The EU has accused Google of antitrust violations

Milos Schmidt

Politique de l’UE. La facture d’achat de Google de 2,4 milliards d’euros devrait être maintenue, selon un avis juridique de haut niveau

Des amendes antitrust record ont été justifiées par le fait que le moteur de recherche faisait la promotion de ses propres services, a déclaré l’avocat général Juilane Kokott.

Une amende record de 2,4 milliards d’euros infligée à Google pour promotion anticoncurrentielle de son service de shopping devrait résister à une contestation du géant de la technologie, selon un avis rédigé pour le plus haut tribunal de l’UE.

En 2017, la Commission européenne a déclaré que l’entreprise avait agi illégalement en mettant son propre service de comparaison de prix, Google Shopping, en évidence dans les résultats de recherche.

Aujourd’hui, Juliane Kokott, l’une des avocates générales consultatives de la Cour de justice de l’Union européenne, semble être d’accord.

Google « exploitait sa position dominante sur le marché des services de recherche généraux pour favoriser son propre service de comparaison de prix », a déclaré le tribunal dans un communiqué, citant l’avis non contraignant de Kokott. L’arrêt final de la Cour de justice sur l’appel de Google est maintenant attendus dans les mois à venir.

La position dure de l’UE a déjà trouvé la faveur du Tribunal de première instance, qui a déclaré en 2021 que l’entreprise s’était écartée de la concurrence sur le fond en reléguant les sites alternatifs de comparaison de prix.

Presque tous les internautes se contentent de consulter les premiers résultats de recherche. Google a donc effectivement condamné ses concurrents à l’oubli en les déplaçant vers le bas du classement, ont expliqué les responsables.

L’amende antitrust infligée à Google et à sa société mère Alphabet en 2017 était à l’époque la plus élevée que l’UE ait jamais infligée à une seule entreprise. Depuis, elle a été dépassée par une sanction de 4,34 milliards d’euros, également contre Google, pour restrictions illégales sur les appareils Android – à laquelle la société a également fait appel.

Une autre affaire intentée contre l’Irlande pourrait obliger le géant technologique Apple à rembourser plus de 13 milliards d’euros d’arriérés d’impôts, bien que les tribunaux semblent plus sceptiques quant à l’affirmation de la Commission dans cette affaire selon laquelle des accords fiscaux favorables constituaient une subvention illégale.

Fatigué de mener de longues poursuites antitrust contre les géants de la technologie, le bloc a également introduit de nouvelles lois connues sous le nom de Digital Markets Act, qui impose des restrictions favorables à la concurrence à toute entreprise de grande technologie considérée comme un contrôleur d’accès en ligne.

Les porte-parole de Google et de la Commission n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

Laisser un commentaire

5 × trois =