Nigel Farage s'attaque au défaut fatal de l'extrême droite

Martin Goujon

Nigel Farage s’attaque au défaut fatal de l’extrême droite

LONDRES — Pour Nigel Farage, c’est une histoire tristement familière.

Des militants de son parti politique insurgé Reform UK ont été filmés la semaine dernière en train de tenir des propos racistes et homophobes dans le siège même que Farage espère conquérir lors des élections britanniques de jeudi. Sentant le danger, Farage a rapidement « désavoué » les opinions du solliciteur Andrew Parker et d’autres.

Mais ce n’était que la pointe de l’iceberg. Au milieu d’une vague d’histoires sur des candidats réformistes exprimant des opinions offensantes, le parti a jusqu’à présent retiré son soutien à trois d’entre eux qui ont été accusés de racisme. En effet, The Spectator énumère 18 candidats réformistes à la Chambre des députés qui ont suscité la controverse pour des déclarations publiques allant de la critique de la décision de la Grande-Bretagne de combattre Hitler pendant la Seconde Guerre mondiale, au partage de théories du complot sur le Covid-19 et les attentats terroristes du 11 septembre.

Mais Farage n’est pas le seul dirigeant nationaliste à chercher à se dissocier du racisme manifeste qui règne dans ses rangs. Le Rassemblement national d’extrême droite français a entrepris un processus de « dédiabolisation » pour renforcer son attractivité électorale ; Alternative pour l’Allemagne (AfD) a éjecté son candidat principal du parti après des commentaires apologistes du nazisme ; Giorgia Meloni, en Italie, a passé son mandat de Premier ministre à se distancier de la nostalgie de Mussolini parmi les membres de son parti.

Des militants militant pour le parti politique rebelle Reform UK de Nigel Farage ont été filmés la semaine dernière en train de tenir des propos racistes et homophobes. | Justin Tallis/ AFP via Getty Images

Farage, pour sa part, a déjà connu cette situation.

L’UKIP, le parti prédécesseur du Parti réformiste, était régulièrement mis à l’épreuve à cause des propos racistes ou des idées extrémistes partagés par ses membres. En 2015, le Times a rapporté que l’UKIP avait sciemment permis à des dizaines de racistes, d’homophobes et de criminels violents de se présenter comme candidats aux élections de députés et de conseillers municipaux.

Farage lui-même a reconnu que certains militants qui auraient pu auparavant voter pour le parti d’extrême droite British National Party « graviteront dans notre direction ». Il a imputé à une société de sélection privée l’incapacité de son parti à éliminer les candidats excentriques.

Mais les histoires négatives ont sapé l’oxygène précieux de la campagne électorale du Parti réformiste et ne plaisent pas aux millions d’électeurs ordinaires que Farage espère attirer.

Maria Sobolewska, professeur de sciences politiques à l’Université de Manchester, a averti que même pour les électeurs britanniques qui ont des opinions anti-immigrés, « il existe une forte norme sociale » contre les préjugés raciaux manifestes.

« La grande majorité des partisans (du Parti réformiste) ne voudront pas être associés à cela », a-t-elle ajouté.

En effet, l’un des candidats réformistes aux élections était tellement convaincu de ses convictions qu’il a rejoint les conservateurs samedi, se plaignant d’un « problème moral important » au sein du parti.

Farage n’est pas le seul dirigeant de droite en Europe à se voir dérailler par des membres de son parti alors qu’il tente de garder son fonctionnement sous contrôle.

Le Rassemblement national français, qui a remporté un succès éclatant au premier tour des élections législatives dimanche, est confronté à des problèmes similaires depuis des années.

Malgré tous les efforts déployés par le parti pour présenter une image respectable, les sympathisants et les candidats du Rassemblement national ont régulièrement été accusés de propos racistes, comme l’ont rappelé leurs opposants aux électeurs français. Lors d’un débat télévisé la semaine dernière, le Premier ministre français Gabriel Attal a nommé certains des candidats les plus controversés et a affirmé que 100 candidats du Rassemblement national avaient tenu des propos racistes ou antisémites.

Parmi eux, le candidat Gilles Bourdouleix qui, lors d’un conflit avec des nomades, s’est plaint que « Hitler n’en a pas tué assez ». La Cour suprême française ne l’a pas condamné, ses propos n’ayant pas été tenus publiquement.

Dans un autre cas, le Rassemblement national a retiré la candidature de Joseph Martin après avoir découvert qu’en 2018, il avait tweeté que « le gaz rendait justice aux victimes de l’Holocauste ». Le parti a ensuite décidé de le garder dans ses rangs, affirmant que son tweet avait été mal compris.

En Allemagne, le parti d’extrême droite AfD n’a pas entrepris de démarche comparable à celle de Marine Le Pen, qui a tenté de rendre son Rassemblement national moins extrême. Au contraire, l’AfD est devenue plus ouvertement radicale ces dernières années.

Cela explique pourquoi ce ne sont pas seulement les membres de base de l’AfD qui ont dit ou fait certaines des choses les plus controversées, mais aussi la direction du parti.

