« Peste des criquets » : quelles villes européennes stoppent l'afflux de croisiéristes ?

Milos Schmidt

« Peste des criquets » : quelles villes européennes stoppent l’afflux de croisiéristes ?

Les destinations aux prises avec le surtourisme mettent un terme aux navires qui apportent des émissions toxiques et des millions de passagers.

Chaque année, plus de 20 millions de passagers partent en croisière.

Avant la pandémie, ce nombre était encore plus élevé, soit environ 30 millions.

Alors que le nombre de passagers cherche à nouveau à dépasser ce chiffre d’avant la pandémie, de nombreux ports européens où ces navires jettent l’ancre réévaluent leur présence. Certains envisagent de les interdire complètement, invoquant des préoccupations environnementales, sociales et économiques.

Les 218 navires de croisière opérant en Europe en 2022 ont émis plus de quatre fois plus d’oxydes de soufre que l’ensemble des voitures du continent, selon Transport & Environment. L’ONG a découvert en juin de cette année que ces polluants atmosphériques toxiques provenant des navires sont désormais plus élevés qu’ils ne l’étaient avant le COVID-19.

Et, alors que leurs avantages pour l’économie locale sont controversés, les millions de passagers qu’ils transportent chaque année vers les villes européennes causent des problèmes aux personnes qui y vivent.

Venise veut exclure les bateaux de croisière de la ville

En 2021, Venise a interdit aux grands navires de croisière de mouiller dans son centre historique.

Les dommages causés à la lagune ont amené l’UNESCO à menacer de mettre la ville sur sa liste des espèces en voie de disparition à moins qu’elles ne soient définitivement interdites.

Ils affirment que les gros navires polluent et érodent les fondations de la ville, qui souffre déjà régulièrement d’inondations. L’interdiction signifie que les grands navires de croisière et les porte-conteneurs ne peuvent plus entrer dans le canal de la Giudecca à Venise.

Il y a eu des tentatives pour arrêter les grands navires auparavant, la législation précédente ayant été annulée. Mais la pression est montée lorsqu’en 2019, un paquebot de croisière s’est écrasé dans un port de Venise, blessant cinq personnes.

Un bateau de croisière passe devant la place Saint-Marc remplie de touristes.
Un bateau de croisière passe devant la place Saint-Marc remplie de touristes.

Et au moment de l’interdiction de 2021, même les compagnies de croisière étaient à bord. Après son annonce, la Cruise Lines International Association (CLIA) a déclaré qu’elle « soutenait une nouvelle approche depuis de nombreuses années », la qualifiant de « grand pas en avant ».

Cependant, la réalité de l’interdiction des grands navires de Venise s’est avérée plus compliquée qu’il n’y paraissait au premier abord. Sans nouvelle plateforme en dehors de la lagune de la ville pour les compagnies de croisière, beaucoup y accostent encore deux ans après l’entrée en vigueur de l’interdiction.

Quelles villes européennes interdisent les bateaux de croisière ?

La pollution et le surtourisme ne sont cependant pas un problème uniquement à Venise.

Barcelone – alors qu’elle s’apprête à résoudre ses propres problèmes – a fermé son terminal Nord aux croisières le 22 octobre. Environ 340 navires par an devront désormais accoster au quai du Moll d’Adossat, le plus éloigné des zones résidentielles de la ville.

Suite à la fermeture d’un autre terminal situé dans le Maremagnum et à l’introduction de la règle d’un navire par terminal, seuls sept navires de croisière peuvent désormais accoster à Barcelone en même temps.

Ces mesures font suite à un accord avec les autorités locales visant à déplacer les navires de croisière en dehors du centre-ville de Barcelone afin d’atténuer l’impact du surtourisme.

D’ici 2026, le terminal Sud fermera également et toutes les croisières s’opéreront depuis le quai d’Adossat.

La Méditerranée est le deuxième marché des croisières en dehors des Caraïbes et le nombre croissant de passagers exerce une pression croissante sur les populations locales.

En 2022, 50 000 personnes à Marseille – le plus grand port de croisière de France – ont signé une pétition contre les navires de croisière, selon le groupe de campagne Stop Croisières.

Les passagers ont été accueillis par des protestations dans la ville baléare de Palma de Majorque et de nouvelles limites qui n’autorisent que trois navires à la fois dans son port ont été introduites.

Santorin et Dubrovnik ont ​​également renforcé les restrictions imposées aux compagnies de croisière.

Où d’autre les croisières posent-elles des problèmes ?

Une répression est également en cours dans les ports populaires en dehors de la Méditerranée.

