New EU anti-money laundering rules include limits on the use of cash

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Les députés approuvent de nouvelles règles anti-blanchiment d’argent – ​​mais que couvrent-elles ?

Les législateurs européens ont voté massivement en faveur de nouvelles restrictions sur la cryptographie, les clubs de football et les transactions en espèces.

Les législateurs européens ont voté aujourd’hui par 482 voix contre 47 en faveur de la création d’une agence européenne de lutte contre le blanchiment d’argent, promise depuis longtemps, dans le cadre d’un paquet qui verrait également l’interdiction des paiements importants en espèces dans toute l’Europe.

Cette décision – prise par les députés européens lors de leur dernière session de vote avant les élections de juin – signifie que de nouvelles règles s’appliquent aux accords de football et aux transactions cryptographiques, alors que le bloc cherche à réparer sa réputation après une série de scandales dans le secteur financier.

« L’argent sale finance des crimes terribles », a déclaré la commissaire européenne aux services financiers, Mairead McGuinness, ajoutant qu’il était « impératif absolu d’améliorer de manière significative la situation actuelle ».

Ces points de vue semblaient largement partagés au-delà des clivages politiques – y compris par Damien Carême (France/Verts), l’un des députés européens qui ont mené les négociations.

Les terroristes et les fraudeurs « exploitent les failles de la législation européenne », a déclaré Carême aux législateurs. « Nous devons agir de manière décisive pour garantir un système robuste. »

À quoi servent les nouvelles règles européennes en matière de blanchiment d’argent ?

Les nouvelles règles incluent une limite pour les traders professionnels qui acceptent ou paient en espèces pour toute transaction supérieure à 10 000 € – étant donné que de grosses liasses de billets intraçables peuvent sonner l’alarme en cas de criminalité financière.

Certains législateurs affirment qu’il s’agit d’une attaque contre la liberté financière.

« Ne touchez pas à notre argent et à nos monnaies numériques », a déclaré Patrick Breyer du Parti pirate allemand aux législateurs. « Nous, les pirates, disons non à cette privation financière rampante. »

Pourtant, l’un des sujets les plus délicats de ce paquet complexe est d’ordre géographique : la question de savoir où héberger une nouvelle agence européenne de lutte contre le blanchiment d’argent.

Après une audience publique de 12 heures, la première du genre, la place financière allemande de Francfort l’a emporté, parmi une liste de candidats comprenant également Paris, Rome, Madrid, Vienne, Riga, Vilnius, Bruxelles et Dublin.

Ses quelque 400 collaborateurs superviseront directement le contrôle de l’argent sale dans 40 des plus grandes institutions financières du bloc.

Portée élargie des nouvelles lois anti-blanchiment d’argent

Les lois européennes contre le blanchiment d’argent s’appliquent déjà aux grandes institutions comme les banques, qui sont tenues de vérifier qui sont leurs clients et de signaler les transactions suspectes aux autorités.

Ces règles s’appliqueront également aux secteurs à haut risque comme les commerçants d’œuvres d’art, de bijoux et de yachts de luxe. Ils seront étendus pour couvrir des services innovants tels que les fournisseurs de crypto-monnaie, car les législateurs craignent que le bitcoin et d’autres actifs, encore plus anonymes, puissent être utilisés pour des paiements illicites.

Sur l’insistance des députés, les mesures s’appliquent aux grands clubs et agents de football – compte tenu des sommes d’argent importantes, parfois douteuses, qui circulent entre eux.

Des règles plus cohérentes

Pour la première fois, les règles de l’UE sont énoncées dans un règlement qui s’appliquera de manière plus ou moins cohérente dans l’ensemble du bloc.

Cela signifie moins de latitude pour chaque pays pour adapter les règles au contexte national – créant des écarts qui rendent plus difficile pour les entreprises légitimes d’opérer au-delà des frontières et plus facile pour les criminels et les terroristes d’exploiter le système.

Une directive distincte sur le blanchiment d’argent, également adoptée aujourd’hui, résout les problèmes liés à la manière dont les journalistes et les militants peuvent retracer les structures financières utilisées pour cacher leurs richesses.

Les arrangements ont été bouleversés par un arrêt choc d’un tribunal de l’UE de 2022 qui a restreint l’accès aux registres de propriété des entreprises pour des raisons de confidentialité.

Pourquoi l’UE a-t-elle besoin de nouvelles règles anti-blanchiment ?

Les responsables espèrent que les nouvelles règles contribueront à améliorer la réputation de l’UE en matière d’argent sale, fermant ainsi le chapitre d’une série de scandales.

Deux membres de l’UE – la Croatie et la Bulgarie – figurent actuellement sur une « liste grise » de juridictions suspectes de blanchiment d’argent établie par l’organisme de normalisation international le Groupe d’action financière (GAFI), et Malte n’en a été retirée que récemment.

La région a également été confrontée à une série de scandales dans le secteur financier impliquant des institutions telles que la Danske Bank, l’ABLV en Lettonie et la banque Pilatus à Malte.

Danske a été condamné à une amende de plusieurs milliards d’euros par les régulateurs américains et danois en 2022, après avoir admis qu’environ 200 milliards d’euros avaient été blanchis par l’intermédiaire de sa branche estonienne entre 2007 et 2015.

Les négociations avec l’UE ont été particulièrement importantes du fait de la nécessité d’appliquer les sanctions imposées à la Russie pour sa guerre en Ukraine – compte tenu des craintes que des oligarques ultra-riches puissent utiliser des structures financières douteuses pour échapper aux restrictions.

Quand les nouvelles règles européennes contre le blanchiment d’argent entreront-elles en vigueur ?

Les nouveaux contrôles anti-blanchiment d’argent ont mis du temps à arriver, et ce n’est toujours pas fini.

Valdis Dombrovskis a fustigé une application inégale et a promis d’examiner une nouvelle agence européenne lors de son audition pour devenir commissaire européen aux services financiers dès octobre 2019.

Après plusieurs disputes de dernière minute, les législateurs et les gouvernements ont annoncé un accord de principe sur l’essentiel de la loi en janvier 2024.

Une fois adoptées par les ministres nationaux, la plupart des nouvelles réglementations entrent en vigueur au bout de trois ans, mais elles comportent une certaine flexibilité.

Il faudra cinq ans pour appliquer les règles applicables au secteur du football, et la nouvelle agence européenne pourrait commencer à travailler plus tard cette année – bien que la loi la créant entre officiellement en vigueur en juillet 2025.

Laisser un commentaire

deux × trois =