Data centres are needed to help AI start-ups grow

Jean Delaunay

Politique de l’UE. La Commission crée un bureau de l’IA à l’approche de l’approbation du règlement

La Commission européenne a annoncé aujourd’hui (24 janvier) qu’elle créerait un bureau de l’IA chargé de mettre en œuvre la nouvelle loi sur l’intelligence artificielle au niveau de l’UE, dont les opérations débuteraient dans les mois à venir.

La nouvelle agence supervisera les règles relatives aux systèmes d’IA à usage général et fonctionnera comme un organe central de coordination de la politique d’IA au niveau de l’UE, en coordination avec d’autres services de la Commission, les agences de l’UE, les entreprises et les 27 États membres de l’UE.

Cette annonce intervient alors que les négociateurs des institutions européennes sont sur le point de conclure un accord sur les détails techniques de l’AI Act, le projet européen visant à réglementer les applications d’IA à haut risque, après un accord politique le mois dernier.

La loi divise les systèmes d’IA en quatre catégories principales en fonction du risque potentiel qu’ils représentent pour la société. Les systèmes considérés comme à haut risque seront soumis à des règles strictes qui s’appliqueront avant leur entrée sur le marché de l’UE. Une fois disponibles, ils seront sous la surveillance des autorités nationales, soutenues par le bureau AI au sein de la Commission européenne.

Si le texte final reçoit le feu vert des ambassadeurs le 2 février, le Parlement européen devrait voter en commissions du marché intérieur et des libertés civiles à la mi-février, et en plénière en mars ou avril. Après cela, la loi devrait entrer en vigueur plus tard cette année et prévoit une période de mise en œuvre pouvant aller jusqu’à 36 mois.

Supercalculateurs

La Commission a également annoncé aujourd’hui l’accès à ses supercalculateurs pour les startups d’IA. L’exécutif créera ce que l’on appelle des usines d’IA pour faciliter le test d’algorithmes par les petites entreprises afin de soutenir l’évolutivité des modèles d’IA ; cela réduirait la durée de leurs tests de plusieurs mois ou années à quelques semaines, a affirmé l’exécutif européen.

Les ordinateurs ne peuvent être utilisés que par des start-ups ne disposant pas de puissance de calcul propre et peuvent tester des algorithmes conçus à des fins scientifiques plutôt que commerciales.

Thierry Breton, commissaire chargé du marché intérieur, a déclaré aujourd’hui dans un communiqué que les usines rassembleront « les « matières premières » pour l’IA : puissance de calcul, données, algorithmes et talents », servant de guichet unique pour les start-ups européennes de l’IA. .

L’exécutif européen a déjà convenu en novembre avec l’entreprise commune européenne pour le calcul à haute performance (EuroHPC JU) d’ouvrir l’accès aux ressources de supercalcul de l’UE aux start-ups et aux PME en matière d’IA. L’annonce d’aujourd’hui s’appuie sur cela et modifie les règles EuroHPC JU en conséquence.

Un responsable européen a déclaré lors d’un point de presse aux journalistes que la demande pour ces ordinateurs était en hausse. « Il y a environ six start-up qui utilisent activement des ordinateurs, mais la file d’attente est longue. Nous ne sommes pas en mesure de satisfaire la demande et nous avons besoin de solutions rapides pour avoir une plus grande capacité.

Les ordinateurs utiliseront des puces du fabricant américain de puces Nvidia. Le responsable de la commission a déclaré avoir reçu un engagement de la société à garantir davantage de puces, mais compte tenu de la pénurie mondiale, la commission a mis en place des mesures d’atténuation pour garantir la continuité de l’approvisionnement.

Laisser un commentaire

treize + huit =