Apple was under pressure from EU antitrust authorities

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Apple, sous la pression de Bruxelles, accepte d’ouvrir les paiements sur iPhone

Les banques et d’autres concurrents s’étaient plaints du caractère anticoncurrentiel de la domination d’Apple Pay.

Le géant de la technologie Apple a accepté d’ouvrir l’accès à la fonctionnalité de paiement de son iPhone après que les autorités antitrust de l’UE ont mis en garde contre une restriction illégale à la concurrence.

Apple Pay permet aux utilisateurs d’acheter des biens en touchant simplement leur iPhone, en utilisant une technologie appelée communication en champ proche (NFC) – mais les banques et autres concurrents potentiels ont fait valoir qu’il était injuste qu’ils soient obligés d’utiliser un logiciel contrôlé par le géant de la technologie.

Dans le cadre de l’accord négocié par la Commission européenne, Apple permettrait à d’autres fournisseurs d’accéder à la puce NFC de l’iPhone – et pourrait se voir infliger une amende colossale équivalant à 10 % du chiffre d’affaires mondial s’il ne s’y conformait pas.

L’exécutif européen cherche désormais à savoir si ces projets contribueraient à stimuler la concurrence – après avoir provisoirement constaté en 2022 qu’Apple restreignait injustement l’accès à sa technologie.

Un porte-parole d’Apple a déclaré que son logiciel existant ne changerait pas, mais qu’il y aurait également de la place pour que d’autres développeurs d’applications de paiement, bancaires et de portefeuille numérique s’impliquent.

« Apple Pay continuera d’être une option largement disponible », a déclaré le porte-parole, même si les utilisateurs d’iPhone pourront opter pour une alternative.

Les autorités antitrust de l’UE ont imposé ces dernières années des sanctions record aux grands acteurs technologiques réputés favoriser leurs propres produits – et ont également introduit une législation spéciale, la loi sur les marchés numériques, pour contrôler le pouvoir des principaux services Internet qui agissent comme des gardiens.

Deux amendes de 2,4 milliards d’euros et 4,3 milliards d’euros infligées à Google sont actuellement examinées par la plus haute juridiction de l’UE.

Apple elle-même est également engagée dans une bataille judiciaire concernant les faibles taux d’imposition qu’elle a payés en Irlande. L’entreprise a déclaré qu’elle se conformait à la loi, mais la commission a fait valoir que les accords spéciaux présumés constituaient une subvention illégale.

Laisser un commentaire

3 × quatre =