Elon Musk will attend Giorgia Meloni

Jean Delaunay

NeverEnding Story : Elon Musk invité à la soirée fantastique italienne de Giorgia Meloni

Elon Musk et le leader de VOX, Santiago Abascal, seront parmi les invités à l’étrange fête de Noël de quatre jours sur le thème fantastique de Giorgia Meloni, « Atreju », qui célèbre la jeunesse conservatrice italienne.

Cette année, la fête de Noël de Giorgia Meloni pour les jeunes conservateurs, appelée « Atreju », aura un peu plus d’éclat que le festival n’en a eu au cours des 26 dernières années.

En 1998, Meloni n’était pas une personnalité bien connue de la politique italienne. Mais en tant que chef de la branche romaine de l’Azione Giovani (la section jeunesse du parti Alleanza Nazionale, aujourd’hui disparu), elle a créé un événement national dédié à la célébration de la jeunesse conservatrice du pays.

L’événement a été nommé par Meloni en l’honneur d’Atreyu, l’un des personnages principaux du film fantastique de 1984 « The NeverEnding Story ».

Pour ceux qui connaissent déjà l’obsession de Meloni pour le genre fantastique, qu’elle interprète constamment à travers son objectif de droite, ce nom ne sera pas surprenant.

Le fait qu’elle ait eu l’idée de créer Atreju après avoir participé au Hobbit Camp dans les années 1990, une retraite de type Woodstock organisée par le parti postfasciste Movimento Sociale Italiano pour les jeunes afin de célébrer les livres de JRR Tolkien ne l’est pas non plus.

Mais cette édition de ce festival fantastique de droite, qui se déroulera du jeudi 14 au dimanche 17 décembre et qui est désormais soutenu par le parti de Meloni, les Frères d’Italie, sera différente des précédentes.

Tout d’abord, Meloni n’est plus en marge de la politique italienne, mais tout au sommet. Deuxièmement, le nouveau rôle de Meloni lui a permis d’attirer des stars invitées de premier plan à son événement bizarre et fantastique, notamment le milliardaire technologique Elon Musk et le chef du parti populiste espagnol Vox Santiago Abascal, récemment au centre d’une vilaine controverse.

De quoi parle le festival ?

Selon Piero Garofalo, professeur d’études italiennes à l’Université du New Hampshire aux États-Unis, Atreju est « moins une convention politique qu’un événement politique partisan ». Le festival, qui comprendra cette année un village de Noël et une patinoire, propose des concerts destinés aux jeunes, des expositions, des débats et de l’humour et met l’accent sur la socialisation plutôt que sur la simple discussion politique.

Le thème de l’édition de cette année est « Bentornato orgoglio Italiano » (« Bienvenue à nouveau dans la fierté italienne ») », un titre qui correspond parfaitement au manifeste électoral et au mantra constant de Meloni. Et si l’événement a gardé son caractère social et jovial traditionnel, son importance politique est indéniable cette année.

« Aujourd’hui, avec l’ascension politique de Giorgia Meloni et les récents succès électoraux des Frères d’Italie, Atreju a acquis une importance croissante en attirant (auparavant) des invités de marque – comme le Premier ministre hongrois Viktor Orbán, le conseiller de Donald Trump, Steve Bannon – et l’attention des médias », Garofalo raconte L’Observatoire de l’Europe.

« Le festival sert désormais de plateforme pour mettre en valeur la stature internationale de Giorgia Meloni et l’intégration de la droite italienne dans la communauté internationale », a-t-il ajouté.

Qui va y assister ?

La liste des invités de la fête est un who’s who de la droite européenne et internationale.

Parmi les invités les plus marquants figurent Elon Musk, le Premier ministre albanais Edi Rama et le leader espagnol du parti d’extrême droite Vox, Santiago Abascal.

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak, « qui partage avec Giorgia Meloni des approches peu orthodoxes pour faire face à l’afflux de migrants, rencontrera apparemment le premier ministre Meloni samedi matin pendant le festival, mais pas nécessairement pendant le festival », a déclaré Garofalo.