Les navires de croisière visitant l’Écosse se verront imposer une nouvelle taxe dans le cadre des plans récemment annoncés par le Parti Vert du pays. Il affirme que la taxe s’attaquera au « double défi » des émissions et du surtourisme.

Lorna Slater, co-leader des Verts écossais, a également déclaré qu’elle espérait que la taxe sur les croisières encouragerait les entreprises à utiliser des navires moins polluants, affirmant qu’un navire produit les mêmes émissions que 12 000 voitures.

« Les opérateurs ont été autorisés à polluer pendant trop longtemps », a ajouté Slater.

Amsterdam veut interdire les bateaux de croisière dans le centre-ville.
Amsterdam veut interdire les bateaux de croisière dans le centre-ville.

À Amsterdam, le conseil municipal vient de voter la fermeture de son terminal de croisière afin de lutter contre la pollution et de réduire la fréquentation touristique.

Déplacer le terminal en dehors du centre semble être la solution la plus probable. Mais ce vote témoigne des sentiments de la ville à l’égard de ces grands navires à passagers.

Plus tôt cette année, la dirigeante politique locale Ilana Rooderkerk a comparé les croisiéristes qui descendent dans la ville à un « fléau de criquets ».

Amsterdam a introduit une taxe sur les passagers des navires de croisière en 2019 – une mesure qui a vu certaines entreprises remplacer ou annuler des escales dans la ville. Plus de 100 navires accostent chaque année dans la capitale néerlandaise et ils sont devenus le symbole des problèmes locaux de surtourisme.

Les bateaux de croisière rapportent-ils de l’argent là où ils accostent ?

L’un des principaux arguments avancés par les partisans du maintien des navires de croisière est leur contribution à l’économie locale.

Mais les passagers de ces navires géants dépensent-ils réellement de l’argent dans les villes où ils accostent ?

Plusieurs études ont démontré que les passagers débarquant des navires ne contribuent pas autant à l’économie locale qu’on pourrait le penser. Avec toute la nourriture, les boissons et les souvenirs dont ils pourraient rêver à bord, l’argent reste en mer.

Il n’est pas surprenant d’apprendre que le plus grand navire de croisière du monde, le Wonder of the Seas, possède 20 restaurants, un théâtre de 1 400 places et des boutiques vendant de tout, des belles montres à la haute couture. Selon le forfait que vous choisissez, la nourriture et les boissons sont souvent incluses et les achats sont hors taxes et hors taxes.

Un navire encore plus grand, l’Icon of the Seas, long de 365 mètres, devrait être lancé l’année prochaine.

Une étude réalisée à Bergen, en Norvège – une escale populaire pour les excursions dans les fjords – a révélé que jusqu’à 40 % des personnes ne quittaient jamais le navire. Pour ceux qui ont débarqué, leur dépense moyenne était inférieure à 23 €.

Des études réalisées à Bergen, en Norvège, montrent que les passagers ne dépensent pas autant qu'on pourrait le penser dans les ports.
Des études réalisées à Bergen, en Norvège, montrent que les passagers ne dépensent pas autant qu’on pourrait le penser dans les ports.

Des recherches plus approfondies menées dans la ville norvégienne en 2013 ont révélé que la durée du séjour était probablement l’un des facteurs les plus importants dans les dépenses des passagers.

La durée moyenne du séjour au port dure environ huit heures, mais cela peut varier considérablement en fonction de l’itinéraire du navire. Pour certains, comme Barcelone, l’arrêt peut durer seulement quatre heures.

Et les dépenses restent faibles même lorsque les passagers ont davantage de possibilités de dépenser leur argent.

L’industrie des croisières affirme que la contribution moyenne d’un passager à l’économie locale est bien supérieure à l’estimation de Bergen, soit environ 100 dollars (91 euros) par jour.

Une façon de combler ce fossé serait d’augmenter la taxe sur les passagers perçue dans les ports, qui se situe actuellement autour de 4 à 14 euros par personne.

L’industrie des croisières affirme prendre des mesures pour améliorer son impact environnemental et social.

Les compagnies de croisière ont été parmi les premières entreprises du secteur maritime à s’engager à réduire leurs émissions de carbone de 40 % d’ici 2030, selon la CLIA. Certains se sont même engagés à atteindre zéro émission nette d’ici 2050.

L’électrification des ports afin que les navires puissent éteindre leurs moteurs et limiter les émissions toxiques pourrait également aider. C’est quelque chose que Barcelone prend en compte dans son projet de déplacer les navires de croisière hors de la ville d’ici 2026 en autorisant les navires à se connecter au quai d’Adossat.

Reste cependant à savoir si ces objectifs suffiront à apaiser les habitants des villes portuaires.

Laisser un commentaire

11 − 5 =