Maximilian Krah a déclaré au journal italien La Repubblica qu’il ne « dirait jamais que quiconque porte un uniforme SS est automatiquement un criminel ». | Jens Schlueter/AFP via Getty Images

Le meilleur exemple est celui de Maximilian Krah, qui était le candidat favori du parti aux élections européennes du mois dernier. Krah a déclaré au journal italien La Repubblica qu’il « ne dirait jamais que quiconque porte un uniforme SS est automatiquement un criminel », déclenchant une tempête de critiques qui a finalement conduit à son expulsion de la délégation de l’AfD au Parlement européen.

En mai, Björn Höcke, le chef de file de l’AfD dans le Land de Thuringe, dans l’est de l’Allemagne, où le parti est en tête des sondages, a été condamné à une amende de 13 000 euros pour avoir mis fin à un rassemblement en scandant un slogan nazi interdit : « Tout pour l’Allemagne !

Il s’agissait d’un slogan des SA, les unités d’assaut d’Hitler, gravé sur la lame de leurs poignards. Höcke a affirmé ne pas le savoir, mais ses détracteurs ont souligné le fait qu’il était professeur d’histoire avant de se lancer en politique. Höcke a été à nouveau condamné à une amende cette semaine pour avoir utilisé le slogan interdit des SA à une occasion ultérieure.

En Italie, la Première ministre Giorgia Meloni tente de se présenter comme une conservatrice moderne et modérée depuis son élection en 2022.

Mais son parti d’extrême droite, les Frères d’Italie, a ses racines dans le parti fondé par d’anciens fascistes après la Seconde Guerre mondiale – et les membres de son parti ont été surpris à plusieurs reprises en train d’exprimer leur nostalgie de l’époque de Mussolini, provoquant embarras et irritation parmi ses partisans modérés.

Les dirigeants de l’aile jeunesse du parti, la Jeunesse nationale, ont démissionné la semaine dernière après avoir été filmés en train de tenir des propos antisémites et de se vanter d’être fascistes, nazis et racistes. Meloni a finalement condamné ces propos, mais a également attaqué les journalistes d’investigation à l’origine de l’affaire.

En Italie, la Première ministre Giorgia Meloni tente de se présenter comme une conservatrice moderne et modérée depuis son élection en 2022. | Tiziana Fabi/AFP via Getty Images

Son parti a également été critiqué pour ses liens avec le monde du hooliganisme dans le football. Le mois dernier, un porte-parole ministériel a démissionné après la publication de messages antisémites qu’il avait échangés avec un membre notoire de la pègre romaine – et chef des Ultras de la Lazio.

Ce qui est moins clair, c’est la mesure dans laquelle les difficultés de ces partis avec certains de leurs membres ont un impact sur leur fortune électorale.

Meloni a été élu au pouvoir en 2022 et n’a cessé de gagner en popularité depuis. En France, le résultat des élections de dimanche confirme que des millions d’électeurs français ne se laissent pas décourager par l’extrémisme des représentants du Rassemblement national.

De retour au Royaume-Uni, le coût électoral pour Farage – ou pour d’autres – reste à déterminer.

Beaucoup pensent que l’association passée de l’UKIP avec des candidats marginaux a fini par limiter son soutien plus large. Sobolewska estime que le problème pourrait s’avérer encore plus grave pour Reform UK, étant donné que si l’UKIP a concentré la majeure partie de sa colère sur l’UE, « Reform se présente sur un programme anti-immigration, allant directement vers un sentiment anti-immigrés ».

Et même si Farage réalise des avancées électorales significatives le 4 juillet, la controverse autour de son parti pourrait encore affecter ses chances d’un compromis post-électoral avec les conservateurs, ce que beaucoup voient comme une possibilité étant donné la pression populaire pour « unifier la droite ».

Comme l’a écrit cette semaine Henry Hill, rédacteur en chef du site Internet conservateur ConservativeHome, la campagne du Parti réformiste « l’a tellement intoxiquée, elle et son chef, que le cordon sanitaire entre lui et les conservateurs est désormais beaucoup plus fort qu’il y a quelques semaines. » En bref, de nombreux conservateurs traditionnels pourraient être rebutés.

Sur le terrain, les candidats réformistes insistent sur le fait que leurs compagnons de lit les moins recommandables ne leur font aucun mal.

« Personne n’en parle vraiment lors de leurs déplacements », a affirmé Trevor Lloyd-Jones, leur candidat à Aldershot. « Les électeurs avec qui je discute s’inquiètent simplement du coût de la vie, du NHS et de l’immigration. »

Malgré tout, Farage lui-même admet que ces problèmes pourraient continuer à apparaître, étant donné la vitesse à laquelle son parti a recruté des candidats à travers le Royaume-Uni.

Cela signifie qu’il y a encore une tâche dont personne ne veut vraiment au sein du Parti réformiste : examiner tous les candidats aux élections. Comme l’a déclaré à L’Observatoire de l’Europe un responsable du parti, qui a obtenu l’anonymat pour parler franchement : « Dieu merci, je n’en suis pas encore là. »

Laisser un commentaire

2 − un =