"Offensive LGBT+": Viktor Orban critique l'UE au festival de Transylvanie

Jean Delaunay

« Offensive LGBT+ »: Viktor Orban critique l’UE au festival de Transylvanie

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui n’est pas étranger aux diatribes contre l’Union européenne, a décrié samedi les « échanges de population » orchestrés par « l’empire fédéraliste » et accusé Bruxelles de mener une « offensive LGBT+ ».

« L’UE rejette l’héritage chrétien et organise des échanges de population par la migration », a déclaré le dirigeant ultraconservateur lors du festival Tusványos, en Transylvanie, en Roumanie, qui abrite une importante communauté hongroise.

Le festival propose des tables rondes sur les grands enjeux, dont le changement climatique, le dernier sommet de l’OTAN, les pandémies, « le nouvel ordre mondial » et la possibilité d’une autre guerre froide.

Les programmes culturels jouent également un rôle important, avec des discussions littéraires et théâtrales, et, le soir, des groupes hongrois populaires peuvent être entendus sur scène.

Autrement connu sous le nom d’Université d’été libre et de camp d’étudiants Bálványos, le festival était à l’origine destiné à promouvoir la coopération transfrontalière, le dialogue roumano-hongrois et le discours politique.

Cependant, l’événement est devenu l’un des principaux forums permettant aux partisans d’Orban de se rassembler et d’échanger des idées.

« Pour moi, en tant qu’artiste officiellement de l’opposition, c’est évidemment surprenant d’être invité ici, mais si je vois la liste des groupes qui se produisent ici, je pense que la partie musicale du festival est complètement à part. J’adore venir ici, la Transylvanie est belle. Et nous sommes venus ici pour jouer de la musique », a déclaré la chanteuse et actrice Bori Péterfy.

Viktor Orban, farouchement opposé à la réforme européenne de l’asile, faisait référence au « programme du grand remplacement ».

Cette théorie du complot, popularisée par l’extrême droite, prétend que les élites organisent le remplacement des populations européennes par des immigrés non européens.

Le sexagénaire se revendique comme le défenseur européen des valeurs « illibérales », terme qu’il a utilisé pour la première fois en 2014 dans cette même chronique de Baile Tusnad, où il tient habituellement des discours très virulents.

L’été dernier, il avait provoqué un tollé en dénonçant « le mélange des races ».

En conflit permanent avec Bruxelles, il s’en est pris cette fois à « la gouvernance fédéraliste en Europe », qui selon lui a conduit à « un empire irresponsable ». Il a fustigé « un boxeur vieillissant », et « un syndicat riche mais faible » qui a tort de se couper de la Russie.

Les nationalistes roumains ont manifesté devant le festival samedi avant l’arrivée d’Orban mais n’ont pas réussi à y accéder.

« Viktor Orban a les mêmes principes terroristes que le président russe, qui est un criminel international. Ils veulent occuper et annexer des territoires », a déclaré un manifestant roumain.

« L’offensive LGBT + de l’UE contre les nations européennes favorables à la famille » était également dans le viseur d’Orban. C’est un thème récurrent pour Viktor Orban, dont le gouvernement a pris au fil des ans un certain nombre de mesures jugées homophobes par les ONG et la communauté LGBTQ+.

Laisser un commentaire

huit + 8 =