The possibility that Commission chief Ursula von der Leyen mightn

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Si ce n’est pas Ursula, alors qui ? Sept candidats en lice pour le poste le plus élevé de la Commission

Le poste de chef de la Commission sera mis en jeu après les élections européennes. Quelles pourraient être les autres options pour Ursula von der Leyen ?

La reconduction d’Ursula von der Leyen à la tête de l’exécutif européen semblait aller de soi, mais son leadership au sein de l’exécutif européen a perdu de son éclat à la suite du retrait de son choix d’envoyé pour les PME, Markus Pieper. , et suite à quelques hésitations quant à sa réponse à la crise au Moyen-Orient.

La possibilité qu’elle n’obtienne pas le feu vert des dirigeants européens et des nouveaux députés européens cet été est devenue une perspective plus réaliste.

Son principal argument de vente a toujours été la continuité avec la Commission actuelle, mais aussi le manque de véritables concurrents pour son poste.

Mais des noms alternatifs circulent désormais – du moins à Bruxelles – même si d’autres candidats ne se présenteront pas officiellement avant les élections.

Mario Draghi, le sorcier

Mario Draghi a été Premier ministre italien de février 2021 à octobre 2022 et gouverneur de la Banque centrale européenne entre 2011 et 2019.
Mario Draghi a été Premier ministre italien de février 2021 à octobre 2022 et gouverneur de la Banque centrale européenne entre 2011 et 2019.

Le discours de Draghi (16 avril) au forum social de haut niveau de La Hulpe a été salué par la presse italienne comme une candidature à peine déguisée au poste le plus élevé. Même à Bruxelles, l’ancien Premier ministre italien a la réputation de faire bouger les choses, comme par magie.

Les secrets de sa sorcellerie restent cependant insaisissables : son sort face à la crise de la dette de la zone euro a été « quoi qu’il en coûte ». Il semble développer une nouvelle incantation à propos du rapport sur la compétitivité qu’il prépare, commandé par von der Leyen elle-même, évoquant la nécessité d’un « changement radical ».

Avantages: Probablement l’homme politique européen le plus connu, doté d’une aura d’infaillibilité, également perçu comme étant au-dessus de la mêlée des partis politiques.

Les inconvénients: Le risque d’avoir quelqu’un de « trop bon » aux postes les plus élevés, éclipsant tout le monde – une des raisons qui a conduit les partis italiens à mettre fin à son mandat de Premier ministre.

Chances: Il est peu probable que les dirigeants européens et les députés européens rejettent Draghi, même Viktor Orban a déclaré aux journalistes à Bruxelles : «aime » lui.

Kristalina Georgieva, l’Evergreen

L'économiste bulgare Kristalina Georgieva dirige le Fonds monétaire international, où elle vient d'être reconduite dans ses fonctions pour un nouveau mandat de 5 ans.
L’économiste bulgare Kristalina Georgieva dirige le Fonds monétaire international, où elle vient d’être reconduite dans ses fonctions pour un nouveau mandat de 5 ans.

Le président sortant du Conseil européen, Charles Michel – qui jouera un rôle clé dans les négociations pour les prochains emplois les plus importants de l’UE – a déclaré avant le sommet extraordinaire de l’UE en avril que la prochaine Commission serait « économique ».

Si cela est vrai, qui de mieux que l’actuelle directrice du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, pour occuper le poste le plus élevé ?

Le nom de l’ancien commissaire européen au budget est récurrent lorsque l’on parle des postes clés de l’UE – et circulait déjà en 2019 lorsque von der Leyen a finalement été nommé.

Avantages: Elle pourrait devenir la première chef de la Commission d’Europe de l’Est tant attendue depuis le « Grand Élargissement ».

Les inconvénients: Elle vient d’être reconduite au poste de directrice du FMI et, comparée aux autres candidats, elle a moins de liens avec les principaux décideurs bruxellois.

Chances: Forte auprès du Conseil pour son soutien aux pays de l’Est, solide à fragile au Parlement.

Andrej Plenković, l’étranger

Le Premier ministre croate Andrej Plenković attend avec haleine les résultats des élections nationales prévues cette semaine.
Le Premier ministre croate Andrej Plenković attend avec haleine les résultats des élections nationales prévues cette semaine.

Si son Spitzenkandidat von der Leyen officiel devait tomber, le Parti populaire européen (PPE) de centre-droit aurait d’autres cordes à son arc, dont Plenković.

Le Premier ministre croate dirige le gouvernement depuis 2016 et pourrait être tenté de poursuivre une carrière plus internationale, notamment si son parti est battu aux élections nationales prévues cette semaine.

Avantages: L’expérience de longue date en tant que chef de gouvernement émane du plus récent État membre de l’UE – un signal de bonne volonté envers les pays candidats figurant sur la liste d’attente.

Les inconvénients: Profil plus « politique » que « politique ».

Chances: L’amitié avec de nombreux autres dirigeants de l’UE pourrait faciliter la nomination, mais la confirmation dépendrait de la capacité à former une coalition au Parlement.

