Alexander Trukhin zugres

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Les États membres doivent restaurer 16 % des bâtiments en mauvais état d’ici 2030 en vertu d’une nouvelle loi

La directive européenne sur la performance des bâtiments vise à fournir des détails précis sur la manière de décarboner le parc immobilier, concluant ainsi un pilier du pacte vert européen.

Au moins 16 % des bâtiments non résidentiels les moins performants des pays de l’UE seront visés par une rénovation d’ici 2030 et 26 % d’ici 2033, alors que les législateurs ont soutenu une loi aujourd’hui (12 mars) visant à lutter contre les mauvaises performances énergétiques et à réduire la consommation d’énergie dans les bâtiments de l’UE. vote en plénière du Parlement européen (PE) à Strasbourg.

La révision de la directive européenne sur les bâtiments performants (EPBD), proposée par l’exécutif européen en décembre 2021, vise à moderniser le parc immobilier européen d’ici 2050 en fixant des normes minimales de performance énergétique dans le secteur non résidentiel, comme les immeubles de bureaux, les écoles et les bâtiments. les hôpitaux.

Ces normes seront établies par les États membres et devront prendre en compte les bâtiments dépassant un seuil défini de consommation d’énergie maximale, selon le texte final convenu.

Plus de 220 millions de bâtiments, représentant environ 85 % du parc immobilier non résidentiel de l’UE, ont été construits avant 2001 et devraient rester debout en 2050, selon les données de l’UE.

Malgré l’opposition du groupe du Parti populaire européen et de l’Italie, le député européen Ciarán Cuffe (Irlande/Verts), qui dirige le dossier au Parlement, s’est dit « satisfait du résultat », qui a obtenu 370 voix pour et 199 contre après un vote complet aujourd’hui.

« Cette directive débloquera des fonds publics et privés et les dirigera vers les rénovations… il y a beaucoup d’argent de l’UE prêt à financer les rénovations, et les États membres sont en fait obligés de puiser dans les fonds de l’UE pour s’assurer que leurs plans nationaux sont suffisamment financés, » a déclaré Cuffe après le vote.

« Après deux ans, nous disposons d’un accord équilibré et pratique qui injecte des prix abordables dans la vague de rénovation européenne », a déclaré le député européen Seán Kelly (Irlande/PPE), également responsable de l’élaboration du projet de loi.

Outre la réparation des bâtiments anciens, les États membres devront prendre des mesures dans les bâtiments non résidentiels entre 2026 et 2030 pour équiper progressivement les toits d’installations solaires. Ils doivent également envisager d’installer des installations solaires dans les bâtiments résidentiels et veiller à ce qu’un nombre suffisant de travailleurs soient disponibles et correctement formés pour ce faire.

Guglielmo Cioni, président de Solar Heat Europe, a déclaré que l’énergie solaire thermique est déjà présente sur plus de 10 millions de toits en Europe et espère que le mandat solaire de l’EPBD « agira comme un catalyseur pour tripler son déploiement ».

Pour les bâtiments résidentiels, les gouvernements nationaux doivent réduire la consommation d’énergie de 16 % d’ici 2030 et de 20 à 22 % d’ici 2035. Les pays de l’UE qui ont procédé à des rénovations depuis 2020 pourront les prendre en compte dans cet objectif, selon le texte.

Tous les nouveaux bâtiments résidentiels doivent être construits selon la norme de bâtiment zéro émission (ZEB) à partir de 2030. Lesdits ZEB ne doivent produire aucune émission sur place et doivent fonctionner avec une très faible quantité d’énergie, par exemple grâce à l’énergie solaire sur les toits. Pour les bâtiments publics, cette norme s’appliquera à partir de 2028.

Les législateurs se sont également mis d’accord sur une date indicative d’élimination progressive des combustibles fossiles dans le chauffage et la climatisation, d’ici 2040. Le changement majeur sera la fin de toutes les subventions pour les chaudières autonomes d’ici 2025. Des incitations seront proposées par les gouvernements nationaux pour encourager le passage des systèmes de chauffage et de refroidissement à combustibles fossiles aux énergies renouvelables.

« L’inclusion d’une date d’élimination progressive du soutien public et de son utilisation envoie un message clair : le chauffage fossile est en voie de disparition. La Commission et nos gouvernements doivent continuer à relever leurs ambitions et à réduire les factures d’énergie et l’impact climatique », a déclaré Davide Sabbadin, responsable politique par intérim au Bureau européen de l’environnement.

Les bâtiments contribuent à 36 % des émissions de CO2 de l’UE et sont responsables d’environ 40 % de la consommation d’énergie, tandis que près de trois bâtiments sur quatre en Europe sont inefficaces sur le plan énergétique, révèlent les données de l’UE.

La directive EPBD adoptée aujourd’hui est une mise à jour d’une loi européenne existante introduisant de nouvelles mesures à l’échelle de l’UE visant à disposer d’un parc immobilier neutre pour le climat d’ici 2050, comme le prévoit le pacte vert pour l’Europe. L’approche contient cependant plusieurs flexibilités et exemptions, obligeant les pays de l’UE à divulguer les critères utilisés pour exempter via leurs plans nationaux de rénovation, qui doivent être finalisés d’ici la fin de 2025.

Eva Brardinelli, coordinatrice de la politique immobilière au sein de l’ONG Climate Action Network (CAN) Europe, a déclaré que le vote d’aujourd’hui permettra au secteur de réduire les émissions de gaz à effet de serre, de réaliser des économies d’énergie et de fournir des bâtiments plus performants.

« L’adoption de la directive EPBD en plénière indique que, malgré un processus de révision difficile et des positions différentes, les politiciens conviennent qu’il est temps de regarder vers l’avenir et de veiller à ce que le secteur du bâtiment soit mis sur la voie de la décarbonisation, car nous manquons de temps. » Brardinelli a déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

Après le feu vert du Parlement, le Conseil adoptera formellement la EPBD révisée. La mise en œuvre devrait commencer après que les pays de l’UE auront présenté leurs plans nationaux de rénovation en 2026, après que les gouvernements nationaux auront remis leurs plans de rénovation à la Commission.

Abonnez-vous ici pour rester informé des derniers développements politiques de l’UE grâce à notre newsletter hebdomadaire, « The Policy Briefing ». Votre aperçu hebdomadaire de la réglementation européenne, des questions politiques, des événements clés et des tendances des données.

Laisser un commentaire

quatre × 2 =