Phoques cachés, rodéos en forêt, abeilles occupées : un aperçu du photographe animalier de l'année 2023

Jean Delaunay

Phoques cachés, rodéos en forêt, abeilles occupées : un aperçu du photographe animalier de l’année 2023

Ces images font partie des clichés les plus appréciés parmi près de 50 000 candidatures.

Un bébé tigre évacué d’Ukraine, un récif de corail en bonne santé et un rodéo en forêt ne sont que quelques-unes des images présentées cette année dans le cadre du concours Wildlife Photographer of the Year.

Il y a eu un nombre incroyable de 49 957 candidatures de photographes de tous âges dans 95 pays différents. Ils ont été jugés par un panel d’experts de l’industrie du monde entier.

Le programme Wildlife Photographer of the Year est développé et produit par le Natural History Museum de Londres. Le 13 octobre, elle présentera 100 de ces photos extraordinaires lors d’une exposition au musée.

Voici un aperçu de certaines des images les plus appréciées de cette année.

© Alex Mustard / Photographe animalier de l'année
Connexions de corail par Alex Mustard. Fortement félicité dans la catégorie sous l’eau.

Les récifs coralliens abritent un réseau d’espèces interconnectées qui sont menacées par le changement climatique. Sur cette photo, le photographe britannique Alex Mustard montre la biodiversité d’un récif sain dans le détroit de Lembeh, au nord de Sulawesi, en Indonésie.

Alex aime particulièrement les gobies, une espèce de poisson généralement capricieuse. Mais le photographe a pu capturer un couple dans ce cadre aux côtés des couleurs vibrantes des gorgones gorgones qu’elles utilisent comme refuge ou plate-forme d’alimentation.

© Michał Siarek / Photographe animalier de l'année
War Cub de Michał Siarek. Hautement félicité dans la catégorie Photojournalisme.

Michał Siarek filme le moment où une équipe du zoo de Poznań en Pologne a ouvert une caisse pour surveiller un bébé tigre évacué d’Ukraine. Le photographe polonais a documenté les efforts visant à sauver des animaux sauvages privés tels que les grands félins d’Ukraine en raison de l’invasion russe.

« Cette nuit m’a changé », dit-il. « Entendre le cri d’un lion encore dans le camion m’a décidé à participer à la prochaine évacuation. »

De nombreux animaux ont été sauvés des zones de combat dans l’est de l’Ukraine en 2022. Ils ont été transportés d’urgence à la frontière, puis au zoo de Poznań et enfin vers les sanctuaires à travers l’Europe. Depuis, plus de 200 animaux ont été sauvés.

©Elza Friedländer,/Photographe animalier de l'année
Oiseaux de feu d’Elza Friedländer. Fortement félicité dans la catégorie Comportement : Oiseaux.

La photographe allemande Elza Friedländer montre une paire de cigognes blanches dans une chaleur chatoyante contre le sol brûlé par un incendie contrôlé à Rhino Ridge, dans la réserve nationale du Masai Mara, au Kenya. Des centaines d’oiseaux se précipitent en première ligne de l’incendie à la recherche de proies faciles.

Allumer des feux contrôlés est une manière courante de gérer les prairies pour stimuler une nouvelle croissance. Mais cette tactique est controversée et peut s’avérer dangereuse, en particulier en cas de sécheresse, lorsque les flammes peuvent facilement se propager.

© Solvin Zankl / Photographe animalier de l'année
Abeille maçonne au travail par Solvin Zankl. Fortement félicité dans la catégorie Comportement : Invertébrés.

Le photographe Solvin Zankl a observé attentivement cette abeille maçonne bicolore construire le toit de son nid près de Witzenhausen, dans la Hesse, en Allemagne. L’abeille mémorise les points de repère à proximité afin de retrouver son chemin vers le bon endroit.

Après deux heures passées à rapprocher son équipement du nid, la petite créature a commencé à utiliser l’appareil photo du photographe allemand comme l’un de ces points de repère.

Les abeilles maçonnes bicolores pondent leurs œufs dans des coquilles d’escargots, les remplissant de pollen et de nectar pour nourrir leurs larves. Ils le scellent ensuite avec de l’herbe et de la salive collante. Bien que les humains considèrent souvent les escargots comme un ravageur, cette espèce ne survivrait pas sans eux.

