« Nous n'obtenons pas de résultats » : le président de la COP28 affirme que le monde est en train de perdre la course pour atteindre les objectifs climatiques

Jean Delaunay

« Nous n’obtenons pas de résultats » : le président de la COP28 affirme que le monde est en train de perdre la course pour atteindre les objectifs climatiques

Il ne reste que trois jours avant que les Nations Unies publient le tout premier bilan mondial qui évaluera les efforts déployés par les pays pour lutter contre le changement climatique.

Le monde est en train de perdre la course pour atteindre ses objectifs en matière de changement climatique, a déclaré mardi (5 septembre) le président du prochain sommet sur le climat COP28.

Il s’est exprimé alors que les présidents africains se réunissaient au Kenya pour discuter de la manière de financer l’agenda environnemental du continent.

Le sombre bilan du sultan Al Jaber, qui présidera le sommet des Émirats arabes unis (EAU) fin novembre, intervient trois jours avant que les Nations Unies ne publient leur premier « bilan mondial ».

Cette évaluation des efforts déployés par les pays pour lutter contre le changement climatique indiquera au monde quels efforts doivent être intensifiés pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.

« Le monde est en train de perdre la course pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris et le monde a du mal à maintenir la température de 1,5 (°C) à portée de main », a déclaré Jaber, qui dirige également la Compagnie pétrolière nationale d’Abu Dhabi, aux délégués lors de la première édition de l’Africa Climate. Sommet à Nairobi, la capitale du Kenya.

« Collectivement, nous devons admettre que nous ne produisons pas les résultats dont nous avons besoin dans les délais requis. »

Qu’est-ce que le Sommet Africain sur le Climat ?

Le sommet, qui s’est ouvert lundi, se concentre sur la mobilisation de financements pour la réponse de l’Afrique au changement climatique.

Alors que l’Afrique souffre de certains des impacts les plus graves du changement climatique, le continent ne reçoit qu’environ 12 pour cent du financement dont il a besoin pour y faire face, selon les chercheurs.

Des centaines de millions d’euros d’investissements dans des projets de développement durable ont été annoncés lundi.

MONICAH MWANGI/Reuters
Les délégués marchent devant le Kenyatta International Convention Center (KICC) lors de la première journée du Sommet africain sur le climat (AEC) 2023 à Nairobi, Kenya

Mardi, Jaber a annoncé que les Émirats arabes unis s’engageaient à 4,5 milliards de dollars (4,2 milliards d’euros) pour développer 15 GW d’énergie propre en Afrique d’ici 2030. L’Afrique dispose actuellement d’environ 60 GW de capacité renouvelable installée.

Les responsables africains affirment que les investissements sont les bienvenus, mais que répondre aux besoins de financement du continent nécessitera une transformation du financement climatique mondial.

Plus précisément, les États africains prévoient de faire pression lors de la COP28 pour l’expansion des droits de tirage spéciaux au Fonds monétaire international, ce qui pourrait débloquer 500 milliards de dollars (465 milliards d’euros) de financement climatique.

La richesse naturelle de l’Afrique

Le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, a appelé à ce que les richesses naturelles du continent, notamment ses forêts qui séquestrent le carbone, soient prises en compte dans le calcul de sa production économique.

« Le PIB de l’Afrique doit donc être réévalué sur la base de sa séquestration du carbone et de sa biodiversité, qui fournissent des biens publics mondiaux », a déclaré Adesina dans un discours.

Il a ajouté que cela pourrait donner à plusieurs pays africains « une plus grande marge » pour emprunter de l’argent qui soutiendrait leur développement.

Laisser un commentaire

11 + douze =