French President Emmanuel Macron, left, shakes hands with Hungarian Preme Minister Viktor Orban before a working lunch.

Milos Schmidt

Orban rencontre Macron avant la présidence hongroise de l’UE

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a rencontré le président français Emmanuel Macron pour discuter du soutien à l’Ukraine et d’autres questions clés avant le début de la présidence hongroise de l’UE le 1er juillet.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a rencontré le président français Emmanuel Macron à Paris en amont de la présidence hongroise de l’UE, qui débute le 1er juillet.

Le déjeuner de travail des deux hommes à l’Elysée a abordé des sujets clés tels que le soutien à l’Ukraine et à l’industrie européenne de défense. La visite a eu lieu juste avant la nomination par le Conseil européen des nouveaux dirigeants de l’UE jeudi et vendredi.

La réunion a été considérée comme une opportunité pour Macron et Orban de préparer la prochaine présidence hongroise, au cours de laquelle Orban prévoyait de promouvoir le slogan : « Rendons à l’Europe sa grandeur ».

Cette visite revêt une importance politique particulière, compte tenu des récentes critiques formulées par Orban à l’encontre de la politique migratoire allemande.

Orban a également critiqué ce qu’il considère comme des divisions politiques au sein de l’UE, notamment en ce qui concerne les allocations des « postes les plus élevés ». Il affirme que certains pays ont été exclus en raison de leurs affiliations partisanes et politiques.

Orban – un critique sévère de von der Leyen

Récemment, Orban a exprimé sa frustration, ciblant particulièrement Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, qualifiant son mandat de « pire mandat de l’histoire de l’Europe ».

Malgré les critiques d’Orban, von der Leyen devrait être reconduit jeudi dans ses fonctions pour un nouveau mandat de cinq ans.

L’Ukraine est un point de friction pour Orban

Le mécontentement d’Orban a été encore alimenté par la politique d’aide de l’Union européenne envers l’Ukraine, qui a conduit Budapest à bloquer pendant plusieurs mois un important programme de soutien militaire de 6 milliards d’euros à Kiev.

Les griefs d’Orban s’étendent au président ukrainien Volodymyr Zelenskyy, qu’il accuse de ne pas avoir protégé de manière adéquate la communauté hongroise vivant en Ukraine. Concrètement, Orban s’oppose à la mobilisation des Hongrois ukrainiens sur les lignes de front. De plus, il s’oppose au partage des subventions agricoles européennes avec les agriculteurs ukrainiens.

Pourquoi a-t-il été surnommé le « Trump de l’Europe » ?

Viktor Orban est lui aussi très mécontent de questions telles que l’État de droit et l’immigration. Alors qu’il prend la tête de l’Union européenne pour les six prochains mois, son slogan « Make Europe Great Again » (Rendre sa grandeur à l’Europe) fait écho de manière provocatrice à l’ancien président américain Donald Trump.

Il est fort probable que Budapest puisse profiter de la présidence pour faire passer ses messages politiques spécifiques.

Malgré sa position critique, le Premier ministre hongrois reste parfaitement conscient de la dépendance de son pays à l’égard de l’Union européenne, en particulier des 19 milliards d’euros de subventions actuellement retenus par Bruxelles – et de la présence d’usines automobiles allemandes en Hongrie.

Pas de rendez-vous prévu avec Le Pen

Orban est un allié du Rassemblement national français de Marine Le Pen et Jordan Bardella. Toutefois, Le Pen n’avait pas prévu de rencontrer Orban lors de sa visite.

Les deux dirigeants n’auront cependant pas à attendre trop longtemps pour se rencontrer. Ils se retrouveront lors des prochains événements internationaux, notamment les prochains sommets de la Communauté politique européenne, prévus au Royaume-Uni le 18 juillet et en Hongrie le 7 novembre.

En outre, ils aborderont divers aspects des relations bilatérales entre leurs pays.

Laisser un commentaire

seize + huit =