Selon Garofalo, la participation à Atreju ne signifie pas automatiquement une solidarité ou un soutien à Giorgia Meloni.

« Par exemple, plusieurs dirigeants de partis d’opposition, dont Matteo Renzi, Carlo Calenda, Angelo Bonelli et Michele Emiliano, participeront également au festival dans l’espoir d’attirer des votes et de se démarquer », dit-il.

« En effet, la participation témoigne de l’importance et de la visibilité croissantes qu’offre la plateforme Atreju aux intervenants. Cela dit, au-delà du nombre de participants, qui dépassera probablement les 100 000, et de la forte couverture médiatique (due en grande partie aux invités de marque) au cours des quatre prochains jours, Atreju n’est pas un événement suivi avec un intérêt particulier par le grand public même s’il occupera certainement le devant de la scène cette semaine », a-t-il ajouté.

Notamment, Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, a décliné l’invitation de Meloni au festival.

C’est quoi cette histoire sans fin ?

La traduction italienne du nom Atreju est un hommage au protagoniste guerrier chevauchant un dragon du roman fantastique allemand de 1979, The Neverending Story, de Michael Ende, explique Garofalo.

Le roman est devenu un succès hollywoodien en 1984 et a rapporté plus de 100 millions de dollars au box-office mondial. Il a connu un succès particulièrement important en Allemagne, où cinq millions de personnes se sont rassemblées au cinéma pour voir ce film fantastique et épique, doté d’effets spéciaux révolutionnaires à l’époque.

« Ce nom a été choisi parce que, pour les organisateurs de l’événement, le personnage fantastique représente une jeunesse engagée qui, dans la bataille éternelle entre le bien et le mal, résiste au nihilisme pour préserver ses idéaux », dit-il.

Giorgia Meloni a souligné l’importance du roman dans une publication sur Facebook en 2019 commémorant le 40e anniversaire de la publication du roman, en écrivant : « Un roman très significatif qui a marqué mon enfance. La lutte et la victoire d’Atreju contre le Néant, un ennemi qui tente d’épuiser l’imagination de la jeunesse en la dépouillant de ses valeurs, représentent encore aujourd’hui un symbole inspirant. Avec ce modèle en tête, j’ai toujours porté ma passion politique !

« L’Histoire sans fin » et Atreyu sont loin d’être les premiers romans et héros fantastiques que Meloni a cooptés pour son usage politique. Au cours de sa longue carrière, elle a souvent évoqué « Le Seigneur des anneaux » de JRR Tolkien, qui a fait l’objet d’une grande exposition à Rome cette année.

Parmi les idoles fantastiques de Meloni, il y a aussi « Game of Thrones » de George RR Martin et le personnage de manga et pirate de l’espace Captain Harlock.

Jouer sur une vieille tradition

« La fascination et l’appropriation du genre fantastique par l’extrême droite post-fasciste sont antérieures à Giorgia Meloni et émergent comme un phénomène reconnaissable dans l’Italie des années 1970 », explique Garofalo. « Les nationalistes italiens se sont positionnés comme une petite communauté de détenteurs de la vérité qui s’opposent à une force occultante écrasante qui enveloppe la société. »

Les récits fantastiques présentent de vives oppositions et rejets du monde moderne, selon Garofalo, décrivant « comme nobles les luttes des sociétés traditionnelles pour préserver un passé idéalisé contre les menaces de changement incarnées par des forces extérieures ».

Dans ce contexte, l’appropriation par Meloni du symbolisme fantastique dans le discours politique s’inscrit dans cette tradition « précisément parce qu’elle fournit une justification téléologique aux actions politiques dont les effets immédiats ne sont pas clairement liés aux objectifs à long terme », dit Garofalo.

« Lorsque le symbole est réel, le résultat final est réel. Comme l’a déclaré Giorgia Meloni : « Je ne considère pas le Seigneur des Anneaux comme un fantasme ».

Laisser un commentaire

dix-huit − neuf =