© Atsuyuki Ohshima / Photographe animalier de l'année
Rodéo forestier d’Atsuyuki Ohshima. Hautement félicité dans la catégorie Comportement : Mammifères.

Atsuyuki Ohshima a capturé cette interaction inhabituelle à Yakushima, Kagoshima, au Japon.

Un mouvement soudain derrière le cerf sika attira l’attention du photographe japonais. Utilisant un arbre voisin comme tremplin, un jeune macaque de Yakushima a sauté sur le dos du cerf.

Les chevauchées de cerfs à la manière d’un rodéo par les singes de l’île sont rares, mais pas rares. Les jeunes mâles tentent parfois de s’accoupler avec eux, mais ce macaque était une femelle et semblait simplement profiter de la liberté.

© Bruce D'Amicis / Photographe animalier de l'année
Le sceau qui disparaît par Bruno D’Amicis. Fortement félicité dans la catégorie Natural Artistry.

La chasse historique et l’empiétement humain sur son habitat ont fait du phoque moine l’un des mammifères les plus menacés sur Terre. Travaillant avec un permis, le photographe italien Bruno D’Amicis est resté caché sur un rebord pendant des heures pour capturer cette photo en Grèce.

L’animal a glissé dans les bas-fonds avant de disparaître dans la grotte en contrebas. Les phoques moines se reposaient autrefois ouvertement sur les plages, mais ils sont désormais devenus insaisissables, préférant rechercher la sécurité dans des zones isolées.

© Caitlin Henderson / Photographe animalier de l'année
La collation de minuit de Possum par Caitlin Henderson. Fortement félicité dans la catégorie Urban Wildlife.

Caitlin Henderson a trouvé cet invité inattendu sur son balcon à Malanda, dans le Queensland en Australie. Portant un bébé dans sa pochette, l’opossum à queue en brosse démembre avidement une grande cigale de marchand de légumes du Nord.

« Il y avait des têtes par-ci, des ailes par-là », explique le photographe australien.

Ce marsupial nocturne est originaire d’Australie et peut être trouvé dans tout le pays. Ses longues griffes acérées sont faites pour grimper aux arbres mais il s’est adapté aux environnements urbains, entrant souvent en conflit avec les humains.

© Jasper Doest / Photographe animalier de l'année
Combattez jusqu’à la mort par Jasper Doest. Hautement félicité dans la catégorie Photojournalisme.

La photo de Jasper Doest dresse le tableau tragique des derniers instants d’un éléphant après avoir été heurté par un train dans le parc national de la Lopé, au Gabon. L’os de sa hanche a été brisé de manière irréparable et la créature était dans un tel état de détresse qu’elle a dû être tuée.

Le photographe néerlandais a été témoin de l’épisode alors qu’il se trouvait dans le parc pour d’autres raisons.

Des trains transportent du manganèse depuis la mine de Moanda, dans le pays, qui détient un quart des réserves mondiales connues de ce métal. Des collisions régulières avec la faune se produisent dans le parc national, notamment une vingtaine d’incidents avec des éléphants chaque année.

Le directeur du parc a tenté d’amener la compagnie ferroviaire à ralentir les trains, sans grand succès.

© Neil Aldridge / Photographe animalier de l'année
Le visage des persécutés par Neil Aldridge. Hautement félicité dans la catégorie Photojournalisme.

Il est illégal d’empoisonner, de bloquer ou de détruire des terriers ou de chasser des renards avec des chiens en Angleterre et au Pays de Galles depuis 2005. Neil Aldrige souligne les blessures de ce renard – probablement causées par des chiens – trouvées dans le Kent, au Royaume-Uni.

Le photographe sud-africain a passé neuf ans à travailler sur un projet visant à documenter la relation complexe entre le peuple britannique et le renard roux. Alors qu’il regarde depuis une tanière de fortune dans un centre de réadaptation, Neil encadre les dents exposées en permanence et l’œil blessé du renard.

Les blessures subies par cet animal ont probablement été infligées par des chiens envoyés illégalement pour le chasser de sa tanière.

Laisser un commentaire

deux × un =