Matthias Rietschel / DAPD

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Les négociations sur la loi sur l’industrie zéro émission nette voient des divisions sur les objectifs des technologies propres

L’objectif de demande mondiale de 25 % divise les États membres lors des négociations institutionnelles.

L’objectif du Parlement européen visant à ce qu’au moins 25 % de la demande mondiale annuelle en technologies propres soit réalisé dans les États membres de l’UE a divisé les ambassadeurs lors des dernières étapes de négociation du Net Zero Industry Act (NZIA) plus tôt cette semaine, selon un diplomate de l’UE et note diplomatique interne consultée par L’Observatoire de l’Europe.

Un objectif de « demande mondiale » a été introduit dans le projet de NZIA – le plan industriel vert de l’UE visant à déployer au moins 40 % de la production nationale de technologies propres pour atteindre les objectifs climatiques du bloc d’ici 2030 – par le rapporteur européen Christian Ehler (Allemagne/Parti populaire européen). )

Un certain nombre de pays n’ont pas compris comment un tel objectif de demande mondiale « améliorerait l’accès de l’Union aux technologies (propres) », selon la note, puisque l’objectif du projet de loi est d’assurer une production suffisante au sein du bloc pour répondre aux besoins de l’UE. la demande requise en raison de ses objectifs climatiques et énergétiques, plutôt que de l’expédier hors du continent.

« Il est important que tout objectif qui pourrait être fixé soit réalisable en termes de mise en œuvre et cohérent avec la base juridique du règlement », a déclaré un diplomate européen à L’Observatoire de l’Europe, confirmant que les ambassadeurs ont abordé la question mais n’ont pas réussi à parvenir à un accord sur cela lors des négociations interinstitutionnelles du « trilogue » sur la NZIA qui se sont tenues en début de semaine (22 janvier) .

Un autre diplomate européen a déclaré qu’il n’y avait pas suffisamment de données sous-jacentes pour étayer l’objectif putatif de 25 % du Parlement, et qu’il n’était pas clair sur quelle base ce pourcentage avait été atteint.

La note indique que si le Danemark, la Hongrie, l’Italie, le Luxembourg, le Portugal, les Pays-Bas, la Suède, la Slovénie et l’Espagne restent ouverts au maintien d’une certaine forme d’objectif, la Bulgarie, Chypre, la Tchéquie, l’Allemagne, la Grèce, l’Irlande, la Lettonie, la Lituanie et la Roumanie. étaient critiques à l’égard de l’idée.

L’eurodéputé Marc Botenga (Belgique/La Gauche), rapporteur fictif au nom du Parlement, a noté qu’il s’agit d’un objectif « théorique » et que les détails de ce que signifie ce seuil dans la pratique doivent être clarifiés lors des réunions techniques.

« Cela a été présenté comme nécessaire pour garantir l’indépendance de l’UE en ce qui concerne la production de technologies nettes zéro, maintenant l’objectif est également de garantir une part sur le marché mondial », a déclaré Botenga.

L’eurodéputé Damien Carême (France/Verts), autre rapporteur fictif, a fait écho aux réserves de Botenga, affirmant que la meilleure façon de renforcer l’autonomie stratégique et la résilience de l’UE est de se concentrer « sur un nombre limité de secteurs hautement prioritaires pour couvrir les besoins européens ».

« Elle ne doit pas viser à dimensionner notre capacité industrielle en fonction de ce que d’autres entendent déployer sur leur sol, ni à perpétuer un modèle économique basé sur une croissance effrénée aux dépens des ressources et de l’environnement », a déclaré le législateur français.

La présidence belge « reste positive » quant à la conclusion d’un accord final lors de la prochaine négociation interinstitutionnelle, qui se tiendra à Bruxelles le 6 février.

Laisser un commentaire

1 × 1 =