SUVs by the Arch de Triomphe

Jean Delaunay

Paris vote sur l’opportunité de frapper les SUV avec des coûts de stationnement époustouflants dans le cadre de la dernière campagne verte avant les Jeux olympiques

Cette décision augmenterait considérablement le coût horaire pour garer un gros SUV dans le centre de la capitale française.

Les Parisiens votaient dimanche pour savoir s’il fallait bannir les SUV des rues de la capitale française en les rendant beaucoup plus chers à garer, la dernière étape d’une campagne menée par la maire socialiste Anne Hidalgo pour rendre la ville hôte des Jeux Olympiques de cette année plus verte et plus conviviale pour les piétons et les cyclistes. .

Hidalgo recherche le soutien des électeurs pour une proposition visant à tripler les frais de stationnement pour les conducteurs de SUV venant de l’extérieur de la ville.

Dans des messages de campagne sur les réseaux sociaux, Hidalgo a affirmé que les SUV occupaient trop de place dans les rues étroites de Paris, étaient trop polluants, « menacaient notre santé et notre planète », et causaient plus d’accidents de la route que les petites voitures.

« Le moment est venu de rompre avec cette tendance aux voitures toujours plus grandes, plus hautes, plus larges », a-t-elle déclaré. « Vous avez le pouvoir de reprendre possession de nos rues. »

Le coût pour les non-résidents du stationnement de leur SUV dans les arrondissements centraux de Paris, dans les arrondissements 1 à 11, s’élèverait à 18 euros de l’heure pour les deux premières heures, contre 6 euros de l’heure pour les petites voitures.

Dès lors, le stationnement deviendra de plus en plus punitif. Un séjour de six heures avec un SUV – suffisant, par exemple, pour assister à un spectacle et à un restaurant – coûterait la somme énorme de 225 €, contre 75 € pour des véhicules plus petits.

Hors du cœur de la ville, dans les arrondissements périphériques de Paris numérotés 12 à 20, un conducteur de SUV hors de la ville paierait 12 € de l’heure pour les deux premières heures, augmentant progressivement jusqu’à 150 € pour six heures.

Le mini-référendum était ouvert aux Parisiens inscrits sur les listes électorales. La question qui leur était proposée de voter était : « Pour ou contre la création d’un tarif spécifique pour le stationnement des voitures individuelles lourdes, encombrantes et polluantes ?

Les bureaux de vote devaient fermer à 19h00 CET, et les résultats sont attendus plus tard dimanche soir.

Laisser un commentaire

quinze − sept =