Roberta Metsola, l’apprentie

La Maltaise Roberta Metsola a été élue présidente du Parlement européen en janvier 2022.
La Maltaise Roberta Metsola a été élue présidente du Parlement européen en janvier 2022.

Lorsque le magazine Time a inclus Metsola parmi les 100 leaders émergents qui façonneront le monde en 2023, von der Leyen a elle-même écrit l’éloge qui l’accompagnait.

« Ne cédez jamais au cynisme. Vous pouvez être le moteur du changement », a conseillé l’actuelle chef de la Commission à la jeune femme politique qui pourrait désormais succéder à son mentor.

Au cours de sa courte carrière internationale, Metsola a peaufiné ses références au PPE, devenant ainsi la première femme politique européenne à rencontrer Zelensky à Kiev après l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie.

Elle n’est cependant pas une favorite : son nom apparaîtrait probablement s’il n’y avait pas d’accord sur la reconduction de von der Leyen et que les candidats les plus probables disparaissaient.

Avantages: Charisme et jeunesse, ainsi que de solides références pro-européennes.

Les inconvénients: Manque d’expérience internationale, aucun emploi antérieur dans un gouvernement – ​​un problème pour les dirigeants européens.

Chances: Plus facile au Parlement en tant que président sortant, plus difficile au Conseil européen.

Kyriakos Mitsotakis, l’As

Kyriakos Mitsotakis a remporté une victoire électorale retentissante en juin dernier en étant réélu Premier ministre grec.
Kyriakos Mitsotakis a remporté une victoire électorale retentissante en juin dernier en étant réélu Premier ministre grec.

Le Premier ministre grec pourrait s’avérer un autre atout pour le PPE si les choses se compliquent autour de la table des négociations. Dans un récent tweeterle chef du parti PPE, Manfred Weber, a déclaré que Mitsotakis « représente le leadership du PPE à son meilleur » – des mots qu’il n’aurait probablement pas prononcés devant von der Leyen.

Mitsotakis est très apprécié des autres dirigeants européens et pourrait également être un bon choix pour présider le Conseil européen si le PPE ne parvient pas à occuper le poste de Commission.

Lors du récent événement L’Observatoire de l’Europe ON AIR, le dirigeant grec a souligné trois axes principaux pour le prochain mandat de l’UE : l’autonomie stratégique, la compétitivité et la sécurité alimentaire – ce qui semblait prêt pour un discours sur l’état de l’Union.

Avantages: Expérience antérieure en tant que leader de l’UE. Il parle bien l’anglais et le français, et suffisamment d’allemand pour s’adresser à la plénière lors du discours annuel sur l’état de l’Union.

Les inconvénients: L’odeur d’un scandale intérieur pourrait faire de lui un choix risqué.

Chances: Fort avec le Conseil, s’appuyant sur la majorité politique au Parlement en tant que candidat du PPE.

Christine Lagarde, la banquière

La Française Christine Lagarde est présidente de la Banque centrale européenne depuis 2019 et a auparavant été directrice du Fonds monétaire international.
La Française Christine Lagarde est présidente de la Banque centrale européenne depuis 2019 et a auparavant été directrice du Fonds monétaire international.

L’actuel gouverneur de la Banque centrale européenne (BCE) serait un autre choix solide si la prophétie de Michel concernant une Commission « économique » s’avérait exacte – en particulier si les négociations tombaient dans une impasse.

En 2019, elle a accédé à la tête de la BCE sous l’impulsion d’Emmanuel Macron et pourrait bien être à nouveau le choix du président français.

Avantages: Bon bilan partout où elle est allée, du gouvernement français au FMI et à la BCE.

Les inconvénients: Un choix qui paraîtrait bureaucratique ou détaché des citoyens, trop proche de Macron (pour le meilleur ou pour le pire).

Chances: Si son nom apparaît à la table des dirigeants, c’est un signe certain qu’ils sont à court d’idées et elle pourrait être l’une des dernières bonnes sélections disponibles. Pourrait-elle cependant obtenir le soutien d’un Parlement de droite ?

Klaus Iohannis, le stratège

Klaus Iohannis voit son avenir à Bruxelles puisqu'il est également candidat au poste de secrétaire général de l'OTAN.
Klaus Iohannis voit son avenir à Bruxelles puisqu’il est également candidat au poste de secrétaire général de l’OTAN.

Et si Michel se trompait et que l’Europe optait pour une autre Commission « géopolitique » ? Dans ce cas, le nom du président roumain pourrait sortir comme un lapin du chapeau.

Iohannis est également candidat au poste de secrétaire général de l’OTAN – bien que le Premier ministre néerlandais Mark Rutte semble avoir l’avantage dans cette course – il a donc une vision toute faite de la défense européenne qui pourrait être recyclable pour la prochaine Commission.

Avantages: Candidat issu d’un pays de l’Est et du PPE.

Les inconvénients: Cela dépend de l’issue de la course à l’OTAN.

Chances: Relativement bien perçu au Conseil européen, mais nécessite une majorité PPE au Parlement.

Laisser un commentaire

5 + six =