Squashed Popes and bananas: The Vatican’s choice for the Venice Biennale

Jean Delaunay

Papes pancakes & bananes : quel est le choix surprenant du Vatican pour la Biennale de Venise ?

Un célèbre artiste italien créera une installation extérieure pour l’exposition du Vatican, organisée dans une prison pour femmes sur l’île de la Giudecca. Le pape François visitera le pavillon en avril, marquant la première présence papale à la Biennale de Venise.

Avez-vous entendu parler de l’artiste conceptuel italien Maurizio Cattelan ?

C’est lui qui est à l’origine du fameux « Comédien » – la banane mûre collée au mur – qui a été mangée par un étudiant sud-coréen ayant un besoin urgent de protéines lors d’une exposition.

« Comédien »

Sonner une cloche?

C’est aussi lui l’esprit artistique qui a imaginé « Lui » (2001), une sculpture d’Adolf Hitler génuflexion.

« Lui »

Et maintenant?

Vous avez sûrement entendu parler d’« America » (2016), la pièce brillamment satirique consistant en des toilettes en or 18 carats entièrement fonctionnelles qui auraient rétréci les sous-vêtements de Marcel Duchamp – et qui ont été volées par de vilains coquins cherchant à mettre la main sur une partie de ses 6 millions de dollars. (environ 5,4 M€) prix à payer.

« Amérique »

Voilà.

Eh bien, le Vatican en a pris note et a fait appel à l’artiste provocateur pour créer une installation extérieure pour son exposition à la Biennale de Venise.

Ce n’est pas ce à quoi vous vous attendiez ?

Nous non plus.

C’est un choix improbable, surtout si l’on considère l’œuvre présentée par Cattelan à la Biennale de 2001 : « La Nona Ota (La Neuvième Heure) », un modèle en résine hyperréaliste grandeur nature du pape Jean-Paul II pancake par une météorite.

« La Nona Ota (La Neuvième Heure) »

Cela a choqué les catholiques de l’époque, comme vous pouvez bien l’imaginer.

Mais désormais, l’artiste fait bel et bien partie du line-up du Vatican et va créer une « grande œuvre d’art en plein air » sur la façade d’une chapelle de prison.

Compte tenu de ses talents satiriques et de son mépris pour l’autorité et le pouvoir, ne vous attendez pas à ce que Cattelan joue gentiment.

L’œuvre d’art sera présentée dans l’espace d’exposition du Vatican, qui a été dévoilé sous la forme d’une installation multimédia à l’intérieur de la prison pour femmes de la Giudecca à Venise, créée avec la participation active de détenues et d’artistes. Une demi-douzaine d’artistes travailleront à leurs côtés, reflétant la conviction du pape François dans la valeur du dialogue, de la solidarité et de la fraternité.

L’exposition multimédia s’intitule « Avec mes propres yeux ».

« Parfois, des questions que l’on peut juger à première vue radicales sont des manières de reconstruire la vision du sacré, et cela fait partie de la rencontre de l’Église avec le monde artistique », a déclaré le cardinal José Tolentino de Mendonça, qui dirige le Dicastère pour la culture et l’art du Vatican. Education, dans une déclaration sur l’inclusion de Cattelan.

Cela prouve également que le Vatican a peut-être le sens de l’humour. Peut-être même un penchant pour la dérision ? Voilà, j’espère.

Mendonça a également expliqué le titre de l’exposition en disant que « voir de ses propres yeux » confère « un statut unique, car cela nous implique directement dans la réalité et fait de nous non pas des spectateurs mais des témoins ».

D’autres éléments de l’installation comprennent la projection d’un film de 12 minutes réalisé avec des détenus comme acteurs par le réalisateur Marco Perego et l’actrice Zoe Saldana, sur la liberté, a déclaré la commissaire Chiara Parisi, directrice du Centre Pompidou-Metz.

Il y aura également les œuvres de feu Corita Kent, ancienne religieuse catholique, artiste pop et militante sociale américaine.

L’installation sera ouverte au public dans des conditions de sécurité strictes – les visiteurs devant fournir les mêmes informations d’identification qui seraient nécessaires pour entrer dans n’importe quelle prison.

Et aucun téléphone n’est autorisé. Évidemment.

Le Vatican a accueilli son premier pavillon pour la Biennale de Venise en 2013, et cette année est particulière pour une autre raison : le 28 avril, le pape François deviendra le premier pontife à visiter l’exposition internationale.

Espérons que la météo tienne le coup. Et pas de météorites.

La Biennale ouvre au public le 20 avril et se termine le 24 novembre.

Laisser un commentaire

un × 1 =