European Commission President Ursula von der Leyen speaks during the opening ceremony of the Ukraine recovery conference in Berlin, Germany, Tuesday, June 11, 2024

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Pas de soutien à von der Leyen sans invitation à une grande coalition, disent les Verts

Les principaux candidats des Verts, qui ont perdu 18 de leurs 71 sièges aux élections au Parlement européen, affirment que leur soutien est toujours nécessaire pour garantir une majorité centriste stable et la réélection d’Ursula von der Leyen à la présidence de la Commission européenne.

Les Verts ne soutiendront pas Ursula von der Leyen dans sa candidature à un second mandat à la présidence de la Commission européenne à moins qu’ils ne soient inclus dans une large coalition centriste avec son Parti populaire européen conservateur, ont déclaré les dirigeants du groupe tout en signalant qu’ils sont prêts à faire des compromis sur l’environnement. objectifs.

« Nous pensons que le seul moyen de créer une majorité stable pro-européenne, pro-démocratie et pro-Ukraine est de réunir les quatre partis », a déclaré Bas Eickhout, coprésident du groupe Verts/ALE et co-candidat au poste le plus élevé de l’exécutif européen. , lors d’un briefing avec les journalistes mercredi (12 juin) avant une première réunion post-électorale à Bruxelles.

La législatrice néerlandaise a énuméré les trois conditions que von der Leyen elle-même a posées aux groupes souhaitant coopérer avec le PPE et aux députés européens non encore alignés qui pourraient souhaiter rejoindre le groupe dans les semaines à venir.

S’exprimant lors de la soirée électorale de dimanche dernier, après qu’il soit devenu clair que le PPE allait rester le groupe le plus important au Parlement et même gagner des sièges, von der Leyen a immédiatement fait des ouvertures aux Socialistes & Démocrates et à Renew, ce dernier groupe libéral ayant perdu 23 de ses sièges. 79 places en balançoire à droite.

Eickhout a déclaré qu’il ne considérait pas l’omission des Verts comme un camouflet, soulignant que le président du groupe, Manfred Weber, avait également déclaré que la recherche d’une majorité stable commencerait par des négociations à trois. Von der Leyen ne peut pas compter sur un soutien total, même au sein de son propre groupe, a-t-il déclaré en citant les députés européens français et slovènes.

« Notre conclusion est très claire », a déclaré Eickhout. « La seule façon de créer une majorité stable est d’avoir besoin d’un quatrième parti, et le seul parti qui peut répondre aux trois critères qu’elle a elle-même définis… c’est nous. »

« Nous sommes prêts à discuter et nous sommes prêts à lui apporter notre soutien – si nous faisons partie d’une coalition », a déclaré Eickhout.

S’exprimant à ses côtés lors de la conférence de presse, le coprésident des Verts/ALE, Terry Reintke, a souligné que les Verts ne concluraient aucun type de pacte politique impliquant le groupe eurosceptique ECR, siège du parti des Frères d’Italie de la Première ministre Giorgia Meloni, arrivé en tête du scrutin. en Italie.

Elle a toutefois signalé que les Verts seraient prêts à compromettre certains aspects de la politique environnementale de l’UE, contre lesquels le PPE a été le fer de lance d’une réaction violente à l’approche des élections.

« Faire marche arrière sur le Green Deal est évidemment quelque chose que certaines parties des forces avec lesquelles nous négocierons souhaitent également faire », a déclaré Reintke. « Évidemment, si vous entamez des négociations, vous n’obtiendrez pas 100 % de ce qui était prévu dans le programme vert », a-t-elle concédé.

« Et maintenant, nous sommes prêts à faire partie de cette majorité parce que nous voyons le danger si la majorité se dirigeait vers la droite », a déclaré Reintke. « Nous sommes prêts à faire des compromis, nous sommes des politiciens pragmatiques. »

Laisser un commentaire

treize + 9 =