déclarée prête à contester la législation en vertu de la Constitution. On ne sait pas exactement comment la Cour constitutionnelle pourrait statuer.

Fico est revenu au pouvoir pour la quatrième fois après que son parti de gauche entaché de scandales a remporté les élections législatives du 30 septembre sur un programme pro-russe et anti-américain.

Un certain nombre de personnes liées au parti font face à des poursuites dans le cadre de scandales de corruption.

Les critiques de Fico craignent que son retour ne conduise la Slovaquie à abandonner sa voie pro-occidentale et à suivre la direction de la Hongrie sous le Premier ministre Viktor Orbán.

Laisser un commentaire

15 − douze =