Paris Games Week : le plus grand salon du jeu vidéo d'Europe

Jean Delaunay

Paris Games Week : le plus grand salon du jeu vidéo d’Europe

Plus de 200 000 fêtards se sont rendus cette semaine au parc des expositions parisien pour tester les derniers titres de l’industrie du jeu vidéo, un business qui vaut plus en France que les industries de la musique et du cinéma réunies.

La plus grande exposition de jeux vidéo d’Europe s’achève dimanche dans la capitale française. La Paris Games Week se déroule chaque année (à quelques années près en raison de la pandémie de COVID-19) depuis Paris Expo Porte de Versailles, au sud de la ville.

Au cours des cinq derniers jours, environ 200 000 visiteurs ont franchi les portes de l’exposition pour découvrir les dernières nouveautés et technologies de l’industrie du jeu vidéo.

Dans son immense hall d’exposition, PGW accueille tous les principaux acteurs du secteur. Les trois fabricants de consoles (Microsoft, Nintendo et Sony) y ont participé, ainsi que de nombreuses sociétés de développement de jeux parmi les plus importantes. Au premier plan se trouvait la société nationale Ubisoft, qui avait des stands présentant ses derniers produits aux côtés de ses concurrents Bandai Namco, Capcom et Square Enix.

Parmi les nombreux stands interactifs qui jonchent PGW, les joueurs pourraient tester de nouveaux titres passionnants comme « Final Fantasy VII Rebirth », dont la sortie est prévue en février 2024. Parmi les autres sorties alléchantes de 2024, citons le jeu de combat « Tekken 8 » et « Prince of Persia : The Lost Crown ».

Bien que tous les titres présentés ne soient pas encore en développement, il y a eu cet automne une surabondance de sorties à succès dans le monde du jeu vidéo que les visiteurs peuvent essayer. Tiré du dernier chapitre d’une série populaire telle que « Assassin’s Creed Mirage » d’Ubisoft ; « Super Mario Wonder » de Nintendo ; « Call of Duty: Modern Warfare 3 » d’Activision au très attendu « Spider-Man 2 » de Sony.

Les visiteurs jouent au
Les visiteurs jouent au jeu de combat vidéo « Tekken 8 » co-développé par Bandai Namco Studios et Arika

« Spider-Man 2 » donne aux joueurs une autre chance d’incarner le célèbre lanceur de toile alors qu’il navigue dans la ville dynamique et interactive de New York. Il s’est déjà vendu à plus de 2,5 millions d’exemplaires, devenant ainsi le jeu vidéo le plus vendu de l’histoire de la console PlayStation 5 au cours des 24 premières heures suivant sa sortie fin octobre.

« J’adore le jeu à en mourir! », raconte à l’AFP Dan Mazarin, 13 ans, venu se prendre en photo vêtu du t-shirt Spider-Man en compagnie de statues à l’effigie des deux héros costumés de la série Marvel. Peter Parker et Miles Morales.

État des lieux

Il s’agit de la première année appropriée après la pandémie après un événement plus petit en 2022 pour PGW. Depuis la pandémie, l’industrie s’est quelque peu éloignée de ces grands événements commerciaux.

De nombreux éditeurs ont pris l’habitude de dévoiler de plus en plus leurs prochains jeux lors de leurs propres événements en ligne. C’est en partie à cause de cela que le plus grand événement annuel du jeu vidéo, l’E3 à Los Angeles, a tiré sa révérence cette année.

Même si l’E3 est tombé à l’eau, il existe encore des expositions de jeux populaires dans le monde entier, notamment le Tokyo Game Show et la Gamescon en Allemagne, la deuxième exposition européenne la plus populaire derrière la PGW.

Cette photographie montre une vue générale de
Cette photographie présente une vue générale du salon du jeu vidéo « Paris Games Week » à Paris, le 1er novembre 2023.

Le résultat de la pandémie a cependant été un léger changement d’orientation pour ces expositions. Au lieu d’être des lieux exclusifs pour les annonces de nouveaux titres, la priorité s’est plutôt tournée vers la présentation aux joueurs d’exemples de nouveaux titres et de technologies en personne.

« Notre ambition n’est pas forcément le gigantisme à outrance. Les éditeurs et constructeurs de jeux vidéo ne fixent plus d’objectifs quantitatifs d’événements mais plutôt d’expérience réussie », insiste Nicolas Vignolles, délégué général des organisateurs du salon.

Faveur française

L’engouement du public pour le salon se reflète dans les visages jubilatoires des gamers arrivant en masse à la porte de Versailles. Mais il n’y a pas que le public qui est derrière l’événement. Le gouvernement français a également tenu à souligner son soutien.

Le gouvernement s’est dit « favorable » mercredi à « l’examen de l’efficacité » du crédit d’impôt pour les jeux vidéo, principal outil de financement public de cette industrie en France, soit prolongé jusqu’en 2026.

Les parlementaires français ont décidé de procéder à un « examen de l’efficacité » du crédit d’impôt en 2025 « afin de voir s’il fonctionne bien et s’il donne les résultats escomptés », a rappelé le ministre français de l’Economie, Bruno Le Maire, lors de la conférence de presse. ouverture de PGW.

« Si certains proposent 2026, je suis favorable à donner plus de temps et plus de visibilité » à tous les acteurs du jeu vidéo en France, a-t-il ajouté.

Les visiteurs jouent au
Les visiteurs jouent au jeu vidéo de tir « Call of Duty : Modern Warfare » développé par Infinity Ward et publié par Activision

Depuis sa mise en place en 2008, les entreprises du secteur bénéficient d’un crédit d’impôt, sous conditions, dont le taux s’élève à 30 % des dépenses éligibles pour la production d’un nouveau jeu.

Les principaux syndicats du jeu vidéo plaident régulièrement pour que la France, troisième européen en termes de chiffre d’affaires, devienne « leader » européen du secteur d’ici cinq ans, demandant aux pouvoirs publics d’en faire une « priorité industrielle ».

Pour « soutenir » le développement économique de l’esport, M. Le Maire a par ailleurs annoncé jeudi dernier que la TVA sur les billets des compétitions de jeux vidéo serait « alignée sur celle des concerts et événements sportifs » à partir du 1er janvier 2024.

Laisser un commentaire

seize − 1 =