Amazon

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Les syndicats demandent au Parlement d’interdire tous les lobbyistes travaillant pour Amazon

Cet appel intervient alors que les législateurs ont décidé d’interdire les représentants d’Amazon le mois dernier.

Les syndicats ont écrit à l’administration du Parlement européen pour demander l’interdiction de toutes les organisations de lobbying travaillant pour Amazon, 14 employés du marché en ligne américain étant déjà confrontés à des restrictions d’entrée dans les locaux du Parlement.

Les 21 organisations, dont IndustriAll European Trade Union et LobbyControl, affirment que « pour donner un véritable effet » à la décision du mois dernier de retirer les badges d’accès au personnel d’Amazon, l’entrée devrait également être refusée à toutes les entités cherchant à faire pression sur les députés européens au nom d’Amazon.

Leur lettre, citant le registre de transparence de l’UE, suggère qu’Amazon a dépensé entre 2,1 et 3,1 millions d’euros rien qu’en 2023, pour 20 cabinets de conseil qui font du lobbying au nom de l’entreprise.

En 2023, ces lobbyistes comprenaient FleishmanHillard, FTI Consulting, Edelman Public Relations Worldwide et Deloitte.

« En pratique, cela signifierait que les députés européens refuseraient de rencontrer les organisations mentionnées ci-dessus si elles cherchent à représenter Amazon ou ses intérêts », indique la lettre.

Audience

Le mois dernier, 14 lobbyistes d’Amazon ont été interdits d’entrer au Parlement à la suite d’un appel de la commission de l’emploi et des affaires sociales (EMPL) après que l’entreprise n’a pas assisté à une série d’auditions et de visites d’usines en 2021 et 2023.

« Il est déraisonnable que les membres subissent des pressions d’Amazon tout en étant privés du droit de représenter les intérêts des citoyens européens et de s’enquérir des allégations de violations des droits fondamentaux consacrés dans les traités européens et le droit du travail de l’UE », a déclaré la commission EMPL. dit.

Les hommes politiques voulaient organiser des discussions et des visites pour étudier les rapports des médias suggérant une éventuelle surveillance des travailleurs d’Amazon ainsi que d’autres pratiques commerciales et sur le lieu de travail.

Amazon s’est dit « très déçu » de cette décision et a exprimé sa volonté de dialoguer avec les législateurs. « Nous les avons invités à plusieurs reprises à visiter nos installations. Cette invitation est toujours valable », a déclaré un porte-parole le mois dernier.

Selon les syndicats, les mesures ne devraient être levées que si Amazon assiste à une audition sur les conditions de travail et accepte une visite de la commission EMPL et des représentants des travailleurs dans ses entrepôts en Pologne et en Allemagne.

Laisser un commentaire

six + 14 =