Apps such as ChatGPT fall under the scope of the AI Act.

Jean Delaunay

Politique de l’UE. À mesure que l’AI-Act entre en vigueur, l’attention se porte désormais sur les nominations en matière de surveillance par les pays

Les États membres disposent d’un délai de 12 mois pour désigner les autorités nationales compétentes chargées de veiller au respect des règles.

La loi européenne sur l’IA, la première tentative au monde de réglementer les systèmes d’IA selon une approche basée sur les risques, recevra l’approbation finale du Parlement européen demain (13 mars), ouvrant la voie à l’entrée en vigueur des règles. Cependant, lorsqu’il s’agit de surveillance ; Les États membres en sont encore aux premiers stades de la détermination du régulateur le mieux placé pour superviser la conformité.

Demain, les législateurs voteront sur le texte sans les légères modifications linguistiques apportées par les avocats lors de la phase de traduction. Celles-ci doivent également être formellement approuvées, soit par un vote séparé lors de la plénière d’avril, soit par une annonce officielle. Les règles seront ensuite publiées au Journal officiel de l’UE, probablement en mai.

En vertu de la loi sur l’IA, les systèmes d’apprentissage automatique seront divisés en quatre catégories principales en fonction du risque potentiel qu’ils représentent pour la société. Les systèmes considérés comme à haut risque seront soumis à des règles strictes qui s’appliqueront avant leur entrée sur le marché de l’UE.

En novembre, les interdictions des pratiques interdites spécifiées dans la loi sur l’IA s’appliqueront. Les règles générales sur l’IA s’appliqueront un an après leur entrée en vigueur, en mai 2025, et les obligations pour les systèmes à haut risque dans trois ans. Ils seront placés sous la supervision des autorités nationales, soutenues par le bureau AI au sein de la Commission européenne.

Un porte-parole de la Commission européenne a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que les pays disposent de 12 mois pour nommer les autorités nationales compétentes, et que la commission « attend la notification de ces nominations en temps utile ».

Recrutement

L’Espagne a été le premier pays de l’UE à créer une Agence de surveillance de l’intelligence artificielle (AESIA) à La Corogne en 2023. Dans d’autres pays, comme aux Pays-Bas, l’autorité de protection des données a créé l’année dernière un département chargé des algorithmes. Le bureau compte actuellement 12 employés et on s’attend à ce qu’il atteigne 20 personnes cette année.

Dans le cas de l’Irlande, le ministère de l’Entreprise, du Commerce et de l’Emploi dirigera l’élaboration du plan national de mise en œuvre de la loi sur l’IA. Un porte-parole a toutefois déclaré à L’Observatoire de l’Europe que « comme le processus législatif européen n’est pas encore terminé et que la loi n’a pas encore été adoptée, il serait prématuré de spéculer sur les modalités nationales d’application ».

Le ministère luxembourgeois des Médias, des Télécommunications et de la Politique numérique a déclaré que le pays « travaille dur pour mettre en œuvre la loi sur l’IA ».

« Nous consultons toutes les parties prenantes concernées, en premier lieu les autorités et régulateurs existants qui auront un rôle à jouer dans le nouveau cadre de gouvernance. Un aspect important pour nous est une coordination efficace entre les régulateurs, car nous voulons qu’elle soit la plus efficace possible. aussi claire que possible pour que les entreprises et les citoyens puissent interagir avec la nouvelle législation », a déclaré un porte-parole.

Dans le même temps, la commission a également lancé son processus de recrutement pour des postes politiques et techniques au sein du Bureau de l’IA, ce qui contribuera à mettre en place une approche harmonisée des règles entre les États membres via des échanges d’informations. La date limite de candidature est le 27 mars.

Les organisations professionnelles ont mis en garde contre le manque de mise en œuvre et d’application, alors que les règles sont sur le point d’entrer en vigueur. CCIA Europe, qui représente les grandes entreprises technologiques, avait précédemment averti que la mise en œuvre serait cruciale « pour ne pas surcharger les entreprises » qui tentent d’innover.

Digital Europe, représentant à la fois les entreprises technologiques et les associations professionnelles nationales, a appelé lors des négociations du trilogue sur l’AI Act à une période de transition de 48 mois pour garantir que l’ensemble de l’écosystème est prêt, ainsi qu’à la disponibilité en temps opportun de normes harmonisées permettant à l’industrie de se conformer aux règles.

Laisser un commentaire

quatre + un =