Kristalina Georgieva is seeking a second term as IMF chief

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Les ministres européens des Finances soutiennent Georgieva pour un deuxième mandat au FMI

Le directeur général de l’organisation internationale avait dû faire face à la concurrence de personnalités comme l’Irlandais Paschal Donohoe, après un scandale impliquant des classements d’entreprises chinois.

Les ministres des Finances de l’UE ont convenu aujourd’hui (12 mars) de soutenir un second mandat pour Kristalina Georgieva du Fonds monétaire international.

Ce soutien, accordé lors d’une réunion mensuelle à Bruxelles, renforce les chances de l’ex-commissaire européenne et PDG de la Banque mondiale de remporter un nouveau mandat de cinq ans après l’expiration de son mandat en octobre 2024.

Ce soutien unanime est un « signe clair de la confiance que nous avons en Kristalina », qui a « fait preuve d’un leadership plus fort au cours des deux dernières années, en particulier lors d’une crise sans précédent », a déclaré aujourd’hui à la presse le ministre belge des Finances, Vincent Van Peteghem.

Van Peteghem, qui préside actuellement les discussions ministérielles représentant la présidence du Conseil de l’UE, a déclaré qu’il espérait une « sélection rapide et opportune » pour confirmer la nomination du FMI.

La gestion du FMI est traditionnellement confiée à un Européen et choisie par consensus par les hauts fonctionnaires nationaux qui composent son Conseil d’administration.

Georgieva a présidé une période tumultueuse au cours de laquelle de nombreuses économies se sont d’abord verrouillées à cause du Covid, puis ont dû faire face à une période de forte inflation à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie causée par la flambée des prix des denrées alimentaires et de l’énergie.

Elle a survécu de peu à un scandale de 2021 au cours duquel Pékin aurait fait pression sur le personnel de la Banque mondiale pour qu’il modifie le classement des entreprises en Chine.

Le conseil d’administration du FMI lui a exprimé « toute sa confiance » après qu’un examen n’a pas démontré de manière concluante qu’elle avait joué un rôle inapproprié.

L’année dernière, le FMI a approuvé un programme de soutien de 15 milliards de dollars (14 milliards d’euros) pour l’Ukraine déchirée par la guerre, tandis que Georgieva – la deuxième femme à diriger l’organisation basée à Washington – a également souligné le rôle que l’égalité des sexes peut jouer dans la stimulation de la croissance économique.

Georgieva, une Bulgare qui était auparavant commissaire européenne au budget, aux ressources humaines et à l’aide humanitaire, a pris la tête du FMI en 2019, après le départ de Christine Lagarde pour devenir présidente de la Banque centrale européenne.

Son soutien à un second mandat la place devant des rivaux tels que le ministre irlandais des Finances, Paschal Donohoe, qui aurait également été intéressé par ce poste.

Laisser un commentaire

3 × 5 =